X

Liban

À Taanayel, un lac, des allées boisées

Que faire ce week-end ?
F.C. | OLJ
14/07/2017

Pour les amateurs d'une escapade pittoresque qui permet de se plonger dans un monde agricole le temps d'une journée ou même d'un court week-end, l'une des adresses recommandées est, à n'en point douter, Taanayel, un petit coin de la Békaa situé à une heure et demie de route de Beyrouth. Deux chemins permettent d'y accéder. Vous pouvez emprunter la route de montagne Bickfaya-Dhour Choueir-Bois de Boulogne-Antoura-Tarchich-Zahlé-Taanayel, ce qui vous permettra, au passage, peu avant d'arriver à Zahlé, de profiter d'une magnifique vue plongeante sur la plainte de la Békaa. Si vous êtes à Beyrouth, vous pouvez opter pour un circuit beaucoup moins agréable mais plus court en passant par Kahalé, Aley, Dahr el-Baïdar et Chtaura.

Cette balade de fin de semaine devrait comporter deux étapes. Le domaine et la ferme de Taanayel, d'abord, appartenant (depuis 1860) aux pères jésuites, et géré présentement par l'association arcenciel. À votre arrivée, vous pourrez d'abord observer les bêtes d'élevage – des vaches et des veaux – dans leur mangeoire. Dans le même périmètre, une boutique vous offre une gamme de produits laitiers frais confectionnés dans la ferme du domaine. Si vous sentez un petit « creux », après le long trajet en voiture, vous pourrez déguster, à un prix modeste, les fameuses « arouss » (tartines) de labné ou de fromage blanc, faits bien entendu avec l'appétissant pain « markouk ».

Vous pénétrez ensuite, en versant un droit d'entrée symbolique de 3 000 LL par personne, dans une vaste aire de promenade que vous pourrez parcourir soit à pied, soit à bicyclette (10 000 LL l'heure). Vous pourrez longer des vignobles et de longues allées sablonneuses bordées d'arbres, avant d'arriver au fameux lac de Taanayel avec en son centre un petit îlot abritant une charmante maisonnette aux tuiles rouges servant de refuge aux canards et aux oies qui peuplent le lac. La randonnée est rendue encore plus agréable par la vue des rangées d'arbres s'élançant haut dans le ciel, avec comme horizon de vastes terrains agricoles.

Au terme de la tournée (qui pourrait durer facilement deux heures ou plus), vous pourrez avoir un moment de recueillement à la magnifique petite chapelle Notre-Dame de Lourdes, édifiée en face du couvent des pères jésuites et qui rappelle – comme son nom l'indique – la grotte de Lourdes, à l'échelle libanaise...
La pause déjeuner vous permettra de découvrir, à cinq minutes en voiture du domaine, la seconde étape de cette balade : le restaurant Khan Maksoud tenu par arcenciel et érigé sur une propriété (« l'Écolodge de Taanayel ») qui offre un cadre pittoresque et enchanteur, avec une cour centrale gazonnée. En bordure du restaurant, sept chambres individuelles (des bungalows) construites (en terre) autour d'une cour intérieure et aménagées avec un décor purement oriental, typique des villages libanais, permettent aux amateurs d'aventures de passer une nuit sereine à raison de 30 ou 40 dollars par personne, petit déjeuner compris, conçu avec des produits du terroir. Une nuitée à un prix abordable, dans un cadre empreint de simplicité, qui pourrait permettre d'apprécier la quiétude de la plaine agricole de la Békaa.

 

Dans la même rubrique

À Ghazir et ses environs, une promenade non loin de la capitale dans un cadre envoûtant

Paix et tranquillité entre la Vallée sainte et la forêt des Cèdres

Faites-vous plaisir à Zghorta

Voyage à Jabal Moussa, paradis de la biodiversité

Voyage au bout du Liban : Kobayat et Aandket, perles du Akkar

À la découverte de ruines perdues et de grottes à Niha, Ferzol et Terbol

À la découverte de Kfarhay, Assia et Douma

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bouille Philippe

Une visite de Tanaïl ne peut se faire sans passer un moment auprès de Notre-Dame de la Consolata. L'église des Pères Jésuites abrite un tableau de la Vierge Marie,c'est la copie d'un tableau original vénéré depuis le Moyen-Age, à Turin en Italie. En 1851 un père jésuite italien, transporta cette image de Turin à Alger, ou elle devint célèbre par ses bienfaits et ses miracles. En 1881, lorsque le gouvernement français fit fermer les couvents des jésuites en France et en Algérie, un père jésuite apporta l'image au couvent de Tanaïl. Elle donnera son nom à l’église du couvent, et à l’école des pères de Jdita. Elle sera mise en sécurité à Damas lors de la Première Guerre mondiale, pour revenir définitivement à Tanaïl ensuite.
Partageons la joie de notre promenade à Notre-Dame de la Consolata et confions lui nos secrets de cœur, elle est notre mère consolatrice.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Janvier 2016-novembre 2018 : tourner les pages de la guerre...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué