X

Liban

Tollé après une tournée du Hezbollah avec la presse près de la frontière

Liban-Sud

Samy Gemayel dénonce « une atteinte au prestige de l'État » et accuse le gouvernement de manquement à ses engagements.

21/04/2017

Le Hezbollah a organisé hier une tournée en zone frontalière libano-israélienne, destinée à des journalistes de plusieurs médias libanais. L'occasion pour les participants de se faire une idée des fortifications israéliennes à l'heure où d'aucuns éprouvent des craintes de plus en plus croissantes quant à un nouveau conflit armé.

Le Hezbollah, quant à lui, affiche son assurance. Lors de la tournée, un cadre militaire du parti chiite a affirmé que la formation dirigée par Hassan Nasrallah « ne craint pas la guerre contre Israël ». « La guerre nous manque et nous sommes prêts à y prendre part si un conflit armé nous est imposé », a-t-il dit. Si le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammad Fneich, semblait vouloir réduire cette initiative du Hezbollah à « une randonnée effectuée par des journalistes libanais sur un territoire libanais », comme il l'a souligné à L'Orient-Le Jour, il reste que la tournée a suscité de vives réactions dans les milieux politiques.

C'est dans ce cadre que s'inscrit un communiqué publié hier par le chef des Forces libanaises, Samir Geagea. « Cette tournée est une erreur stratégique, dans la mesure où le Hezbollah a donné l'impression que l'armée libanaise n'est pas responsable des frontières », souligne le communiqué, avant d'ajouter : « Le pire, c'est que le Hezb a donné l'impression que la résolution 1701 du Conseil de sécurité (2006) est tombée dans l'oubli. »

M. Geagea met en outre l'accent sur le timing de la tournée. Celle-ci « intervient à l'heure où Israël montre de plus en plus de signes agressifs à l'encontre du Liban ». Selon lui, « la tournée du Hezbollah a eu lieu au moment où le pays a besoin d'affirmer son attachement à la 1701 ». Le chef des FL a enfin exhorté le gouvernement à s'acquitter de ses responsabilités, notamment en ce qui concerne la bonne application des résolutions internationales.

 

(Lire aussi : Pour les USA, le Hezbollah « reste un groupe terroriste qui porte atteinte à la sécurité du Liban »)

 

De son côté, le chef des Kataëb, Samy Gemayel, a saisi l'occasion pour tirer à boulets rouges sur le gouvernement. « Le cabinet ne respecte pas ses engagements, notamment en matière de respect des résolutions internationales, dont la 1701 », a souligné le député du Metn dans une déclaration. Selon lui, « la tournée dans une zone où s'applique la 1701 est une atteinte au prestige de l'État et à sa souveraineté, et une nouvelle menace pour les relations du Liban avec la communauté internationale ».

Nadim Gemayel, député Kataëb de Beyrouth, dénonce, quant à lui, ce qu'il appelle « une tentative du Hezbollah d'affirmer sa mainmise sur le Liban-Sud ». Dans une déclaration à L'OLJ, M. Gemayel estime que « l'attitude du parti de Hassan Nasrallah est en flagrante contradiction avec les résolutions 1701 et 1559 (2004), ce qui est inacceptable ». Il va même plus loin, jusqu'à réclamer « une position claire de la part du chef de l'État, Michel Aoun – en sa qualité de président du Conseil supérieur de la défense –, et du ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf, d'autant qu'il est intolérable de voir le parti chiite tenter de consolider sa mainmise sur le pays sans une ferme réponse étatique ».

Même son de cloche auprès du comité central du courant « 14 Mars-On continue ». Dans un communiqué publié hier, ce groupe s'est posé la question de savoir ce que pensent MM. Aoun et Sarraf de « cette atteinte aux prérogatives de l'armée libanaise ». Le collectif a, en outre, mis en garde contre « l'insistance du Hezbollah à mettre le Liban en confrontation avec la communauté internationale, conformément à un agenda iranien visant à isoler le pays, en vue de l'annexer au croissant iranien ».

 

(Lire aussi : Rumeurs, pour le moment infondées, sur une offensive israélienne imminente)

 

« Défier la communauté internationale »
Si d'aucuns ont vu dans la tournée des messages politiques adressés à M. Aoun et au gouvernement Hariri, des observateurs font état aussi de deux autres objectifs. D'abord que le parti chiite aurait voulu affirmer qu'il est toujours engagé dans son action de résistance contre Israël, en dépit de sa participation au conflit syrien. Et ensuite que le parti de Dieu chercherait à mettre la communauté internationale en garde contre toute menace visant l'Iran, dans la mesure où la République islamique pourrait riposter en bousculant le statu quo au Liban-Sud.

Dans les milieux hostiles à la formation de Hassan Nasrallah, Moustapha Hani Fahs dénonce « un défi lancé contre la communauté internationale, en particulier aux États-Unis, à l'heure où l'administration Trump entend infliger de nouvelles sanctions au Hezbollah ». « Le Hezbollah ne fait que confirmer que le Liban est plus que jamais otage des solutions aux conflits du Moyen-Orient », souligne M. Fahs à L'OLJ.

 

 

Lire aussi

Les limites de la protection du Hezbollah au Liban

 

Une guerre avec Israël aurait-elle lieu bientôt ?

 

La ministre italienne de la Défense appelle à éviter une escalade au Sud

Pourquoi le Liban doit-il résister seul face à Israël ? » s’interroge Hariri

Lire aussi à la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Nader Marc

Ce pays ne connaîtra de salut qu'après éradication totale de son cancer. La question n'est pas de savoir si cela va se produire mais plutôt quand ...

Bery tus

A qui profite cette exposé ?!? Hehehe une raison pour une guerre car le hezb sait bien ce qu'il l'attend

Assad Fakhouri

Démonstration de muscles de la part du Hezbollah à la veille des élections de son mentor
Inutile de se soucier sur la nostalgie de la guerre du Hezbollah
Là ou est installé l'Iran, directement ou par l'intermédiaire d'une milice, il est certains que la mrd sera semé tôt ou tard
Les jeunes du Hezbollah ne savent que manier l'AK47, et leurs dirigeants sont obéissant à la voix et aux dollars de leurs maîtres
Les dirigeants du Hezbollah ne sont pas dupes : au retour des "héros" combattant peu partout dans les pays arabes, quels métiers vont ils leur offrir ? La guerre uniquement !
Le Hezbollah, c'est le calvaire du Liban,

carlos achkar

La guerre nous manque. C'est tout à fait normal pour des mercenaires/miliciens qui sont payés pour faire la guerre.
S'ils sont vraiment en manque, ils devraient tous quitter le Liban et aller faire la guerre encore plus en Syrie et ailleurs. Surtout qu'ils nous fichent la paix.
Nous avons notre armée pour défendre le pays. Et nous sommes tous les soldats de notre propre pays et non des miliciens à la solde de l'Iran.

Ma Fi Metlo

A son tour, la chaine 2 de la télévision usurpatrice s’est penchée aussi sur cette tournée: « Dans une démarche exceptionnelle, le Hezb a effectué une tournée pour les journalistes au Liban, a proximité de la barrière frontalière au nord. Durant l’exposé de la tournée qui a été photographiée, un commandant de l’organisation a parlé des lacunes à la frontière et des conditions au sol et du système de défense usrpateur ».

Commenant cet exposé, le site en ligne israélien « Kol Heizmann », a évoqué des lacunes dans le système défensif israélien .

Alors que le général de réserve Ave Eitam commentait la tournée au micro de la radio israélienne en disant: « Le Hezb se promène tout au long de la frontière pour montrer que l’Etat usurpateur est en retraite ».

DONT ACTE .

Irene Said

"...la guerre nous manque..."
Si ce parti-cancer dans notre pays se permet d'affirmer cela...c'est qu'il connaît trop bien la lâcheté de notre gouvernement, si on peut encore appeler cette association de corrompus un gouvernement !

La guerre vous manque ?
Prenez vous miliciens, vos affaires, vos familles et foutez le camp en Syrie ou sur le Golan, là-bas il y a tout ce qui vous manque, et même vous pourrez aller tous les jours faire la bise à Saint-Bachar.
Et alors nous pourrons enfin vivre en paix !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA GUERRE NOUS MANQUE ! LA RACLEE PLUTOT QUI SERA CHANTEE EN VICTOIRE DIVINE... CAR POINT DE RUSSE DE CE COTE POUR VENIR A LA RESCOUSSE... ON DETRUIRAIT DIVINEMENT LE LIBAN POUR PLAIRE AUX IRANIENS...

M.E

"La guerre nous manque". Crâneur va! Et la Syrie, trop facile c'est ça? Tout de même fais gaffe et regarde les prix du pétrole avant d'y aller. Ce n'est plus $75 comme en 2006 mais $50 et les frères des uns et des autres pourraient ne pas nous aider à reconstruire. Tu ne veux pas plutôt prendre exemple sur les jordaniens et les égyptiens et passer à autre chose?

Yves Prevost

"La guerre nous manque". Enfin une parole de vérité! De la part du chef du Hezbollah, le fait est assez rare pour mériter d'être souligné. La Syrie et divers pays du golfe ne lui suffisent pas.La kalachnikov le démange! La guerre est un but en soi, comme le signifie bien le logo de la milice.
"Nous sommes prêts à y prendre part si un conflit armé nous est imposé" ... et même sans cette condition, comme en 2006 où il a volontairement et scciemment déclenché la guerre avec Israël (il s'en est d'ailleurs vanté).
Et tant pis pour le Liban! En quoi importe-t-il à l'Iran qu'il soit rayé de la carte?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST LA MAINMISE NON SUR LE SUD MAIS SUR LE PAYS !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.