X

La Dernière

Nadine Garabédian, des livres pour éclairer le chemin

Positive Lebanese
29/11/2017

« La littérature peut ne pas changer le monde, mais peut-être peut-elle changer ceux qui la lisent. » Dans cette phrase de Leila Slimani, de l'espoir, de l'amour, du partage et du don.

Savoir que l'objet livre est un passeport pour l'ailleurs, une autoroute vers le meilleur, un compagnon fidèle qui comble n'importe quelle solitude est si rassurant. Savoir aussi que certains textes, certaines phrases peuvent être importants et efficaces pour aider quelqu'un à redevenir sujet de sa vie au lieu d'être objet de la violence du quotidien est tellement prometteur. Rien ne peut remplacer la lecture, ce voyage vers les autres et vers soi, et il n'y a pas d'âge pour caresser les couvertures colorées qui cachent tant de trésors. Partant de ce constat, il n'aura pas fallu beaucoup de temps à Nadine Garabédian pour mettre au point son projet de fournir des bibliothèques aux écoles publiques.

Installée en France, cette mère de trois enfants, enseignante dans des zones d'éducation prioritaire, a fondé en 2013 son association Nation Initiative/Mashrou' Watan pour défendre la francophonie et le droit de tous à la culture et à la lecture. Et c'est naturellement vers le Liban que se sont dirigés ses projets. Les écoles publiques dans notre pays sont dans un état précaire et la situation ne s'est pas arrangée avec l'arrivée massive d'élèves syriens. En choisissant deux écoles pilotes, l'une à Yahchouch et l'autre dans la banlieue sud de Beyrouth, toute l'équipe de près de quarante personnes de Mashrou' Watan, qui se partage entre le Liban et la France, s'est mobilisée. Bénéficiant du soutien du directeur du ministère de l'Éducation, ce projet n'en est encore qu'à ses début tant Nadine Garabédian est motivée. Profondément convaincue que la lecture et la culture sont les seules armes contre la délinquance, la violence et l'intolérance, cette pédagogue expérimentée a réussi à acheminer cet été plus de 800 livres neufs, en français, pour enrichir les bibliothèques de ces deux écoles. Bientôt, ce sera au tour du matériel informatique nécessaire aux enfants avant d'enchaîner à la rentrée avec une expérience très intéressante.

« L'école duo » consiste à mettre en relation par projection vidéo les enfants de ces deux écoles publiques, entourés de leurs professeurs, avec des enfants du même niveau dans deux écoles en France. Le contact s'établira ainsi et de nombreuses activités pourront être réalisées en commun. Une façon pour les élèves libanais de s'ouvrir vers le monde et d'aller vers les autres. Et surtout de pratiquer le français. Encourager la pratique du français au Liban reste la priorité de cette association qui, avec l'appui de la mairie de Paris, de la mairie du 16e arrondissement et de la Région Île-de-France, compte également fournir des livres aux bibliothèques municipales de Beyrouth et d'autres régions, former les bibliothécaires, contacter les éditeurs pour les sensibiliser, recueillir le maximum de matériel, livres, ordinateurs et autres.

Nadine Garabédian a des projets plein la tête et le cœur. Elle sait mieux que personne l'importance de donner aux enfants la possibilité d'avoir entre les mains de jolis livres, des images, et de comprendre le rôle du partage à travers, surtout, l'apprentissage de la langue et la culture françaises qui reste pour les Libanais une de leurs plus belles ouvertures vers le monde.
« Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser, mettez des livres partout », disait Victor Hugo.

 

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)

 

Dans la même rubrique

Naji Raji, Beyrouth n'est pas impossible

Josyane Boulos, toute la force de l’amour

Lena et Fadi Gebran : la résilience, la vraie

Nicole Abdul Massih, transcender la distance

Kim Issa, pour relayer l'espoir

Raja Noujaim, libre et engagé

Léa Baroudy, marcher main dans la main

Joslin Kehdy et Walaa el-Safadi, une pure bouffée d’air frais

Michelle Mouracadé : Aider à aider

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marie-Hélène

« Quelque 80 postes de professeurs expatriés et 100 postes d’enseignants résidents seront supprimés en 2018 dans les écoles, collèges et lycées français de l’étranger« 
Et pendant ce temps,une libanaise se bat pour promouvoir la francophonie dans les ecoles ! Chapeau!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants