Rechercher
Rechercher

Positive Lebanese

Le père Majdi el-Allaoui : l’amour absolu

Il est parfois des rencontres dont on ne sort pas indemne. Plonger dans le monde du père Majdi el-Allaoui, c'est entrer dans une autre dimension. Celle où l'amour est si omniprésent qu'il n'y a plus de place pour l'inutile, le futile, le dérisoire. En face de cet homme aux yeux profonds, on se dit que la foi déplace les montagnes. Foi en l'homme, en l'amour et surtout en ce Liban qu'il a dans le cœur. La simplicité avec laquelle le père Majdi raconte comment il vient en aide à des dizaines de milliers de personnes en détresse est désarmante. Et l'on a juste envie de le suivre et de l'aider à aider.

Né à Jbeil, Majdi el-Allaoui connaîtra l'exil, la pauvreté et l'instabilité que la guerre a créés. Mais cet homme était voué à un destin exceptionnel et c'est dès l'âge de neuf ans qu'il connaît la révélation du Christ. Il se convertit au christianisme, quitte l'école à 14 ans et se dirige vers une carrière artistique. La vie le mènera en Italie où il suit des cours de peinture. Son attachement à ses racines le pousse à créer des tableaux qui racontent les beautés du Liban. Il voyage beaucoup, va à la rencontre de la diaspora libanaise et lui montre, à travers ses œuvres, tout l'amour qu'il a pour son pays.

Habité par l'amour de son prochain, le père Majdi consacre sa vie à enseigner la peinture dans les établissements scolaires jusqu'au jour où, côtoyant la misère et le monde douloureux des drogués, il quitte tout pour se consacrer entièrement aux démunis. Et comme souvent lorsqu'on trouve sa voie, animé par une énorme énergie, rien ne l'arrêtera désormais. Ce que cet homme a accompli « en suivant les lois de Jésus », comme il dit, donne le tournis. C'est d'abord un village, le Village de l'Homme, 10 000 mètres carrés à Nahr Ibrahim, avec une mosquée et une église, qui accueille les personnes sous addictions pour un programme de 18 mois sans médicaments, mais avec des soins basés sur l'amour, la confiance, la solidarité et la prière. C'est aussi une association : Bonheur du Ciel qui, aidée par des bénévoles et de belles âmes, va au secours de ceux qui ont faim et froid, de ceux qui sont en détresse. Beit Allah Mahhabé, Beit Ibné... Des foyers pour personnes âgées, des centres pour les sans domicile fixe, des maisons pour les femmes battues, pour les enfants violentés, pour les adolescents délinquants se dressent contre tous ces insoupçonnables malheurs et détresses.

 

(Pour mémoire : À Bourj Hammoud, les plus démunis ont leur restaurant)

 

En racontant les histoires de ces enfants des rues, de ces vieillards abandonnés, de ces bébés abusés qui ont perdu leurs facultés, le père Majdi a des larmes dans les yeux. Il connaît chacune de ces personnes à qui il a tendu la main et qu'il a prises dans ses bras.

En 2015, il ouvre un premier restaurant qui sert aujourd'hui 450 repas gratuits par jour. Et tout va continuer en tentant d'aller plus vite que la détresse du monde. Plus de 10 restaurants accueillent aujourd'hui, dans tout le Liban, ceux qui ont faim, avec même un restaurant de burgers pour que les enfants défavorisés puissent fêter leurs anniversaires. Et bientôt un restaurant gratuit ouvrira à Jbeil. Il ne fera travailler que les handicapés, les ex-drogués et les délinquants avec, les week-ends, des bus qui iront chercher des familles dans d'autres régions pour leur offrir un peu de tourisme. Un salon de coiffure, un centre de médiation avec des avocats bénévoles, un supermarché qui nourrit 1 500 familles, un programme de solidarité avec les expatriés et les agriculteurs, et des dizaines de projets sont en devenir. On en reste sans voix.

La liste est longue, mais l'amour dans le cœur du père Majdi n'a aucune limite. Il ne cherche jamais à savoir d'où viennent toutes ces personnes. Il les prend dans ses bras, c'est tout. Et quand on lui demande d'où arrivent les aides, c'est dans un magnifique sourire qu'il évoque Jésus, la bonté des gens et sa foi indestructible. Pour l'accompagner dans sa mission, il attend des bénévoles, des dons, des partages et de la solidarité. On peut le rejoindre sur Facebook, mais surtout dans cette dimension bien au-dessus de tout où l'on a juste envie de s'élever à notre tour.

*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d'amour pour son pays. (voir ici)

 

 

Dans la même rubrique

Marise Aoun Kassab, le talent à portée de tous

Sarah Hermez, le talent au service du talent

La nature est une belle harmonie

Nassim Alwan La conteuse aux mille couleurs

Paula Sroujean Abdel Hak : l'action au service de la vie


Il est parfois des rencontres dont on ne sort pas indemne. Plonger dans le monde du père Majdi el-Allaoui, c'est entrer dans une autre dimension. Celle où l'amour est si omniprésent qu'il n'y a plus de place pour l'inutile, le futile, le dérisoire. En face de cet homme aux yeux profonds, on se dit que la foi déplace les montagnes. Foi en l'homme, en l'amour et surtout en ce Liban qu'il a...

commentaires (6)

Fais ce qu'ils disent de faire mais surout ne fais pas ce qu'ils font.Jesus n'avait pas d'or...ni ou reposer sa tête. Ses representans ont de l'or, un bon lit et être toujours aux premières loges. Ce prête aime Dieu à travers chacun. Benis soit-il.

GENE JAIME

14 h 59, le 09 février 2017

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Fais ce qu'ils disent de faire mais surout ne fais pas ce qu'ils font.Jesus n'avait pas d'or...ni ou reposer sa tête. Ses representans ont de l'or, un bon lit et être toujours aux premières loges. Ce prête aime Dieu à travers chacun. Benis soit-il.

    GENE JAIME

    14 h 59, le 09 février 2017

  • CORRECTION ! Merci : .... les Grands Miracles qu'il pourrait encore accomplir si jamais les Wakfs/Biens-d’Églises de Bkérkéhhh/Quannoûbîîîne l'aidaient !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 41, le 09 février 2017

  • "Habité par l'amour de son prochain et côtoyant la misère et le monde douloureux entre autres des drogués, il quitte tout pour se consacrer entièrement aux démunis. Et comme souvent lorsqu'on trouve sa voie, rien ne l'arrêtera désormais ! Ce que ce Saint homme a accompli en suivant, lui au moins, les lois de Jésus donne le tournis : C'est d'abord (le Village de l'Homme), 10.000 mètres carrés à Nâhrébrahîm, avec une mosquée et une église svp, qui accueille les personnes sous addictions. C'est aussi une association, (Bonheur du Ciel) qui, aidée par des bénévoles, va au secours de ceux qui ont faim et froid ; ceux en détresse, quoi ! Ensuite, (Bééét Äâllâh Mahhabbéh, Bééét Ëébnéh etc.), tous des foyers pour personnes âgées, des centres pour les sans domicile fixe, des maisons pour les femmes battues, pour les enfants violentés, pour les adolescents délinquants se dressant ainsi contre tous ces insoupçonnables malheurs et détresses." ! Encore BRAVO, Äboûnâ Majdé ! Au fait qui pourrait imaginer un instant, les Grands Miracles qu'ils pourraient encore accomplir si jamais les Wakfs/Biens-d’Églises de Bkérkéhhh/Quannoûbîîîne l'aidait ! Yâ wâïyléééh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 15, le 08 février 2017

  • IL N,Y A PAS D,AMOUR ABSOLU... IL Y A L,AMOUR... ET SI CE N,EST PAS COMPLET CE N,EST PLUS L,AMOUR...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 11, le 08 février 2017

  • Si la Foi peut transporter les montagnes, l'Amour est encore 1000 fois plus fort!

    Yves Prevost

    09 h 33, le 08 février 2017

  • Voilà bien, là, un moine véritable digne de sa soutane ! Pas comme l'autre globe-trotter berger et ses jamborées aux quatre coins du monde.... en JET PRIVE ; et pas moins, svp !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 41, le 08 février 2017