Conseil des ministres

Aoun réclame que les ministères réduisent leurs dépenses sans tarder

Lors du Conseil des ministres quis 'est tenu hier à Baabda, le président Aoun a souligné la nécessité d’adopter le budget et réclamé que les ministères réduisent leurs dépenses sans tarder. Photo Dalati et Nohra

Si la visite du secrétaire d’État américain Rex Tillerson au Liban était, on s’en doute, au cœur du Conseil des ministres qui s’est tenu hier l’après-midi à Baabda, le président Michel Aoun a également évoqué la question du budget.


« Nous avons informé le côté américain de la position du Liban en ce qui concerne le mur (que construit Israël à la frontière) et les eaux territoriales, a déclaré M. Aoun. Il y a une volonté de poursuivre les discussions pour trouver des solutions. » « La position du Liban découle de la réunion tripartite à Baabda », a ajouté M. Aoun en précisant que « M.Tillerson était à l’écoute et compréhensif ».

Il y a quelques jours, rappelle-t-on, l’émissaire du département d’État, David Satterfield, avait proposé une formule de compromis au sujet du bloc 9. Elle prévoit que la compagnie chargée de l’exploration des hydrocarbures offshore verse au Liban les deux tiers de ses ventes et le tiers à Israël, en attendant que le conflit frontalier soit réglé, selon notre correspondant diplomatique Khalil Fleyhane. Une proposition sur laquelle les dirigeants libanais ont exprimé des réserves.


(Hydrocarbures offshore : quelques clés pour comprendre le contentieux libano-israélien)


Sur un autre plan, le président Aoun a souligné, lors du Conseil des ministres, la nécessité d’adopter le budget et réclamé que les ministères réduisent leurs dépenses sans tarder. Le Premier ministre, Saad Hariri, a rappelé avoir demandé à toutes les administrations et institutions publiques de réduire de 20 % leurs prévisions de dépenses pour le projet de budget de 2018, qui n’a toujours pas été adopté. Le Premier ministre a indiqué qu’il allait convoquer un Conseil des ministres pour que soient discutées toutes les réformes économiques nécessaires à la veille des conférences internationales de soutien au Liban qui doivent avoir lieu prochainement (Rome-Paris-Bruxelles).


(Lire aussi : Tillerson à Beyrouth : Les actions du Hezbollah « menacent » le Liban et la région)


Nominations et décharges sauvages
Par ailleurs, le gouvernement a procédé à des nominations qui ont pris par surprise les ministres : à la direction générale du ministère de la Culture, Ali Samad ; à la direction de la Bibliothèque nationale, Hassane Acra ; à l’office des eaux de Beyrouth, Jean Youssef Gebran ; à la présidence du conseil d’administration des Eaux de la Békaa, Gergès Rizk ; aux offices des eaux du Sud, Wassim Salah Daher ; du Nord, Khaled Barakat Obeid ; à l’office du Litani, Sami Hassan Alaouiyé. Les ministres FL ont contesté les nominations parce qu’elles n’avaient pas été prévues à l’ordre du jour. « Il y a un nouveau mécanisme pour faire passer des nominations en douce », a déclaré, de son côté, le ministre des Travaux publics, Youssef Fenianos, représentant le courant des Marada de Sleiman Frangié, en sortant du Conseil.

« J’ai proposé ces nominations en raison des vacances à ces postes et j’en ai la prérogative. Si quelqu’un les rejette, il peut contester », a répondu le ministre de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil.

D’autre part, un plan de traitement des décharges sauvages a été approuvé. Présenté par le ministre de l’Environnement, Tarek el-Khatib, il vise à fermer et réhabiliter les décharges sauvages du pays. M. Khatib avait annoncé, dès la semaine dernière, qu’il allait demander un budget de 20 millions de dollars à cette fin.

Les décharges sauvages sont presque au nombre de mille dans les différentes régions.



Lire aussi

Nous serons avec le Hezbollah contre toute agression israélienne, affirme à Beyrouth le chef d'une milice irakienne

Macron veut "mettre l'Iran sous surveillance en matière de balistique"

Machnouk : Nous espérons qu’un jour, les armes illégales reviendront dans le giron de l’État

Axe syro-iranien/Israël : Malgré les tensions et les inquiétudes, la guerre semble improbable



Si la visite du secrétaire d’État américain Rex Tillerson au Liban était, on s’en doute, au cœur du Conseil des ministres qui s’est tenu hier l’après-midi à Baabda, le président Michel Aoun a également évoqué la question du budget.


« Nous avons informé le côté américain de la position du Liban en ce qui concerne le mur (que construit Israël à la...

commentaires (3)

nous dit-il alors qu'il a embauche ses 3 filles a la presidence, abonne son beau-fils a des ministere ad-vitam aeternam, promu son cousin commandant de l'armee, nomme des ministres digne des plus grandes kleptocracies, etc....la liste est tres tres tres longue

George Khoury

11 h 19, le 16 février 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • nous dit-il alors qu'il a embauche ses 3 filles a la presidence, abonne son beau-fils a des ministere ad-vitam aeternam, promu son cousin commandant de l'armee, nomme des ministres digne des plus grandes kleptocracies, etc....la liste est tres tres tres longue

    George Khoury

    11 h 19, le 16 février 2018

  • PAS RECLAMER... FAITES-LEUR UN BUDGET ECONOMIQUE ET OBLIGEZ-LES A LE SUIVRE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 10, le 16 février 2018

  • Mais il était à l'écoute parce que tu as su trouver les MOTS justes pour qu'il comprenne qui tu es , toi le COMMANDANTE KHENERAL PHARE AOUN. Phare Aoun tu as les moyens de t'exprimer très cher résistant.

    FRIK-A-FRAK

    07 h 04, le 16 février 2018