X

La Dernière

Sir el-Denniyé « fiancée du Liban » ; la palme de l’esprit sportif à Bhamdoun

Le village préféré des Libanais 2017

La localité du Liban-Nord a remporté la seconde édition du concours lancé par « L'Orient-Le Jour » en partenariat avec la Fransabank et en collaboration avec livelovebeirut et Souk el-Tayyeb, avec 46,5 % des voix contre 39, 6 % pour sa concurrente du Mont-Liban.

21/08/2017

Cette cuvée 2017 du village préféré des Libanais a finalement eu quelque chose de magique. Déjà, l'an dernier, l'engouement de certains des dix villages sélectionnés avait joliment surpris, jusqu'au bout, jusqu'à la cérémonie de remise du trophée, organisée avec une folle générosité par le village gagnant, Akkar el-Atika, que beaucoup de Libanais connaissent désormais. Cette année, tout semble avoir été multiplié par deux, trois, dix... Jusqu'au dernier jour, la mobilisation de Sir el-Denniyé et de Bhamdoun n'a pas flanché. Jusqu'à la dernière heure, les jeunes et les moins jeunes décuplaient d'efforts pour ramener des voix, encore et encore... Et surtout, jusqu'au bout, la solidarité, la convivialité et l'esprit sportif sont restés les maîtres-mots de la compétition. C'est-à-dire, clairement, les valeurs principales que L'Orient-Le Jour entendait véhiculer grâce à cette initiative lancée depuis 2016 avec la Fransabank (lire par ailleurs l'interview de Dania Kassar), et la collaboration, cette année, de livelovebeirut (Eddie Bitar) et de Souk el-Tayyeb (Kamal Mouzawak).

Surmobilisation

Finalement, c'est Sir el-Denniyé qui l'a emporté avec 46,5 % des voix, contre 39,6 % pour Bhamdoun – avec un nombre de votants qui a largement dépassé celui de 2016 : 178 325 personnes, du Liban et de l'étranger, ont ainsi joué le jeu. Loin derrière le tandem de tête, Maasser el-Chouf (4,9 %) et Tannourine (3,6 %), et puis les six autres villages sélectionnés, Tebnine (1,5 %), Anjar (1,4 %), Hasroun (1,1 %), Akoura (0,7 %), Beit Chabab (0,5 %) et Qleilé (0,2 %). Seule ombre au tableau : la (très) faible mobilisation, in fine, de ces localités, qui peut s'expliquer par soit l'absence de budget alloué par les municipalités ou les fédérations de municipalités, soit le manque d'intérêt pour l'initiative (L'Orient-Le Jour et ses partenaires ne peuvent pas être plus royalistes que le roi...), soit par un sentiment d'impuissance, en milieu de course, face aux machines de (belle) guerre déployées par les deux villages arrivés en tête.

En revanche, Sir el-Denniyé, Bhamdoun, mais aussi Maasser el-Chouf et, dans une moindre mesure, Tannourine et Tebnine, ont saisi à bras-le-corps l'opportunité offerte par L'OLJ pour promouvoir leur village tous azimuts : réseaux sociaux surtout, naturellement, mais aussi médias (télés et radios), communiqués de presse, interventions de figures politiques, médiatiques ou culturelles (Walid Joumblatt, Mona Abou Hamzeh, Ahmad Fatfat, Misbah el-Ahdab, etc.). Les campagnes de promotion mises en place (Maasser el-Chouf a même fait un clip pour l'occasion) et les comptes Facebook, Instagram ou Twitter ont été cette année en tous points remarquables, et serviront sûrement de modèles à suivre (et parfaire) pour la troisième édition, l'an prochain. Autre fait notable : la participation massive de la jeunesse, notamment à Sir el-Denniyé et Bhamdoun, a été fondamentale et a montré à quel point ces jeunes restent, malgré tout ce que l'on en dit et pense, attachés à leurs racines. Ils se sont donnés sans compter, et deux images, parmi tant d'autres, resteront : celle de 150 jeunes gens et jeunes filles qui attendaient à la sortie des églises à Bhamdoun lors de la fête de l'Assomption pour faire voter les gens, et celle de ces points de vote, disséminés un peu partout lors du festival de Kobeyate, pour pousser les gens du Nord à voter pour Sir el-Denniyé.

Salve de tweets

Indépendamment de ce tourisme rural que L'Orient-Le Jour et ses partenaires tiennent tant à promouvoir grâce au « village préféré des Libanais », et parallèlement à cette volonté de pallier, dans la mesure de nos moyens, les manquements d'un État de plus en plus failli, deux valeurs fortes, très fortes, peuvent résumer cette cuvée 2017.

La solidarité, d'abord. Particulièrement en ce qui concerne Sir el-Denniyé. Rarement région aura connu autant de leaders politiques rivaux, de familles rivales, de problèmes politiques endémiques, communs à tant et tant de villages libanais. Le résultat n'en est que plus saisissant : tout a été mis de côté pendant près d'un mois pour faire gagner Sir el-Denniyé. L'esprit clanique a disparu, les volontés de revanche ont disparu, cette caractéristique très libanaise de vouloir tirer la couverture à soi a disparu, l'individu(el) a laissé la place au collectif, avec, en ligne de mire, la victoire. Très significative a aussi été la salve de tweets, dès l'annonce officielle du résultat, vendredi à minuit. « Mabrouk Sir el-Denniyé, la fiancée du Liban et du Nord », pour le Premier ministre Saad Hariri ; « L'œil de Dieu veille sur Sir, elle mérite d'avoir été choisie comme reine des localités d'estivage du Liban. Mabrouk », pour son prédécesseur Nagib Mikati ; « Mabrouk Sir el-Denniyé, elle est la meilleure. Comme Tripoli, tu n'as jamais abdiqué face aux défis et tu as gagné », pour l'ancien ministre de la Justice, Achraf Rifi, qui a tenu à saluer la jeunesse de la région, et « Sir el-Denniyé mérite très sérieusement le titre de village préféré des Libanais, parce que telle est son identité », pour l'ancien député Misbah el-Ahdab... Quant à l'ancien ministre Fayçal Karamé, il a immédiatement appelé le président de la municipalité de Sir el-Denniyé et bon nombre de ses collègues pour les féliciter de la victoire, remerciant L'Orient-Le Jour pour son initiative et relevant que Sir, « pour la première fois, a remporté, grâce aux Libanais, ce qu'elle mérite réellement »...


(Lire aussi : Le village préféré des Libanais se joue aussi dans l'assiette)


Enfin, last but not least, le député de la région, l'ancien ministre Ahmad Fatfat, a tenu à féliciter et remercier tous ceux qui ont œuvré pour la victoire de Sir el-Denniyé, et ce grâce « à l'alliance sacrée de toutes les forces politiques qui se sont mobilisées » avec la population de toute la région de Denniyé pour faire gagner Sir, dont « l'histoire touristique a été volée par la guerre ». « C'est une vengeance positive face à tous ceux qui ont dénigré à Sir sa vraie nature, celle de la paix et du tourisme », s'est-il félicité.

Il faut dire aussi que, dès le résultat officialisé dans la nuit de vendredi à samedi, les habitants de Sir se sont vite regroupés devant la municipalité, avec force feux d'artifice, instruments de musique, klaxons et chants. Le président de la municipalité, Ahmad Alam, a été porté sur les épaules. Même ambiance devant le siège de la Fédération des municipalités de Denniyé, transformée au cours des dernières 48 heures en véritable QG de campagne, en présence de son président, Mohammad Saadiyyé. Ce dernier a tenu samedi une conférence de presse au cours de laquelle il a qualifié la victoire de Sir el-Denniyé de « tournant fondamental » et civilisationnel dans l'histoire du village.

« We Love Bhamdoun »

Autre valeur, et non des moindres, grandement exprimée cette année : l'esprit sportif en règle générale, et plus particulièrement pour Bhamdoun, ses habitants et le comité qui s'est chargé de la promotion du village durant le vote, emmené d'une main de maître par Nadim Moujaès. Rarement autant d'élégance, de dignité et d'esprit de convivialité auront été atteints. En témoigne ce superbe texte posté samedi à 9h sur la page Facebook Vote Bhamdoun OLJ 2017, que nous reproduisons dans sa quasi-intégralité et qui se passe de tout commentaire...

« Bonjour Sir el-Denniyé de Bhamdoun. Certains souhaitent que nous attendions le résultat "officiel" de la compétition prévu lundi avant de nous prononcer sur sa conclusion. Bhamdoun, par contre, n'attendra rien pour féliciter Sir pour une première place méritée, tenant compte des efforts extraordinaires engagés dans la course. Et le fait que nous étions sur une stratégie plutôt différente, basée sur le village lui-même plutôt que sur sa région, ne démérite en rien les efforts engagés par Sir. Cela étant, nous sommes des Libanais partisans du développement durable des régions délaissées par l'État, dont Sir. Le manque d'engagement historique envers cette dernière et la région de Denniyé en général est connu. Sir et son caza ont particulièrement joué cette carte dans cette compétition de L'Orient-Le Jour, que nous remercions pour l'initiative, et ils avaient raison de le faire, parce que l'attention, même médiatique, manquait. Personne ne demandera désormais où se trouve Sir el- Denniyé ! Parce que le Liban dont nous rêvons ne tourne pas uniquement autour du centre-ville, de Zaytouna ou des marinas, il est aussi et surtout dans la beauté de Sir, la fraîcheur de Bhamdoun, l'audace des cèdres de Maasser el-Chouf, et partout ailleurs dans tous nos villages. Enfin, nous pensons que de telles compétitions ne sont pas seulement remportées par les chiffres. Ainsi, que l'audit des chiffres par L'OLJ confirme le résultat ou l'inverse en notre faveur, nous nous considérons comme partie intégrante dans la victoire de Sir el-Denniyé, que nous reconnaissons sans équivoque. Mabrouk Sir. Avec tous nos respects. Bhamdoun. »

S'en est suivi d'ailleurs un magnifique échange, avec des commentaires d'habitants de Sir el-Denniyé – « We Love Bhamdoun », entre tant d'autres... – qui ne peuvent que redonner espoir en cette indispensable et vitale coexistence entre les différentes communautés, classes sociales, tranches d'âge et régions du Liban. Et de quoi, pour L'Orient-Le Jour et ses partenaires, être heureux, modestement, mais pleinement, du devoir accompli.

À l'année prochaine, avec dix nouveaux villages...

 

Lire aussi

Dania Kassar : Le village préféré des Libanais est une initiative fédératrice


Reportages

#1 Anjar, pour rêver de paix et d'Omeyyades...

#2 Aqoura, l'Éden d'Ève et de sa pomme...

#3 Beit Chabeb, au son des cloches des églises...

#4 Bhamdoun, ou la réinvention du temps passé...

#5 Hasroun, creuset d'histoire et tuiles si rouges...

#6 Maasser el-Chouf, et des cèdres comme s'il en pleuvait...

#7 Qleilé, tout récent, tout doux, tout chaud

#8 Sir el-Denniyé, doublement gratifié par Dieu...

#9 Tannourine, et les cinq sens en bandoulière...

#10 Tebnine, Toron à bras (ou)verts...

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Encore une fois bravo pour « L'Orient-Le Jour »pour ces campagnes de promotion qui visent à unir le Liban par l’esprit sportif .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUOI QU,IL EN SOIT SYR EL DENNIYE EST UN COIN DE PARADIS... BIEN QUE JE N,AI PAS PARTICIPE AU VOTE JUGEANT QUE CHAQUE VILLAGE A SA BEAUTE ET SON CHARME PARTICULIERS ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué