X

La Dernière

Sana Halwani Tawil, la dame de cœur

Positive Lebanese
17/01/2018

Sana Tawil est une magicienne. Sa maison, sa table, ses histoires sont autant de voyages vers le monde de la générosité et du partage. La rencontrer, c'est se sentir instantanément gagné par son énergie, son humour et sa gentillesse. C'est aussi se plonger dans une vie trépidante faite de créativité et surtout de don de soi.

Très vite orpheline de père, c'est dans la lumière d'une mère artiste et altruiste que la petite fille grandit entourée de ses trois frères. Dans le salon familial, beaucoup de réunions de femmes qui consacrent leur temps à aider les autres. En toute simplicité et tout naturellement, on ne conçoit pas dans la famille Halwani de ne pas tendre la main aux plus démunis. La relève est vite assurée avec la jeune fille qui, dès l'âge de 12 ans, s'investit auprès des orphelins de Beyrouth. Travaillant avec Dar al-Aytam al-Islamiya, elle s'occupe avec un groupe de ses amies de deux petites filles trouvées qu'elles aident comme elles le peuvent. De solides liens se créent avec ces enfants qui n'ont aucune famille, qui se maintiennent jusqu'à aujourd'hui.

Plus tard, mariée et mère de deux filles, Sana Tawil n'a pas eu de cesse de perpétuer l'héritage familial qui consiste à ne jamais perdre de vue la chance de recevoir et la grâce de donner. Et la richesse du partage également. Partager la joie d'apprendre en organisant chaque année des colonies de vacances mémorables où plus de cinquante enfants allaient suivre dans le sud de la France des ateliers de poterie, de danse, de marionnettes, de photographie, de sculpture. Partager le bonheur de transmettre avec plus de dix années d'enseignement d'arts plastiques au Collège Louise Wegmann. Partager l'émerveillement de la découverte avec des voyages qu'elle organise depuis 1992 avec Myriam Shuman en Inde, au Vietnam, au Laos, au Cambodge, en Afrique du Sud et au Maroc. Mais aussi et surtout vivre tous les jours Ashghalouna, une association dépendant de Dar al-Aytam al-Islamiya, et qui permet aux veuves de Beyrouth de travailler et de subvenir aux besoins de leur famille.

Créée il y a plus de trente ans, cette association est aujourd'hui une belle histoire. Une histoire de dévouement avec une équipe de vingt femmes bénévoles qui s'occupent du fonctionnement interne. Une histoire de solidarité avec plus de cinquante veuves qui apprennent dans les ateliers à coudre, broder, tisser, et surtout à gagner dignité et liberté. Une histoire de savoir-faire aussi avec une boutique qui ne désemplit pas et où nappes, caftans, trousseau de bébé, sacs, serviettes, draps côtoient quelques spécialités culinaires très prisées. Parce que Ashghalouna, c'est aussi une affaire de goût avec le fameux buffet-déjeuner du vendredi, devenu une tradition sacrée où des femmes s'activent à préparer leurs délicieuses recettes servies dans l'atmosphère chaleureuse d'une magnifique maison libanaise. Ayant appartenu à l'ambassade de Grande-Bretagne, cette belle bâtisse construite au siècle dernier a été acquise par Dar al-Aytam et entièrement rénovée dans les règles de la tradition pour accueillir les bureaux, les ateliers, les cuisines, les salles d'exposition et le restaurant de l'association Ashghalouna. Depuis peu, des jeunes ont rejoint l'équipe des volontaires, ont injecté des idées nouvelles et offrent un succulent brunch les mardis matins.

C'est toujours avec un cœur léger que Sana Tawil prend le chemin qui mène à ce lieu formidable à plus d'un titre. D'abord parce qu'elle retrouve ces femmes qui sont comme une grande famille chaleureuse. Ensuite parce qu'elle trouve dans le partage un bonheur qu'elle ne saurait quantifier. Sa devise est simple et lumineuse, à son image : Je reçois de la vie et je donne ; et quand je donne, je reçois.

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays.

 

 

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)

 

Dans la même rubrique

Sandra Khlat Abdelnour, sourire aux autres

Nadine Garabédian, des livres pour éclairer le chemin

Naji Raji, Beyrouth n'est pas impossible

Josyane Boulos, toute la force de l’amour

Lena et Fadi Gebran : la résilience, la vraie

Nicole Abdul Massih, transcender la distance

Kim Issa, pour relayer l'espoir

Raja Noujaim, libre et engagé

Léa Baroudy, marcher main dans la main

Joslin Kehdy et Walaa el-Safadi, une pure bouffée d’air frais

 

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des menaces... et des négociations

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.