X

Liban

Jrebta, Bejjé, Maad et Haqel : une escapade printanière de choix

Quoi faire ce week-end

Pour un week-end de Pâques loin du tumulte beyrouthin, la route rurale reliant Batroun et Jbeil à divers villages est l'occasion de s'isoler tout en découvrant le patrimoine local.

14/04/2017

Pour les festivités de cette fin de semaine, rendez-vous à Ghalboun, village surplombant Jbeil et où l'émir Youssef Chéhab (1748-1790) lui-même aimait chasser, comme le rappelle le Koursi el-Meer où il se reposait. Vous pouvez accéder à ce village en quittant Byblos et en dépassant Maad. Des vestiges préhistoriques sont visibles à al-Watyieh, ainsi que l'église Saint-Georges, édifiée sur un ancien temple perse, où de nombreux ouvrages de valeur sont conservés. Contactez un guide local à partir du site indiqué en fin d'article pour vous organiser une randonnée en groupe, entre collègues, amis ou en famille. Une apicultrice vous fera très volontiers visiter ses ruches.

L'apogée du voyage se trouve quelques kilomètres plus loin, le temps d'un après-midi, pour visiter la réserve naturelle des cèdres de Jaj, qui signifie « le sommet ». Des églises du XIIe au XIXe siècle ponctuent le parcours, permettant de s'émerveiller, en groupe, face au patrimoine témoin des temps passés. Les 172 cèdres que compte la réserve seront bien entendu le but de votre tournée, dont certains ont 500 ans. Après l'effort, le réconfort : des restaurants ou des snacks permettront aux plus courageux d'achever leur parcours en beauté.

Rabelais au pays du Cèdre
Novices en œnologie, amis de la divine bouteille ou amoureux en quête de saveurs, commencez votre week-end en vous rendant au Clos du Phoenix, près de Batroun. Après une courte visite du site, vous pourrez déguster un vin du terroir, réalisé à partir de cépages importés de France, ou même rester manger au restaurant du site. Si vous projetez de vous ressourcer deux journées entières, faites un détour par Jrebta, pour louer un bungalow dans ce petit village pittoresque à Wadaya Greenland. Dans les alentours de la bourgade, vous pourrez partir sur les traces du patrimoine chrétien au travers des églises, de la citadelle croisée ainsi que du couvent Mar Youssef.
La côte levantine ne produit pas que du vin de messe, mais également de l'arak. C'est l'occasion pour le deuxième jour de votre visite de vous arrêter sur la route de Bejjé. La zone est connue pour sa production d'huile et d'arak.

Paradoxalement, le nom de Bejjeh, d'origine syriaque, peut faire référence à la présence d'une importante source d'eau. Par-delà les églises et l'ancienne cave al-Aa'raj qui servait de refuge pour les chrétiens, vous pouvez poursuivre votre découverte des domaines viticoles. Au centre de Bejjé, l'Oasis des statues, maison et studio de travail du sculpteur Halim el-Hajj, peut permettre de clore la journée sur une touche de culture.

 

Dans la même rubrique
Rachana, Smar Jbeil, Eddé et Basbina : la douceur verte des montagnes de Batroun

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LIBAN... PAUVRE BEAU PAYS QUI SE DEPECE PAR LE PERSE...

Onaissi Antoine

Cher M. Pluvinet,

Merci pour cet article nécessaire pour prendre de l'air...mais je ne sais pas pourquoi Jaj, suppossé être l'apogée du voyage (et qui est aussi mon village) ne figure pas dans le titre. De même, j'étais convaincu que la réserve abrite plus de 300 cèdres dont quelques uns millénaires ( à vérifier).

Marionet

Alors curieusement, l'article dit que la réserve naturelle des cèdres de Jage constitue "l'apogée du voyage" mais nulle trace de Jage dans le titre. C'est pourtant bien le "sommet" d'un tel périple au propre comme au figuré. Cette réserve est magnifique et offre une vue imprenable sur une grande partie du Liban; sa petite chapelle est émouvante et le silence alentour est propice au recueillement. La légende veut que le roi Salomon se soit approvisionné en bois de cèdres ici pour construire son temple au Xe siècle après J.-C. ce qui expliquerait que les cèdres soient moins vieux que dans la cédraie d'Ehden.
Pour les amateurs de tourisme religieux chrétien, il y a un circuit magnifique à faire, reliant la cédraie de Jage à Annaya (Mar Charbel) et aux magnifiques sites de Becharré (Dimane, Mar Elisha, etc.).

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué