X

La Dernière

Ziad Abichaker, du rêve à la réalité

Positive Lebanese
26/04/2017

Rien n'arrête Ziad Abichaker. Aucune difficulté, aucun défi. Passionné d'environnement, cet ingénieur de formation poursuit ce qui est bien plus qu'un rêve : une véritable école de pensée. Rien ne se perd, rien ne se crée, telle est sa devise, tel est son secret. Faire du Liban un pays Zero Waste à l'heure où la crise des poubelles constitue une vraie menace pour tous n'est pas qu'une gageure pour lui.

C'est un véritable projet auquel le jeune homme consacre son temps, son énergie et sa carrière. Et la pari vient d'être relevé puisque a été construit à Beit Mery la première usine de tri qui pratique 100 % de recyclage. Avec plus de 21 employés, c'est la seule des douze usines que Ziad Abichaker a implantées sur le territoire qui assure zéro déchet. Les matériaux triés sont ainsi recyclés, réutilisés et réinvestis. Déchets ménagers, industriels, pharmaceutiques, rien ne résiste à Cedar Environmental, la compagnie de Ziad Abichaker qui a déjà établi quatre brevets d'invention. Tout a commencé aux États-Unis où le jeune étudiant, littéralement passionné par la recherche, crée sa société et offre un service expérimental de recyclage des résidus de jardin. Il remporte ainsi le premier brevet en matière de compostage accéléré.

C'est au Liban cependant que l'attendra le plus grand de tous ces défis : changer les mentalités, les habitudes et surtout la manière de traiter les déchets. Cela ne sera pas facile mais cela ne sera pas impossible. Devant le scepticisme de tous, en pleine crise aiguë de « la poubelle », Ziad Abichaker prouve que le Liban possède toute la technologie nécessaire pour refabriquer les dix composantes des déchets. Et Cedar Environmental met en place un véritable network avec un documentaire à l'appui pour démontrer, s'il le fallait encore, que les solutions sont déjà là. Seul hic au tableau, le verre coloré. Les deux usines qui le recyclaient sont hors d'usage aujourd'hui. Mais qu'à cela ne tienne, le jeune homme ira voir à Sarafand le dernier souffleur de verre au Liban, le convainc de renouveler ses modèles et se lance dans une collection absolument craquante d'objets en verre soufflé à bas prix et vendue au profit des artisans chez Tawlet, Plan Bey, Platform 39, Dar bistrot, boutique du musée Sursock et sur Internet, livrable par coursier à bicyclette. N'hésitons pas.

Ziad Abichaker est un Libanais heureux. Il a réussi à faire de sa passion son métier et de son métier une vraie passion. Et plus la situation au Liban semble se détériorer, plus ses projets se succèdent à un rythme effréné. Des sacs en plastique qui envahissent tout, il a fait des murs végétaux. Des déchets d'abattoir, qui étaient soit brûlés, soit jetés dans la mer, il a fait des fertilisants de superqualité. Pour les pilules pharmaceutiques périmées qui polluent les nappes phréatiques, il a fabriqué une matrice qui les isole, les rendant ainsi inoffensives pour l'environnement.

Ziad Abichaker est un Libanais ambitieux. Il travaille actuellement sur une machine pour recycler les lampes économiques qui contiennent des vapeurs de mercure hautement nocif pour l'environnement, et sur une autre qui transformera le verre en sable en quelques minutes. Il n'hésite pas à se lancer dans des projets agricoles, à planter du bon blé non transgénique, à imaginer une culture zéro pesticide, zéro herbicide à bas prix.

Ziad Abichaker est un Libanais optimiste. Il constate que les mentalités ont bien changé, que les Libanais sont bien plus conscients de l'urgence de revoir leurs habitudes, que les écoles accordent une large place au respect de l'environnement. Il a bon espoir que l'usine de Beit Mery fasse des émules et que le Liban devienne vite un pays zero waste. On le croit et on y croit. On y croit.

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)

 

Dans la même rubrique

Avec Imane Nasreddine Assaf et Ahla Fawda, la rue est une fête

Patrick Baz, objectif photo

Nayla Bassili, une dame de cœur

Éliane Khayat, toutes les couleurs de l'amour

Le père Majdi el-Allaoui : l’amour absolu

Marise Aoun Kassab, le talent à portée de tous

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Mille fois BRAVO,
Monsieur Ziad Abichaker !

Encore quatre ou cinq de votre valeur, pour remplacer de toute urgence les:
Michel Aoun
Nabih Berry
Saad Hariri
Oualid Joumblatt
Hassan Nasrallah
etc.
qui ont été incapables, jusqu'à présent, de faire quelque chose de valable et de concret pour le Liban.
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants