X

Liban

À Ghazir et ses environs, une promenade non loin de la capitale dans un cadre envoûtant

Que faire ce week-end
S. B. | OLJ
07/07/2017

Pour ceux qui désirent passer, dans le courant de ce week-end, quelques heures agréables en évitant de faire un long trajet, la région de Ghazir, dans le Kesrouan, offre un cadre des plus enchanteurs, non loin de la capitale.

Située à près d'une demi-heure seulement de Beyrouth, la localité de Ghazir s'étend de Maameltein, sur le littoral, jusqu'à 550 mètres d'altitude. Le village proprement dit a gardé son cachet traditionnel, avec ses maisons aux tuiles rouges et à l'architecture typique, sans compter les vestiges historiques et plusieurs couvents anciens. L'un des plus prestigieux est, à n'en point douter, le couvent Saint-Antoine, qui n'est autre que le siège du supérieur général de l'ordre des moines maronites. Situé sur les hauteurs de Ghazir et surplombant la mer, cet impressionnant bâtiment en pierre a souvent changé de main avant d'être acquis par cet ordre religieux. Des travaux de restauration ont été effectués à l'intérieur du couvent, qui est d'une beauté à couper le souffle et qui mérite assurément d'être visité. L'église, avec ses superbes tableaux et ses icônes, accueille le visiteur et l'impressionne par sa finesse esthétique.

Le couvent tire sa fierté du séjour effectué par un célèbre poète polonais, Jules Slowacki, en 1837. C'est durant cette retraite qu'il a écrit son chef-d'œuvre Anhelli, sur les tribulations des populations polonaises. Ghazir a souvent inspiré des poètes, comme Lamartine, un autre amoureux du Liban. Le poète français a d'ailleurs donné son nom à une très belle vallée verte de cette région, où il aurait passé quelque temps dans une ancienne cabane en pierre.

Les églises et les couvents sont, certes, nombreux à Ghazir et méritent sans conteste le détour du fait de leur beauté et leur cachet spécifique. Mais il n'y a pas que les sites religieux à visiter dans la localité. L'une des maisons les plus prestigieuses du village est celle de Château Musar qui a installé ses locaux dans un bâtiment du XVIIIe siècle, en pierre blanche, proche de la place publique. Château Musar a été fondé en 1930 par Gaston Hochar et produit des vins réputés mondialement.

Les caves de Château Musar ne manqueront sans doute pas d'ouvrir l'appétit des visiteurs. Pour ceux qui opteraient pour un repas traditionnel, dans un cadre enchanteur de verdure, il leur faudra aller plus haut que Ghazir, jusqu'au village de Qattine. Là, une série de restaurants spacieux, parmi les plus connus de la région, attendent les clients. On y mange un très bon mezzé pour un prix raisonnable.

 

Dlebta-Meerab-Harissa
Au terme d'un repas bien copieux, le visiteur pourra quitter Ghazir et se diriger en ligne droite vers Dlebta, autre petit village pittoresque qui a également préservé son cachet particulier avec ses habitations aux tuiles rouges réparties harmonieusement sur le flanc de montagne, comme de petites maisonnettes d'une crèche de Noël.

En poursuivant votre chemin, vous débouchez sur Meerab. Là, avant de rejoindre Ghosta, un court arrêt s'impose afin de contempler l'imprenable et époustouflante vue plongeante que l'on a sur des collines verdoyantes et, surtout, sur le littoral et la baie de Jounieh. Une vue panoramique que vous pourrez apprécier en profitant de la quiétude des lieux où les habitations se font rares.

Cerise sur le gâteau : après Ghosta, vous pouvez boucler le circuit par une escale à Harissa où le site de Notre-Dame du Liban vous offrira des instants de prière et de recueillement, tout en vous permettant, par la même occasion, d'apprécier à sa juste valeur la grande beauté de la montagne libanaise.

 

Dans la même rubrique
Paix et tranquillité entre la Vallée sainte et la forêt des Cèdres

Faites-vous plaisir à Zghorta

Voyage à Jabal Moussa, paradis de la biodiversité

Voyage au bout du Liban : Kobayat et Aandket, perles du Akkar

À la découverte de ruines perdues et de grottes à Niha, Ferzol et Terbol

À la découverte de Kfarhay, Assia et Douma

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Zaarour Beatriz

Le voyage au bout du Liban est un grand plaisir! Les découvertes des splendeurs qui se trouvent dans chaque ville ou village sont inoubliables! Un seul côté négatif: les embouteillages...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué