X

À La Une

Nous serons avec le Hezbollah contre toute agression israélienne, affirme à Beyrouth le chef d'une milice irakienne

Liban

"Nous constituerons avec le parti un seul front, comme nous l'avions fait avec lui en Irak ou en Syrie", a déclaré le secrétaire général de la milice al-Noujaba, Akram al-Kaaba.

OLJ
13/02/2018

Le chef d'une puissante milice irakienne pro-iranienne a annoncé mardi depuis la banlieue-sud chiite de Beyrouth que sa formation était prête à soutenir le Hezbollah en cas d'attaque de la part d'Israël, au moment où la tension monte entre Tel-Aviv et le mouvement chiite libanais et ses alliés syrien et iranien. 

"Nous serons aux côtés du Hezbollah en cas d'attaque israélienne ou de toute action israélienne contre le parti", a lancé le secrétaire général de la milice al-Noujaba, Akram al-Kaabi, cité par l'AFP. "Nous constituerons avec le parti un seul front, comme nous l'avions fait avec lui en Irak ou en Syrie. Nous continuerons à défendre la Syrie, qui fait partie de l'axe de la Résistance, et nous serons victorieux", a-t-il conclu.

Le mouvement al-Noujaba, né en 2013, est soutenu militairement par les Gardiens de la révolution islamique, l'armée d'élite du régime iranien. Le nombre de combattants d'al-Noujaba gravite autour de 1.500. La milice fait partie des groupes para-militaires du Hachd al-Chaabi, créés en 2014 pour combattre l'organisation jihadiste Etat islamique.

Les deux mouvements chiites sont engagés militairement en Syrie, où ils luttent au côté du régime de Bachar al-Assad contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les groupes rebelles.

Akram al-Kaabi s'exprimait à l'issue d'une tournée dans la banlieue-sud de Beyrouth où il s'est recueilli devant les tombes de combattants du Hezbollah tués durant les dernières années, notamment Imad Moghniyé, principal commandant militaire du mouvement assassiné en 2008 à Damas.


(Lire aussi : Israël ne "tolérera pas" que le Liban devienne un site iranien pour missiles, avertit Netanyahu)


Israël voit d'un mauvais œil l'intervention militaire du Hezbollah et de son parrain iranien en Syrie, et a mené à plusieurs reprises des frappes contre des positions du mouvement libanais dans le pays voisin en guerre. Samedi, l'Etat hébreu a même mené des raids sans précédent contre des cibles "iraniennes" en Syrie. Lors de cette opération, la plus grave depuis le début du conflit syrien, la défense aérienne syrienne a abattu un chasseur israélien F-16.

Depuis plusieurs jours, la tension monte parallèlement entre Israël et le Liban, notamment au sujet de la construction d'un mur en béton dans une zone frontalière contestée, et de l'exploitation des hydrocarbures offshore du Liban dans une zone limitrophe.

Les propos du chef de milice irakien mettent également à mal une nouvelle fois la politique de distanciation du Liban par rapport aux conflits régionaux que le chef du gouvernement libanais, Saad Hariri, appelle à respecter. M. Hariri avait posé comme condition l'engagement officiel du Liban à mettre en œuvre cette politique pour revenir sur sa démission qu'il avait présenté depuis Riyad le 4 novembre dernier. Il avait finalement obtenu gain de cause.


La visite d'Akram al-Kaabi est la deuxième d'un responsable d'une milice irakienne en deux mois.
En décembre dernier, le chef de la milice irakienne "Assaeb Ahl el-Haq", Qaïs el-Khazaali, s'était rendu à la frontière libano-israélienne en tenue militaire. Cette visite, ainsi que celle du commandant d'une faction chiite syrienne qui combat en Syrie aux côtés du Hezbollah, Abou Abbas, avaient fait polémique au Liban.

De son côté, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait mis en garde Israël, en juin dernier, contre toute action militaire. "Cela ouvrira la porte (à l'arrivée) de centaines de milliers de combattants du monde arabe et musulman -d'Irak, du Yémen, d'Afghanistan et du Pakistan- pour participer aux combats", avait-il menacé.


Israël et le Hezbollah se sont livrés en 2006 une guerre qui a fait plus de 1.200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, quasiment tous des soldats. Selon l'armée israélienne, le Hezbollah dispose actuellement de plus de 100.000 roquettes et missiles dont certains peuvent atteindre pratiquement tout le territoire israélien.


Lire aussi

À Baabda, l’exigence d’unité face aux menaces israéliennes

Axe syro-iranien/Israël : Malgré les tensions et les inquiétudes, la guerre semble improbable

La chute de l’avion israélien et l’équilibre de la terreur..., le décryptage de Scarlett Haddad 

Aoun : Si Israël traduit en actes ses provocations, il y aura de nouvelles guerres

Analyse : Israël / Iran : une stratégie de « grignotage » dangereuse

Hydrocarbures offshore libanais : les dés sont jetés


Pour mémoire
Quand Israël trace clairement ses lignes rouges en Syrie    

Lieberman : En Syrie, c'est davantage le Hezbollah que l'Iran

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

Le masque divin
se craquèle....

Irene Said

Ce Akram al-Kaabi,au titre ronflant de secrétaire général de la milice Al-Noujaba...est probablement au chômage actuellement et aurait besoin de dollars...ou il s'ennuie ferme, le pauvre ! Donc, une petite escapade touristique au Liban remonte le moral et fait plaisir du même coup aux moutons-suiveurs-bêleurs.
Pourtant, dans son pays l'Irak il y aurait pas mal de choses utiles a faire, mais les fanfaronades payent beaucoup mieux dans nos contrées !
Irène Saïd


Wlek Sanferlou

La chute du F16 israélien tient lieu maintenant d'invitation à tout adepte de guerre continue à la queue Leleu pour venir au Liban nous montrer ses biceps gonflé à la propagande iranosyrianique qui nous pointe vers un abîme profond et sûr...

Bery tus

Aie aie aie pauvre Beyrouth ... et pauvre libanais toutes les batailles doivent se tenir sur ton sol ... car en syrie et en Iran et en Irak et Yémen ont tellement peur que cela se passe sur leur propre sol !! Pour eux le libanais n’est rien et ne vaut rien qu’il meurt par millier

Yves Prevost

Hariri avait posé comme condition pour revenir sur sa démission, l'engagement officiel du gouvernement à une politique de distanciation. Il a, certes, obtenu cet engagement, mais il n'a pas obtenu qu'il soit respecté !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban et les spéculations sur l’avenir des relations syro-iraniennes

Un peu plus de Médéa AZOURI

« Nous sommes heureux et honorés de vous recevoir »

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué