X

À La Une

Hariri tente de déminer la polémique autour de ses propos sur les armes du Hezbollah

Liban

"Aujourd'hui, nous construisons pour protéger la stabilité du Liban pendant que d'autres construisent pour la sédition dans le pays", a déclaré le Premier ministre.

OLJ
30/11/2017

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a tenté jeudi soir de déminer une polémique née de ses propos sur les armes du Hezbollah dans un entretien à l'hebdomadaire français Paris Match qui a publié, jeudi matin, l'interview titrée "Je suis toujours en danger de mort".

 

"Surenchère"
"A ceux qui font de la surenchère, je dis : ce que j'ai dit à Paris Match est clair comme de l'eau de roche. Nous sommes liés à un conflit avec le Hezbollah, de la même façon qu'ils sont liés à un conflit avec nous", a écrit M. Hariri sur son compte Twitter. "Ce qui s'est fait dans le passé est fait. Aujourd'hui, nous construisons pour protéger la stabilité du Liban pendant que d'autres construisent pour la sédition dans le pays", a-t-il ajouté.

 

 

Par cette déclaration cinglante, M. Hariri répond à ceux qui ont contesté ses propos concernant les armes du Hezbollah qui, a-t-il dit, "a des armes, certes, mais ne les utilise pas sur le sol libanais".

Dans cet entretien à l'hebdomadaire français, le Premier ministre a indiqué qu'il fallait différencier entre le rôle politique du parti chiite et son rôle militaire. "Il faut bien faire la distinction. Au Liban, le Hezbollah a un rôle politique. Il a des armes, certes, mais il ne les utilise pas sur le sol libanais. L'intérêt du Liban est de faire en sorte que ces armes ne soient pas utilisées ailleurs. De là vient le problème", a-t-il déclaré. "Trop de sang a coulé dans la région. Je redoute que l’ingérence du Hezbollah à l’extérieur finisse par coûter très cher au Liban, a-t-il ajouté. Je n’accepterai pas qu’un parti politique libanais participe à des manœuvres qui servent les intérêts de l’Iran".

 

(Lire aussi : A Rome, Aoun loue l'unité et le dialogue au Liban)

 

"Insulte"
"La position des présidents Aoun et Hariri sur les armes du Hezbollah constituent une insulte à la mémoire des Libanais", a réagi l'ancien ministre de la Justice, Achraf Rifi, virulent opposant au parti chiite. "C'est oublier les martyrs de la Révolution du Cèdre et ceux du 7 mai", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il fallait refuser de "capituler face à la tutelle iranienne".

 

 

M. Rifi fait notamment référence aux événements du 7 mai 2008. Ce jour-là, des heurts avaient opposé le Hezbollah et ses alliés d'une part, et des sympathisants du gouvernement, issu de la majorité antisyrienne d'autre part, à Beyrouth et dans différentes régions libanaises. Les violences avaient fait près de 100 morts en une semaine.

"Que ceux qui veulent capituler le fassent en assumant leurs responsabilités. Mais personne n'a le droit de faire des compromis sur les sacrifices des Libanais qui se sont révoltés pour la liberté et la souveraineté", a ajouté M. Rifi. "Avec eux, nous continuerons à agir en faveur du retour de l'Etat retenu prisonnier", a lancé l'ancien ministre.

 

 

"Saad Hariri a tout simplement dit que les armes du Hezbollah ne seront pas utilisées sur le territoire libanais", a déclaré de son côté à la chaîne locale LBCI le ministre de la Culture, Ghattas Khoury, proche du chef du gouvernement, ajoutant que "certains l'attendent au tournant".

"Si certains veulent provoquer la sédition et le chaos, des procédures légales et judiciaires seront engagées", a affirmé pour sa part l'ancien ministre druze Wi'am Wahhab, soutien du Hezbollah.

Elias Zoghbi, membre du secrétariat général du 14 Mars, a de son côté que les propos de MM. Aoun et Hariri "n'annoncent pas un compromis au niveau du choc, mais préparent pour un plus grand choc!", en référence aux termes utilisés par le Premier ministre qui avait dit que sa démission a créé un "choc positif".

Quant au journaliste proche du Courant du Futur, Farès Khachan, il a indiqué, citant des sources proches du chef du gouvernement, qu'en évoquant les armes du Hezbollah, M. Hariri "parlait uniquement du présent et non du passé".
 

Les Libanais du Golfe
Le chef du gouvernement qui avait annoncé le 4 novembre sa démission depuis Riyad, avant de la geler au lendemain de son retour au Liban, le 22 novembre, a également affirmé qu'il reprendra son rôle de Premier ministre comme si de rien n’était. "Je souhaitais que le monde comprenne que le Liban ne peut plus tolérer les ingérences d’un parti comme le Hezbollah dans les affaires des pays du Golfe, où vivent 300 000 Libanais. Ils sont très importants pour notre économie, a-t-il affirmé avant d'ajouter : Nous ne devons pas payer pour les agissements du Hezbollah".

Le président Michel Aoun avait lancé lundi une série de concertations avec les principaux pôles politiques du pays afin de persuader le Premier ministre de revenir définitivement sur sa démission. Ce dernier exige une politique de distanciation effective par rapport aux conflits régionaux, notamment en Syrie, où le Hezbollah, allié de l'Iran, soutient militairement le régime de Bachar el-Assad. 

Ces deux derniers jours, le chef de l'Etat et le Premier ministre ont multiplié les signes laissant à penser que la crise née de l'annonce de la démission de M. Hariri pourrait être réglée la semaine prochaine, notamment après le retour vendredi de M. Aoun de son déplacement officiel de deux jours en Italie et celui du chef du gouvernement, qui s'est envolé mercredi soir pour Paris pour une visite familiale de quelques jours avant de retourner au Liban. Un Conseil des ministres devrait se tenir à ce moment-là.

 

 

Lire aussi

Le Liban officiel table sur « une unité miraculeuse »

Une certaine souplesse saoudienne à l’origine de la détente politique locale

La plupart des parties internes veulent le maintien de l’actuel gouvernementle décryptage de Scarlett HADDAD

Michel Aoun se portera garant de la période à venir

De Baabda, Raï annonce qu’un Conseil des ministres se tiendra la semaine prochaine

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Mr Hariri, vous faites fausse route .. mais de bonne guerre vous essayer d'engranger une remonter de votre cote de popularite ... ce n'est pas moi qui le dit mais vos adversaire d'hier hezb et CPL .. car surement ils n'aimeraient pas voir un Rifi au parlement ...

Mr Hariri IL N'Y A AUCUNE CINQUIEME COLLONNE SEULEMENT CEUX QUI SONT VOS ADVERSAIRES .. EN TT CAS VOUS ALLEZ VOIR QUE VOTRE POPULARITE NE VAS PAS PRENDRE LA PENTE REMONTANTE .. IL FALLAIT RESTER CAMPER SUR VOTRE DEMISSION

Fredy Hakim

Mr Hariri a échappé au piège de la guerre civile voulue par des wahabites aigris grâce au soutien sans faille du Président Aoun. L’humiliation infligée à Saad par MBS et la trahison de ses anciens amis du 14 mars vont transformé le paysage politique libanais en profondeur. Mr Hariri a compris que les souverainistes ne sont pas ceux que l’on croit et le courage dont il a fait preuve a fait éviter au Liban la haine que certains princes et leurs amis FL, Rifi etc.. voulaient diffuser entre libanais en les encourageant a s’affronter dans la rue!
Merci Mrs Hariri, Aoun et Macron.

Henrik Yowakim

"La position des présidents Aoun et Hariri sur les armes du Hezbollah constituent une insulte à la mémoire des Libanais", a réagi l'ancien ministre de la Justice, Achraf Rifi, virulent opposant au parti chiite. "C'est oublier les martyrs de la Révolution du Cèdre et ceux du 7 mai", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il fallait refuser de "capituler face à la tutelle iranienne".

L'HISTOIRE SE REPETE

FACE A L'OCCUPATION NAZIE DE LA FRANCE LA CAPITULATION DU MARÉCHAL PÉTAIN ET DU GOUVERNEMENT DE VICHY

ET FACE A L'OCCUPATION BAASYRO/IRANIENNE CELLE DU GÉNÉRAL HAWN ET DU GOUVERNEMENT DE HAHAHARIRI ?????

LE LIBAN CONNAÎTRA IL AURA T IL ENFIN APRÈS DES DÉCENNIES D'OCCUPATION SON GENERAL DE GAULLE ?????

ET QUI SERA EN CHARGE DE LA RÉSISTANCE CONTRE CETTE OCCUPATION ET CETTE MAINMISE TERRORISTE DU PAYS PAR LA MILICE DU DIABLE ET LES RÉSIDUS DU SYSTÈME SÉCURITAIRE BAASSYRIEN QUI TRÔNENT TRIOMPHALEMENT DANS PLUSIEURS MINISTÈRES ?????

Ma Fi Metlo

Le chantage au " libanais qui bossent dans les pays du golfe " est usé à la corde.

Que la bensaoudie décidé de les renvoyer et elle se rendra compte de son erreur à la hauteur de celle qu'elle a fait en sequestrant Saad Hariri pendant 10 jours.

Les puissances qui attendent que la place LIBAN soit nettoyée des effets néfastes de leur présence SONT nombreuses.

Au passage parlez nous un peu de la Chine qui a décidé d'envoyer en Syrie des soldats pour liquider les bactéries WAHABITES chinoises du quang xi.

Le monde bouge, les aveugles amorphes sont ceux qui vont morfler.

gaby sioufi

il est inutile de reprendre les declarations de hariri. elles ne sont que la preuve du flou de la situation telle que vue par la classe politique - toute-

il est vrai que hariri doit imperativement engager un/une autre PR non pour arriver a etre plus clair mais moins contradictoire donc moins controverse .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI... ILS N,ONT PAS BESOIN D,INTERVENIR, LE SPECTRE DES ARMES SUFFIT A ASSEOIR LEUR MAINMISE SUR L,ETAT ET A FAIRE VALOIR TOUS LEURS CAPRICES ET FAIRE AVALER TOUTES LEURS EXACTIONS INTERNES COMME EXTERNES ... REVEILLEZ-VOUS, QUE DIABLE !

Antoine Sabbagha

Ménager la chèvre et le chou telle est donc la nouvelle politique du gouvernement .A suivre .

COURBAN Antoine

Les propos de Monsieur Hariri sont ambigus et malheureux.
Ce flou entretenu autour des armes du Hezbollah est le mal endémique qui ronge la vie politique libanaise depuis l'an 2000 et le retrait de l'armée israélienne du Sud-Liban.
Les politiciens libanais, Saad Hariri en premier, ont toujours été soucieux de paix civile et de cohésion interne, fut-ce au prix de douloureuses concessions pour ne pas dire "capitulations" .... De l'entente quadripartite de 2005, en passant par la "libanisation" du Hezbollah qui a mené à ne pas inscrire la résolution 1701 sous le Chapitre VII de l'ONU, sans compter le 7 mai 2008 et le compromis boîteux de Doha; sans oublier la visite peu glorieuse à Damas. Comment ne pas rappeler qu'à deux reprises (2005 et 2009) le peuple libanais a démocratiquement donné tous les pouvoirs au camp dit du 14-Mars. Et pourtant, Monsieur Hariri et ses amis politiques ne l'ont pas exercé et ont préféré les tergiversations et le flou artistique autour de ce problème crucial de la souveraineté.
La cris libanaise n'a pas pour cause unique les agissements du Hezbollah. Elle a également pour cause le fait que ceux qui détiennent le pouvoir souverain n'ont pas voulu l'exercer pleinement et ont toujours préféré les compromis pas toujours à la hauteur de la situation. Le camp dit du 14-Mars assume une lourde responsabilité en la matière.

Yves Prevost

"Des heurts avaient opposé le Hezbollah et ses alliés d'une part, et des sympathisants du gouvernement, issu de la majorité antisyrienne d'autre part" . Le mot "heurts" constitue un magnifique euphémisme ! En fait , il s'agissait d'une véritable invasion militaire de Beyrouth-Ouest-Ouest, occupation de l'aéroport et du port. Le tout accompagné de bombardements sur d'autres régions.

Bery tus

Je vois hariri capituler .:: on verra si il aura eu raison après les élections ou avant peut être qu’on verra déjà qlq Millers de libanais travaillant au GCC revenir au bercail ... vraiment dommage pour ce dénouement !!! Et si vraiment il y a Quelqu’un qui cherche à mettre le Liban KO .... alors qu’il paye pour ce qu’il a voulu faire ... mais avec des preuves tangibles et irréfutables

Saliba Nouhad

Mais voyons, Mr Hariri, « ils ont des armes, mais ne les utilisent pas au Liban? »...
Nous espérons que vous n’êtes pas aussi naïf, et que vous utilisez seulement un langage diplomatique pour ne pas les provoquer chez vous!
Ils n’ont pas besoin de les utiliser pour vous intimider, terroriser, et imposer ce qu’ils veulent sans demander votre avis, et vous savez, qu’au fond, c’est ça le vrai problème!
Imaginez négocier avec quelqu’un qui met son revolver sur la table: il ne va pas l'utiliser si vous acceptez ses conditions, gardez un profil bas, en sachant que votre vie et celle d’autres pourrait être menacée si vous refusez leurs diktats, d’autant qu’ils sont garantis d’impunité car personne n’oserait les confronter et les poursuivre en justice...
Vous êtes très bien placé pour le savoir, vus les épisodes passés depuis l’assassinat de votre père...
Faut-il que ça soit un Achraf Rifi qui vous rappelle cette simple réalité?

Wlek Sanferlou

Ashraf Rifi est clair et juste... Pourvu que les gens utilisent leurs oreilles et leurs cerveaux... Allah karim

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SANS LA DISTANCIATION L,APPLICATION INTEGRALE DE TAEF... DESARMEMENT DE LA MILICE... ET LA 1701 ON AURA FAIT UN TROU DANS L,EAU ! METTEZ-LE VOUS BIEN DANS LA TETE P.M. HARIRI...

Sarkis Serge Tateossian

Il ne sert à rien d'être plus royaliste que le roi ....
Au Liban ceux qui tiennent des propos extrémistes pensent-ils vraiment aux conséquences ?
Tous les malheurs de l'orient sont à l'origine des actes irréfléchis.

Il y a des problèmes certes ........
mais rien ne se fera en un jour.
Tout doit être fait dans la réflexion et la prudence.
Vive le Liban libre et fraternel

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.