X

Liban

Une certaine souplesse saoudienne à l’origine de la détente politique locale

Dans les coulisses de la diplomatie
30/11/2017

Dans les milieux politiques libanais, on s'est arrêté hier sur les déclarations faites par le président Michel Aoun au quotidien italien La Stampa, selon lesquelles la crise politique née de la démission- surprise du Premier ministre, Saad Hariri, le 4 novembre dernier à Riyad, est « dernière nous », pour s'interroger sur les raisons pour lesquelles le chef de l'État a anticipé les résultats du Conseil des ministres de la semaine prochaine, au cours duquel les résultats des concertations qu'il avait engagées lundi autour des motifs de la démission, à savoir les ingérences du Hezbollah dans les affaires des pays arabes, devraient être examinés.

Selon diverses sources concordantes, si les trois pôles du pouvoir se relaient depuis quelques jours pour montrer à quel point le dialogue engagé pour rétablir la politique de distanciation est positif, c'est en raison d'informations faisant état d'une certaine souplesse dans l'attitude de Riyad par rapport au dossier libanais.

L'Arabie saoudite, qui avait exercé des pressions sur le Premier ministre, semble attendre pour le moment les résultats de ces concertations. Elle n'a aucun problème à ce que Saad Hariri continue de diriger le gouvernement tant que celui-ci se conforme dans les faits, et non pas oralement seulement, à la politique de distanciation prévue dans la déclaration de Baabda et tant que les campagnes médiatiques contre les États et les dirigeants du Golfe sont suspendues.

Pour Riyad, la présence de Hariri à la tête du gouvernement reste importante pour le maintien de la stabilité, notamment politique, à quelques mois des législatives prévues en mai prochain.

De sources diplomatiques, on indique que les conditions posées par Saad Hariri pour revenir sur sa décision semblent avoir été satisfaites et devraient être consignées dans une sorte d'addendum à la déclaration ministérielle. Dans le même temps, de sources proches de Baabda et de la Maison du centre, on fait état d'un projet de remaniement ministériel qui serait en cours d'étude et qui, s'il est maintenu, devrait être annoncé bien après le Conseil des ministres.

 

Lire aussi
Le Liban officiel table sur « une unité miraculeuse »

La plupart des parties internes veulent le maintien de l’actuel gouvernementle décryptage de Scarlett HADDAD

Michel Aoun se portera garant de la période à venir

De Baabda, Raï annonce qu’un Conseil des ministres se tiendra la semaine prochaine

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Fredy Hakim

D’un côté les pro-al Saoud soutenus par l’Europe, les US et les pays arabes et de l’autre le Hezbollah & Cie soutenus par l’Iran.Résultat : la nullité du clan Geagea, Riffi, Front al Nousra etc... fait que le Hezb maintient ses positions au Liban et renforce sa mainmise sur le clan Hariri! Conclusion : ce qui reste du 14 mars, Kataeb, FL etc... n’est qu’une association de perdants qui malgré l’agitation médiatique de leurs copains se retrouvent paumés dans le désert saoudien!

Talaat Dominique

hahaha, les souverainistes, les "Liban d'abord","non à la main mise de l'Iran", soumettent le Liban sous la férule de l'arabie saoudite

RE-MARK-ABLE

Mais pourquoi diantre ,voulez vous à tout prix donner du crédit à ce royaume, qui se ramasse des taloches comme pas possible et qui foire dans tout ce qu'il entreprend ?

" Une certaine souplesse....." laissez moi rigoler....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RESTE A VOIR...

Saliba Nouhad

C’est ça, les Saoudiens persistent et signent: « si Hariri se conforme dans les faits et non en paroles, à la politique de distanciation.... »
Donc, on patiente, on fait preuve de souplesse, possible sous pressions occidentales, sachant fort bien la limite des concessions réelles et sérieuses que le Hezbollah pourrait donner, quitte à reprendre ses menaces plus tard...
Intéressant de voir ce que va pondre ce conseil des ministres!

Henrik Yowakim

De sources diplomatiques, on indique que les conditions posées par Saad Hariri pour revenir sur sa décision semblent avoir été satisfaites et devraient être consignées dans une sorte d'addendum à la déclaration ministérielle.

CONDITIONS SATISFAITES ?????

COMMENT LES CONDITIONS POSÉES PAR SAAD HARAKIRI ONT PU ÊTRE SATISFAITES ALORES QUE LE PARTI DU DIABLE SE TROUVE TOUJOURS EN IRAK,EN SYRIE ET AU YÉMEN ET QU'IL CONTRÔLE LA MAJORITÉ DES MINISTÈRES AU LIBAN ?????

ET DEPUIS QUAND LE PARTI DU DIABLE RESPECTE T IL SES ENGAGEMENTS????

ET AU TRAIN OU VONT LES CHOSES A QUAND LA VISITE OFFICIELLE DE SAAD HAHARIRI EN IRAN?????

Sarkis Serge Tateossian

Tant mieux ...car la grandeur des hommes se mesure par leur sagesse, la générosité, et le sens de dénouer les obstacles.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué