X

Liban

Pour le Futur, le retour de Hariri, « une nécessité pour recouvrer la dignité »

Partis
OLJ
10/11/2017

Le bloc parlementaire et le bureau politique du Futur ont souligné hier que le retour au Liban du Premier ministre, Saad Hariri, qui a annoncé samedi sa démission à la surprise générale depuis Riyad, était une « nécessité ».
« Le retour de M. Hariri est une nécessité pour recouvrer la dignité et pour préserver les équilibres interne et externe du Liban dans le cadre du respect entier de la légalité consacrée par la Constitution et l'accord de Taëf », a déclaré l'ancien Premier ministre Fouad Siniora, à l'issue d'une réunion des deux instances. « Nous sommes à ses côtés et soutiendrons toutes les décisions qu'il prendra, quelles qu'elles soient », a ajouté M. Siniora.
Cinq jours après cette annonce, le chef du gouvernement démissionnaire se trouve toujours à Riyad. Dans la nuit de mercredi à jeudi, des rumeurs ont circulé selon lesquelles l'arrivée de M. Hariri à Beyrouth serait imminente. Mais le Premier ministre démissionnaire n'était pas à bord de l'avion privé qui a atterri à l'aéroport Rafic Hariri.

« Pas des moutons »
De son côté, le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, s'est entretenu hier avec le mufti de la République, Abdellatif Deriane, en marge de l'annonce de la démission du Premier ministre, Saad Hariri. M. Machnouk a souligné que la « crise majeure » que le Liban traverse « nécessite des concertations permanentes avec le mufti Deriane ». Le ministre a insisté sur le fait que « c'est M. Hariri qui doit décider de la nature de la prochaine étape après son retour au Liban et après s'être concerté avec les responsables ». Interrogé sur les rumeurs selon lesquelles Baha' Hariri, frère aîné de Saad Hariri, pourrait remplacer ce dernier à la tête du courant du Futur, le responsable a balayé cette éventualité. « Ceux qui parlent de la sorte sont des ignorants et des arriérés et ne savent rien des réalités du Liban. Nous ne sommes pas un troupeau de moutons », a-t-il lancé.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA DIGNITE RESIDE DANS LA POSSIBILITE D,EXECUTER SES PREROGATIVES GOUVERNEMENTALES SANS LES INTERVENTIONS NEGATIVES ET LES BOYCOTTAGES ET ACTIONS UNILATERALES DE LA MILICE !

gaby sioufi

RECOUVRER NOTRE DIGNITE !
NOUVEAU TERME DANS LE LEXIQUE DE NOS POLITICIENS ADORES .
NOUVELLE DECOUVERTE , TIENS. DIGNITE !
REMARQUEZ QUE NOTRE DIGNITE N'EST RECHERCHEE- AUJOURD'HUI QUE PAR CEUX - LA MEMES QUI NOUS L'ON FAIT PERDRE DEPUIS QQS DECENNIES .
INUTILE DE LES NOMMER....

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants