X

La Dernière

Avec Imane Nasreddine Assaf et Ahla Fawda, la rue est une fête

Positive Lebanese
12/04/2017

Fawda... un mot qui caractérise souvent le Liban et les Libanais. Un mot doux amer qui fait sourire ou grimacer, s'énerver ou s'attendrir. Un état qui a profondément agacé Imane Nasreddine lorsqu'elle est revenue vivre au Liban en 1994 après des années d'études et de travail à Londres. Mais très vite, la jeune femme se rend compte de l'esprit combatif de ses compatriotes et adopte définitivement le positivisme comme mode de pensée. Un mariage et trois enfants plus tard, elle rejoint A Step Together, une ONG qui se charge de scolariser les enfants défavorisés ou à besoins spécifiques. Et cette joie qu'elle éprouve à donner, aider et partager, elle décide de la mettre au service de son quartier de Ras Beyrouth et de la faire partager à tous.

Imane Nasreddine Assaf est pleine de vie, d'énergie et surtout d'idées. La vie est une fête et elle compte bien le prouver et le chanter dans cette rue de Hamra qui hésite entre nostalgie et décrépitude. Avec ses enfants, leurs amis et les mères de leurs amis, elle organise en octobre 2013 une parade à l'occasion de la fête de Halloween. Pas moins de 700 enfants prennent ainsi la rue d'assaut, une rue qui, le temps d'une journée colorée et festive, a réuni toutes les classes sociales qui se sont partagé bonbons et cadeaux, et ont participé à de nombreuses activités. Avec l'argent récolté, Imane Nasreddine Assaf fonde son ONG, Ahla Fawda, dont la mission sera avant tout de répandre la joie dans les cœurs, en développant des projets écologiques, en organisant des fêtes et en redonnant vie à ce quartier à caractère traditionnel, culturel, artistique et intellectuel. Premier projet : un terrain vague utilisé en décharge à ciel ouvert et qui se verra transformé en jardin fleuri.

Devant ce succès inattendu face au scepticisme de tous, la jeune femme retrousse ses manches et fonce. Elle confie aux élèves des écoles de Ras Beyrouth un projet d'embellissement des kiosques à journaux et décide de rendre accessibles les 60 rampes qui séparent les trottoirs. Ces rampes destinées aux handicapés et aux poussettes sont inaccessibles à cause des voitures qui se garent sans vergogne là où elles ne devraient pas. Pour sensibiliser la population, Ahla Fawda va installer des panneaux d'interdiction de stationner et dessiner sur les rampes des chaises roulantes et des poussettes. Mais rien n'est gagné pour autant. Le combat est difficile même si les améliorations sont plus ou moins visibles. Elle ne baisse pas les bras. Après un premier festival en 2014 où la rue était offerte aux musiciens, artistes et piétons, le festival de 2015 sera consacré aux grandes figures artistiques disparues. Wadih el-Safi, Fehmen et surtout Sabah dont l'artiste Yazan Halwani peindra un immense portrait sur la façade de l'immeuble emblématique du Horseshoe. Hamra revit et pavoise avec, l'espace d'une journée, des trottoirs envahis de cafés traditionnels, de musiciens de tous genres, d'activités ludiques, de pubs et de spectacles.

Entre les parades de Halloween et les festivals, ces rendez-vous devenus annuels et incontournables font se rejoindre les Libanais de Ras Beyrouth et d'ailleurs. Et, avec l'aide de nombreux volontaires, Imane Nasreddine Assaf consacre désormais tout son temps à aider réfugiés et personnes dans le besoin dans tout le Liban. Sans oublier ses projets pour Hamra où une nouvelle façade a été embellie par le travail artistique de Jad Khoury. Ahla Fawda a tenu ses promesses. Aider et soutenir dans la célébration de la vie.

Cet été, ramadan oblige, le festival se tiendra à Aley la première semaine d'août en partenariat avec la municipalité, et verra se mêler artistes et musiciens locaux et internationaux. Et, avec son enthousiasme intarissable, Imane Nasreddine Assaf nous révèle l'existence d'un énorme symposium de sculpture à Aley et appelle les artistes et les volontaires à la rejoindre dans son combat de tous les jours : partager la joie de la vie.

 

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)

 

Dans la même rubrique

Patrick Baz, objectif photo

Nayla Bassili, une dame de cœur

Éliane Khayat, toutes les couleurs de l'amour

Le père Majdi el-Allaoui : l’amour absolu

Marise Aoun Kassab, le talent à portée de tous

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants