X

À La Une

Aoun : Toute position ou déclaration de Hariri ne reflète pas la réalité, vu la situation

Liban

Le président libanais demande à Riyad d'expliquer ce qui empêche le retour du Premier ministre démissionnaire.

OLJ/Reuters
11/11/2017

Le président libanais Michel Aoun a affirmé samedi que toute position prise par le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri "ne reflète pas la réalité", étant donné "la situation mystérieuse dans laquelle il se trouve" depuis qu'il annoncé sa démission samedi dernier à Riyad.

Alors que le Premier ministre a annoncé sa démission il y a tout juste une semaine, aucune date n'a été fixée quant à son retour au Liban pour y présenter sa démission officiellement. Et ce malgré les appels, unanimes, de la classe politique libanaise, y compris de la part du Courant du Futur, le parti de M. Hariri, à ce qu'il rentre au Liban.

Dans ce contexte, nombreux sont à penser que le Premier ministre est retenu contre son gré à Riyad. Un responsable libanais a d'ailleurs indiqué à Reuters, que Michel Aoun a déclaré à des ambassadeurs étrangers en poste à Beyrouth que Saad Harriri "a été enlevé". Deux hauts responsables du gouvernement libanais, un haut responsable proche de M. Hariri et une quatrième source interrogées par Reuters ont également déclaré que M. Hariri est retenu contre son gré en Arabie saoudite.

 

(Dans la presse : Mediapart établit un lien direct entre la démission de Hariri et la purge anti-corruption en Arabie saoudite)

 

"Le président libanais a informé les responsables locaux et étrangers que le mystère qui dure depuis une semaine et qui entoure la situation du Premier ministre Saad Hariri depuis l'annonce de sa démission, fait que toute position et déclaration émises par M. Hariri ne reflète pas la réalité, mais est le résultat d'une situation mystérieuse et suspecte qu'il vit dans le royaume saoudien", peut-on lire dans un communiqué publié par la présidence.

 

Avant la publication de ce communiqué, Michel Aoun avait demandé à l'Arabie saoudite de "clarifier les raisons qui empêchent le Premier ministre démissionnaire Saad Hariri de rentrer à Beyrouth". "Le Liban n'accepte pas que son Premier ministre soit dans une situation en désaccord avec les traités internationaux et les règles normales des relations entre Etats", a-t-il insisté, selon la présidence.  Vendredi, Michel Aoun avait déjà déclaré au chargé d'affaires saoudien au Liban qu'il souhaitait que le Premier ministre démissionnaire rentre dans son pays.

M. Aoun a, par ailleurs, appelé les Libanais participant au Marathon de Beyrouth qui doit avoir lieu dimanche, "à courir sous le slogan du retour du Premier ministre au Liban pour affirmer la solidarité (du peuple libanais) avec lui et élucider les circonstances de sa présence en dehors du pays".  "Que le marathon de Beyrouth demain soit une manifestation sportive et nationale en signe de solidarité avec M. Hariri", a déclaré M. Aoun.

 

(Lire aussi : Nasrallah : Saad Hariri est "détenu en Arabie saoudite et ne peut pas rentrer")

  

"Respecter la souveraineté" du Liban

Sur le plan international, les Etats-Unis ont renouvelé samedi leur appel à "respecter la souveraineté du Liban". "Les Etats-Unis appellent tous les pays et toutes les parties à respecter la souveraineté du Liban, son indépendance et son mécanisme constitutionnel", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders dans un communiqué. "Dans cette période sensible, les Etats-Unis s'opposent à tout effort des milices libanaises ou des forces étrangères pour menacer la stabilité du Liban, déstabiliser ses institutions gouvernementales, ou utiliser le Liban comme base pour menacer d'autres pays de la région", ajoute le communiqué de l'exécutif américain.

Vendredi, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson avait déjà mis en garde contre toute utilisation du Liban "comme théâtre de conflits par procuration", tout en désignant le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri comme un "partenaire solide des Etats-Unis".

 

Macron téléphone à Aoun

Le président français Emmanuel Macron a, par ailleurs, téléphoné samedi à son homologue libanais pour s'entretenir des derniers développements au Liban après la démission de M. Hariri. Lors de cet entretien, le président Macron a assuré M. Aoun du soutien de la France, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). "La France est engagée à soutenir le Liban, son unité, sa souveraineté, et à l'aider à se stabiliser au niveau politique et sécuritaire", a déclaré M. Macron.

La France a dit souhaiter vendredi que Saad Hariri "soit pleinement en mesure de jouer le rôle essentiel qui est le sien au Liban". 

Vendredi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian avait déclaré, au lendemain d'une visite éclair de M. Macron à Riyad, dans le nuit de jeudi à vendredi, que le Premier ministre libanais est libre de ses mouvements en Arabie saoudite. "Nous souhaitons que M. Saad Hariri dispose de toute sa liberté de mouvement", avait précisé, un peu plus tard, le porte-parole adjoint du Quai d'Orsay, Alexandre Georgini.

Enfin, le Ministre italien des Affaires Etrangères a appelé hier son homologue saoudien Adel Al-Jubeir. Lors de leur conversation, le Ministre Alfano a souligné l'importance de la sécurité et de la stabilité du Liban pour l'Italie, a rapporté l'Agence de presse Italienne AGI.

Sur le terrain, une centaine de militants du Parti national libéral dirigé par Dory Chamoun se sont rassemblés devant le QG du parti à Sodeco afin d'exprimer leur soutien à Saad Hariri, ainsi qu'à l'Arabie saoudite. Certains militants ont également fustigé "l'ingérence de l'Iran" dans les affaires libanaises.

Lire aussi 

Problèmes de plomberie, l'éditorial de Issa GORAIEB

Après le renforcement de l’unité interne, la mobilisation diplomatique, le décryptage de Scarlett Haddad

« Guerre des axes » au Liban : L'alternative citoyenne doit sortir du silence !

Tillerson : Saad Hariri, un « partenaire solide des États-Unis »

La démission de Hariri exacerbe les divisions au sein du courant du Futur

Souhaid à « L’OLJ » : Plus de cohabitation possible entre le Hezbollah et la République libanaise

Pour le Futur, le retour de Hariri, « une nécessité pour recouvrer la dignité »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

wayzani jamal

Général Aoun quand vous vous êtes levé devant l’armée Syrienne, bien que chiite et sud libanais je vous admirais! J'avais chez moi le Général De Gaule et non le colonel Vichy qui s'allie avec l'ennemi. Pourtant un de prédécesseur avait signé un pacte avec les assassins sionistes. Les Frangiés aussi ne l'on pas fait.
Oui Général vous êtes très grand. Et la grandeur d'un soldat s'exprime en général par la main tendu à ses frères pour reconstruire son pays. Et cette main tendue c'est celle que vous avez faites vers Nassrallah. Vous êtes trop grand pour vous faire salir par les fossoyeurs de ce pays. Vous n'avez jamais été un traître. Je vous aimes Général.

Sarkis Serge Tateossian

L'Amérique de Trump qui disons-le s'est comporté avec beaucoup de légèreté et d'amateurisme dans le dossier du proche et moyen orient (ailleurs il n'excelle pas non plus d'ailleurs, dommage car j'aime l'Amérique), s'aperçoit de ses erreurs de jugement et d'orientation, qui a encouragé certains extrémistes de la région à court de stratégie globale, dans leurs initiatives néfastes et farfelues...

Voici le changement de ton :

les Etats-Unis ont renouvelé samedi leur appel à "respecter la souveraineté du Liban". "Les Etats-Unis appellent tous les pays et toutes les parties à respecter la souveraineté du Liban, son indépendance et son mécanisme constitutionnel", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders dans un communiqué. "Dans cette période sensible, les Etats-Unis s'opposent à tout effort des milices libanaises ou des forces étrangères pour menacer la stabilité du Liban, déstabiliser ses institutions gouvernementales, ou utiliser le Liban comme base pour menacer d'autres pays de la région", ajoute le communiqué de l'exécutif américain.
l'Orient-le-jour

Le Faucon Pèlerin

La majorité de ceux qui appellent au retour de Saad Hariri, sont des hypocrites et des faux-culs. Ils l'avaient dégoûté par leur corruption... Tous lui mettaient les bâtons dans les roues dans toutes ses décisions et maintenant ils poussent des cris d'orfraies. Arrêtez les imposteurs.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI ON POUVAIT ENTRETEMPS GARDER LE SILENCE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALGRE LES REACTIONS DE TOUTES SORTES DES LIBANAIS LE PATRIOTISME ET LA LOGIQUE DEVRAIENT PREVALOIR ET LE DIALOGUE ENTRE TOUTES LES PARTIES HEZBOLLAH COMPRIS DEVRAIT COMMENCER SANS RETARD POUR S,ENTENDRE ET SAUVER LE PAYS DES DANGERS QUI PESENT LOURDEMENT SUR LUI... CE N,EST PAS LE TEMPS DES POSITIONS EXTREMES MEME SI EXPRIMEES DANS DES REACTIONS DE L,HEURE...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES AFFIRMATIONS FAUSSES ! TOUT LE MONDE SAIT QUE LES ACCUSATIONS DE HARIRI CONTRE L,IRAN ET LE HEZB SONT JUSTES ET QUE SA VIE EST MENACEE ! DIRE LE CONTRAIRE NE SAUVERAIT RIEN MAIS EMPIRERAIT ENCORE PLUS LA SITUATION DRAMATIQUE OU LES EXACTIONS ETRANGERES ET INTERNRES ONT MIS LE PAYS...

Bery tus

"Le président libanais a informé les responsables locaux et étrangers que le mystère qui dure depuis une semaine et qui entoure la situation du Premier ministre Saad Hariri depuis l'annonce de sa démission, fait que toute position et déclaration émises par M. Hariri ne reflète pas la réalité, mais est le résultat d'une situation mystérieuse et suspecte qu'il vit dans le royaume saoudien", peut-on lire dans un communiqué publié par la présidence.

WOW WOW WOW ... mais Mr LE PRESIDENT COMMENT POUVEZ VOUS AVEC TOUTE CONSCIENCE AFFIRMER CECI !?!?!

VOUS VENEZ DE LUI ENLEVER LA LIBRE PAROLE .. COMME SI VOUS METTIEZ HARIRI AU NIVEAU D'UN ENFANT QUI NE SAIT PAS OU QU'IL REPETE CE QU'ON LUI DIT DE DIRE !!?

QUAND EST IL DES INTENTIONS ET DE LA LIBERTE DE HARIRI DE DIRE CE QU'IL A ENVIE !?!

JE NE COMPREND PAS .. DONC SI MAINTENANT HARIRI DEMONTRAIS QU'IL ETAIT VRAIMENT MENACER ALORS ON DEVRAIT PAS LE CROIRE CAR CE QU'IL DIT N'EMANE PAS DE SA PROPRE VOLONTE !?!?!

ca c'est fort c'est comme dire ECOUTEZ TOUT LE MONDE MEME SI HARIRI DEMONTRAI QU'IL ETAIT MENACER .. C'EST FAUX CAR IL N'EST PAS MAITRE DE CE QU'iL DIT !?!?

Philippe Nassar

C malheureux. Ca continue. Ils ns creent un probleme qui ns fait passer outre celui qui precede. L important ezt de resoudre le probleme iranienCHEZ NOUS.

Irene Said

C'est par cela qu'il fallait commencer dès le début, au lieu de perdre un temps précieux à contacter plein de personnes...qui n'en savaient rien...ou ne voulaient à l'évidence rien savoir...ou dire!

Les "palabres à l'orientale" ne servent en général pas à grand chose, sauf à se faire prendre en photo et paraître ensuite dans la presse...
Irène Saïd

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué