X

Liban

Saïda : un melting-pot plurimillénaire à une heure de Beyrouth

Quoi faire ce week-end
28/04/2017

La capitale du Liban-Sud, Saïda – ce port historique dont Homère vantait déjà les atouts et le caractère bien particulier –, mérite bien d'être ramenée à son statut de ville touristique, offrant un cadre authentique et populaire à seulement une heure de Beyrouth en voiture.

Si vous n'êtes pas motorisé, les bus de transport en commun qui démarrent du rond-point Cola, non loin du secteur de Barbir, vous emmèneront pour une somme modique jusqu'à la ville natale de Rafic Hariri, dont les portraits géants ouvrent le bal à l'entrée de la cité.

Profitez d'abord, à votre arrivée, d'une promenade le long de la corniche longeant la mer et déambulez le matin dans les souks qui ont conservé leur charme d'antan. Vous y trouverez à deux sous moult souvenirs traditionnels ou typiques de la région, de la keffieh palestinienne aux épées de l'imam Ali.

À l'entrée du souk, vous pourrez vous attarder dans une boutique artisanale de savon, spécialité de cette ville appartenant, dans la tradition ancienne, à l'axe Sidon-Tripoli-Alep, rendu célèbre pour son savoir-faire traditionnel en matière de production de savon. Ce dernier est d'ailleurs mis à l'honneur au musée du savon, que vous pouvez visiter au cours de l'après-midi, avant d'assister au coucher du soleil en dégustant un thé noir, ou, pour les plus fougueux, de partager un narguilé sur l'un des multiples cafés faisant face à la citadelle du port.

Si vous avez l'âme aventureuse, vous pouvez faire une tournée des édifices religieux et des citadelles de la ville, dont le Khan el-Franj et les restes des anciens hammams de la ville qui faisaient la réputation de Sidon et le plaisir de l'émir Fakhreddine II (1572-1635).

Un peu en dehors de la ville, vous pouvez terminer en beauté une promenade jusqu'au château croisé dit Saint-Louis, dont les fortifications ont été en réalité adaptées et rénovées par les Mamelouks et les Ottomans.

 

 

Dans la même rubrique

Jrebta, Bejjé, Maad et Haqel : une escapade printanière de choix

Rachana, Smar Jbeil, Eddé et Basbina : la douceur verte des montagnes de Batroun

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué