Liban

Et si le « compromis présidentiel » était visé ?

Décryptage
27/08/2018

Et si, contrairement à la thèse la plus courante qui lui fait assumer en grande partie la responsabilité de la lenteur dans la formation du gouvernement, le Premier ministre désigné Saad Hariri en était une des victimes ? Un vieux routier de la politique interne et régionale a lancé cette idée et, depuis, elle fait son chemin dans les coulisses politiques. Selon cette idée, le véritable obstacle à la formation du gouvernement viendrait d’une volonté de la part des dirigeants saoudiens et de leurs alliés libanais et internationaux d’en finir avec ce que l’on a appelé « le compromis présidentiel » qui a permis l’élection de Michel Aoun à la présidence de la République et la désignation de Saad Hariri pour former le gouvernement.

Selon cette idée, le fameux « compromis présidentiel », qui s’est concrétisé à travers l’appui de Saad Hariri à la candidature de Michel Aoun à la présidence en août 2016, n’avait pas obtenu l’aval clair des dirigeants saoudiens qui s’étaient contentés, selon les médias de l’époque, de laisser M. Hariri faire ce qu’il jugeait bon à condition de ne pas venir se plaindre auprès du royaume par la suite. À ce moment-là, le monde entier retenait son souffle en attendant l’élection présidentielle américaine, dans laquelle tous les pronostics donnaient la candidate démocrate Hillary Clinton pour gagnante. Dans ce contexte, les analystes prévoyaient que Mme Clinton comptait poursuivre la politique internationale de son prédécesseur Barack Obama qui s’était montré très critique à l’égard des dirigeants saoudiens. Pour cette raison, et peut-être pour d’autres, les dirigeants saoudiens avaient d’autres priorités à cette époque-là que l’élection présidentielle libanaise. Celle-ci s’est donc tenue le 31 octobre de la même année et elle a abouti à l’arrivée de Michel Aoun à Baabda, rapidement suivie par la désignation de Saad Hariri pour la formation du gouvernement.

À cette même période, un grand changement a eu lieu avec l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche. Dès les premiers mois de son mandat, il est apparu que le nouveau président des États-Unis était en rupture avec la politique de son prédécesseur. M. Trump a ainsi repris l’alliance entre l’administration américaine et les pays du Golfe, balayant les inquiétudes des dirigeants de ces pays après la signature par Obama de l’accord sur le nucléaire iranien. Donald Trump a même abondé dans le sens des pays du Golfe sur le plan de l’hostilité à l’égard de l’Iran, donnant ainsi un souffle nouveau à leur politique dans la région.

Dans cette approche, « le compromis présidentiel » – conclu entre Michel Aoun et Saad Hariri dans un contexte précis où un camp tout entier craignait de perdre la partie face au camp iranien et à ses alliés, à un moment où les dirigeants saoudiens faisaient preuve d’une sorte de fatalisme indifférent – n’avait plus de raison d’être. Selon cette interprétation des faits, les dirigeants saoudiens auraient tenté de porter un coup à ce compromis le 4 novembre lors du fameux épisode de « la démission de Saad Hariri à partir de Riyad ». Mais la réaction de nombreuses parties libanaises, à leur tête le chef de l’État, ainsi que l’attitude de la communauté internationale ont mis en échec ce projet.

Aujourd’hui, avec les tractations pour la formation du gouvernement, il y a donc une nouvelle tentative de rééquilibrer les rapports de force internes et régionaux, qui avaient basculé en faveur du chef de l’État et du Hezbollah, à travers le « compromis présidentiel ». Selon cette interprétation des faits, ce serait donc une volonté à la fois interne et régionale d’en finir avec « le compromis présidentiel », tel qu’il a été conclu, qui serait à l’origine du retard dans la formation du gouvernement. Or, dans chacune de ses déclarations, le Premier ministre désigné se déclare attaché à ce compromis, qui est considéré par certaines parties internes et régionales comme ne correspondant plus au véritable rapport des forces à la fois local et international.

Si cette approche se vérifie, comment le Liban pourrait-il sortir de l’impasse ? Les partisans de cette thèse reconnaissent que la situation est difficile, et que la position du Premier ministre, en particulier, ne serait pas enviable. D’un côté, les alliés libanais des Saoudiens – qui sont désormais plus proches que lui des dirigeants de Riyad et ne ratent pas une occasion de le montrer – campent sur leurs positions et maintiennent leurs exigences, et, de l’autre, le chef de l’État et son camp, avec lequel il a conclu le fameux « compromis présidentiel » qui a tenu bon jusqu’à présent, estiment qu’il faut respecter les poids politiques issus des élections législatives. Entre ces deux positions antagonistes qui vont bien plus loin que de simples exigences internes, selon cette interprétation des faits, la marge de manœuvre du Premier ministre désigné reste limitée. Au point que certains vont jusqu’à dire qu’il devra se récuser s’il n’est pas en mesure de composer avec les nouvelles réalités.

Mais cette approche ne convainc pas tout le monde. Pour de nombreuses parties, il s’agit d’une interprétation compliquée qui n’a rien à voir avec une réalité bien plus simple : les conditions des uns et des autres sont liées à l’exercice du pouvoir au Liban pendant les quatre prochaines années, jusqu’aux nouvelles élections législatives suivies de près par l’élection présidentielle.

Quelle que soit l’interprétation retenue, les Libanais attendent encore un gouvernement qui ne prend pas forme pour des raisons tellement floues qu’elles ouvrent la voie aux explications les plus diverses.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Les Libanais refusent de devenir étrangers dans leur propre pays.

Le pont

Lisez la chronique de M. Samir Attallah (Annahar), d'il y a quelques mois, sur les avions de combat que voulait offrir les USA au Président Chéhab à 10 dollars pièce, à condition que le Liban retire sa reconnaissance de Cuba. Quand le Général Chéhab s'est renseigné et avait appris qu'il y a 300 familles libanaises à Cuba qui risquaient de se trouver dans la rue, il a renoncé à ce cadeau empoisonné.

Il convient que certains journalistes arrêtent les analyses hostiles, inutiles et sans aucun fondement palpable, contre ce pays ami qui est l'Arabie S., duquel le Liban draine plusieurs milliards de dollars chaque année et qui offre du travail à des milliers de libanais. De l'aveu des politiques libanais les nœuds de la formation du gouvernement sont intérieurs, pas besoin d'aller chercher plus loin. Meilleures salutations

Wlek Sanferlou

Michel Fugain chantait" ils font l'amour les samedis, les gentils, ils font l'amour n'importe quand les méchants", alors pour Scarlett le hezb et ses amis se sont limités au samedi alors que le reste du Liban va péché n'importe quand!!! Quel bazard...

Hitti arlette

Et puis ils nous rebattent les oreilles , par le biais de leur chargé d'affaires au Liban Al Boukhari qu'ils ne s'immiscent pas dans la politique libanaise . Si les saoudiens , avec leurs "nouveaux" outils libanais de bricolage lpensent qu'ils pourraient décrocher le gros lot , ils tarderont pas à déchanter .. Et ce déception en déception chez nous et ailleurs , ils mettront un temps fou à s'en remettre . .Voilà ce qu'on appelle jouer avec le feu .

gaby sioufi

ALORS CA C ENCORE UN VIREMENT DE 180 degres- un MIRACLE ?
apres le truc de meerab ( compromis # 1 ) enterre mais encore oublie,

une journaliste moumanaiste appelle a liberer notre liban de cette heresie criminelle appelee Compromis Presidentiel....
Que Dieu dans sa sagesse nous trouve bcp + de moumanaistes pareils a celle -ci

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE LA BOURDE D,UN BOUT A L,AUTRE POUR CONDAMNER LA VICTIME ET BLANCHIR LES BOYCOTTEURS. DESINFORMATION !

Tabet Ibrahim

article tendancieux comme d'habitude

Zovighian Michel

Comment finir du compromis présidentiel alors qu'il en reste quatre ans du mandat? Faut-il lui demander de démissionner? La partie qui a intérêt à en finir serait la partie qui voudrait se désister de ces engagements. Ca ne peut pas être Hariri puisqu'il perdrait sa nomination de premier ministre.

Encore faut-il trouver un bon motif pour soutenir l'argumentation. Il ne faut pas écouter le vieux routier.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué