Liban

Pour le Liban officiel, le problème n’est pas avec les « déplacés » syriens, mais avec les organisations internationales

Décryptage
09/06/2018

Entre le Haut Comité des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et les autorités libanaises, le torchon brûle. La crise n’est toutefois pas une surprise, car au cours des dernières semaines, les autorités libanaises ont multiplié les indices sur leur intention d’ouvrir en grand le dossier des « déplacés » syriens, appellation voulue par le Liban officiel pour éviter de donner aux Syriens installés au Liban depuis la guerre dans leur pays le statut de « réfugié ». Dans ce bras de fer qui s’annonce, le Liban officiel affirme que les déplacés syriens ne sont pas en cause, mais bien les organisations internationales qui multiplient les entraves pour empêcher leur retour chez eux.
Depuis le début, le dossier en question a été conflictuel et suspect. Dès les premiers mois du conflit syrien (mars 2011) et alors qu’il n’y avait pas encore d’affrontements armés, puisque le mouvement de protestation était encore pacifique, des tentes ont commencé à être installées autour de la région de Wadi Khaled au Akkar en prévision de l’arrivée de Syriens fuyant les troubles dans leur pays. À cette époque toutefois, il n’y avait pas de réelle inquiétude, la tendance générale étant de croire que le régime syrien devrait disparaître dans les mois suivants et qu’il n’y avait donc pas lieu de craindre une arrivée massive de Syriens, ceux-ci devant rentrer chez eux une fois la paix rétablie après la chute du président Bachar el-Assad. D’ailleurs, dans le nord du Liban, en particulier au Akkar et à Tripoli, l’opinion publique était en général favorable au renversement du régime syrien et voyait d’un bon œil l’afflux des partisans de l’opposition avec leurs familles. C’est bien plus tard que l’attitude des habitants du Nord à l’égard des Syriens a commencé à changer pour de multiples raisons, dont la moindre n’est pas la concurrence professionnelle et leur présence de plus en plus nombreuse et prolongée. En décembre 2016, lors de la formation de l’actuel gouvernement, c’est un Akkariote ouvertement hostile au régime syrien qui a été sciemment choisi pour devenir ministre chargé des Déplacés. Il s’agissait de Mouïn Merhebi qui, depuis, est pratiquement marginalisé, car la tendance générale a changé.


(Lire aussi : Bassil part en guerre contre le HCR)


Plusieurs facteurs ont poussé le Liban à changer d’attitude dans l’approche de ce dossier. D’abord, le fait que la guerre en Syrie se prolonge et il n’y a pour l’instant aucun indice sérieux sur le fait qu’une solution définitive est proche. Ensuite, la situation économique et sociale libanaise est devenue très grave et exige une réaction libanaise à plus d’un niveau, notamment sur le plan de la lutte contre le chômage chez les jeunes, ceux-ci étant sérieusement concurrencés par la main-d’œuvre syrienne. Enfin, l’attitude des Libanais à l’égard de ce dossier a changé, même ceux qui appuyaient l’opposition syrienne et qui sont hostiles au régime syrien ne veulent plus accueillir les déplacés syriens dans leurs villages. Certaines municipalités, dans toutes les régions, prennent d’ailleurs des mesures spécifiques pour limiter les déplacements des Syriens après le coucher du soleil. Il ne s’agit pas de mesures racistes, affirment les autorités concernées, mais d’un souci d’éviter d’éventuelles frictions, dues à la promiscuité, à la misère et au désœuvrement, à la demande des habitants. C’est dire qu’aujourd’hui, la plupart, sinon tous les Libanais sont favorables à un processus progressif de retour. Le Liban officiel avait d’ailleurs envoyé des signaux dans ce sens. D’abord, le président de la République en avait ouvertement parlé à la tribune des Nations unies et dans d’autres rencontres internationales, arabes et européennes. Ensuite, le directeur de la Sûreté générale, qui joue, entre autres rôles, celui de lien agréé avec le régime syrien, a déjà parrainé le retour chez eux de quelques milliers de Syriens. Mais cette initiative a été très mal accueillie par l’ONU et la communauté internationale en général, qui a précisé que le Liban ne peut pas renvoyer ainsi les déplacés chez eux, et toute opération de retour doit être « sûre, digne et volontaire ». La communauté internationale estime à cet égard avoir fait une concession au Liban en renonçant à exiger que le retour soit lié à une solution politique en Syrie. Mais en même temps, les membres de Haut Comité des réfugiés présents au Liban ont multiplié les enquêtes auprès des déplacés eux-mêmes, notamment dans la région de Chebaa, pour leur déconseiller de rentrer chez eux en leur disant aque les maisons sont détruites alors que la sécurité n’est pas totalement assurée.
Pour les autorités libanaises, ces arguments ne sont pas convaincants car les organisations internationales ont les moyens d’agir en Syrie même, et les aides qui sont données ici peuvent être octroyées là-bas. De plus, affirmer, comme le font certaines organisations internationales, que le président syrien ne veut pas que les déplacés reviennent ne peut être vérifié que si l’on tente réellement d’amorcer le retour. Sinon, cela reste des accusations politiques.


(Lire aussi : Liban : Le HCR dément s’opposer au retour des réfugiés syriens)


Les autorités libanaises avancent aussi pour justifier leur détermination à lancer le processus du retour que le Liban a vécu trois expériences d’accueil de déplacés. Il y a eu les Chypriotes en 1974, lors du conflit entre la Turquie et Chypre. Ils sont restés quelques mois et ils sont rentrés lorsque le cessez-le feu a été conclu, sans attendre une solution politique qui n’a toujours pas été trouvée. Il y a eu aussi l’expérience des réfugiés palestiniens qui sont hors de chez eux depuis 70 ans et qui n’ont aucune perspective de retour en vue, sans parler d’une solution politique. Et, enfin, il y a depuis 2011 les déplacés syriens qui sont plus d’un million et demi. Si on leur ajoute les Palestiniens, le chiffre s’élève à 2 millions de déplacés pour une population de près de 4 millions d’habitants. Les chiffres sont hallucinants, et si on devait donner une idée des proportions, cela voudrait dire qu’il y aurait près de 165 millions de déplacés aux États-Unis sur 330 millions d’habitants, ou encore près de 35 millions sur 70 millions de Français ! Quand on pense que l’Europe refuse d’accueillir un million de réfugiés syriens, alors comment peut-on demander au Liban d’accueillir un nombre équivalent à la moitié de ses habitants ? Selon les autorités libanaises, c’est une question de survie pour le pays, sans aucune arrière-pensée raciste. Entre les Libanais et les Syriens, il y a beaucoup trop de liens familiaux, géographiques et économiques pour qu’il puisse y avoir une approche raciste. De plus, les Syriens souhaitent rentrer chez eux. Mais ce sont les organisations internationales qui s’y opposent pour des raisons qui ne sont pas convaincantes aux yeux des autorités libanaises. C’est pourquoi le conflit entre le ministère des AE et le HCR aujourd’hui et, demain peut-être, d’autres parties internationales risque de s’envenimer. Mais c’est en rang uni que le Liban espère faire front.


Lire aussi

Le Liban œuvre avec Damas au retour de milliers de réfugiés

Aoun : Le retour des réfugiés syriens chez eux est dans l’intérêt national


Pour mémoire

Réfugiés syriens : Bassil demande le retrait de la déclaration de la Conférence de Bruxelles

Réfugiés syriens : le Liban accuse la communauté internationale de mettre le pays en danger

La représentante du HCR convoquée aux AE, Merhebi qualifie Bassil de « raciste »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Rentrer chez eux? Oui il le faut si le "chez eux" existe toujours. Vu l'efficacité des armées en jeux, la destruction des villes est parfois totale donc rien à retourner vers!
Option 2 créer des camps de déplacés à l'intérieur de la Syrie et ramener tout les réfugiés du Liban, Jordanie,Turquie et Iraq sous la direction des NU mais bien sur avec l'accord du lionceau... Cet accord ne viendra jamais sinon pas de sitôt. Alors là bataille de bassil et ses supporters n addresse pas la bonne source de trouble mais plutôt un bienfaiteur intermédiaire et impuissant.
La solution comme celle des palestiniens tient à deux grandes puissances Russie et états unis mais les deux s'en fichent carrément alors... là bataille de bassil est une guerre donquichottienne contre des moulins à vents ...
Allah yisseeiid

Irene Said

"...Mais c'est en rang uni que le Liban espère faire front..."

C'est justement là où le bât blesse:
les Libanais ne savent pas s'unir...et les "organisations internationales" comme le HCR en profitent !!!
Irène Saïd

Le point

L'avenir des déplacés syriens est une affaire de gros sous pour les ONG et les organisations internationales, qui veulent ramasser de l'argent des pays donateurs, sur le dos de la misère, quitte à entretenir et pérenniser la situation au Liban. De quoi se mêlent-ils? La présence en nombre des syriens a perturbé durablement le tissu économique libanais, car forcément ils font concurrence déloyale à la main-d'oeuvre libanaise. Sans évoquer bien entendu les mariages de femmes mineures en 2ème épouse et ainsi de suite. Pourquoi le Liban ne demande-il pas au Nations Unis, et surtout à la Russie et à l'Iran, la création de zones accueillantes en Syrie pour ramener les déplacés chez eux? Comment les libanais supportent encore cette situation? La guerre est presque fini.

yves kerlidou

Une précision quand même Mme je sais tout : dans l'accord Européen la France devait accueillir 37 000 syriens savez vous combien étaient volontaires ? 6 000 !!

Le Faucon Pèlerin

Chère Scarlett Haddad,
Vous avez écrit hier que Nabih Berry s'était rendu chez Fouad Chéhab qui était à Sarba...
Je suis fier de lire le nom de mon village "Sarba" dans un journal comme l'OLJ mais, le palais présidentiel du président Fouad Chéhab était en réalité à Zouk-Mikayel, loin de 300m des limites-sud de Sarba. Dont acte.

gaby sioufi

""Depuis le début, le dossier en question a été conflictuel et suspect. Dès les premiers mois du conflit syrien (mars 2011) et alors qu’il n’y avait pas encore d’affrontements armés, puisque le mouvement de protestation était encore pacifique, des tentes ont commencé à être installées autour de la région de Wadi Khaled au Akkar en prévision de l’arrivée de Syriens fuyant les troubles dans leur pays""
ecrit s hadad !
du jamais encore entendu, lu, ecrit, meme les ennemis les plus jures d'israel, des usa, du liban n'on jamais encore ose sortir une telle .... j'ai honte de decrire.

mais bien entendu s hadad a ses propres sources, toujours verifiables et hautement fiables qui lui ont assure QUE :
les ennemis jures cites ci-haut avaient deja prepare le terrain BIEN AVANT la revolte des peuples arabes ici et la... avaient meme pris la peine de preparer les tentes...je cite s hadad, dans un soucj humanitaire .... MAIS SEULEMENT au Liban, pas en turquie, pas en jordanie certainement pas en grece ou en allemagne ..

AIGLEPERçANT

Excellentissime article , Scarlett nous a toujours averti des dangers que connaît le pays depuis le complot ocidentalo wahabite sous influence néfaste des sionistes cad depuis 2011.

Le Liban nouveau , celui qui ne se laissera plus marcher sur les pieds est né et trouvera ses solutions en interne sans avoir à trop compter sur les instances douteuses de l'international.

Bon week end Scarlett et permettez moi une bise sur chaque joue .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU COMME-CI ET DU COMME-CA DE LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD AVEC UNE SAUCE RICHE EN BARATINS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.