Liban

Rumeurs, pour le moment infondées, sur une offensive israélienne imminente

Dans les coulisses de la diplomatie
06/04/2017

Alors que des rumeurs persistantes concernant une possible offensive israélienne imminente circulent actuellement dans le pays, aucun indice diplomatique concret ne vient confirmer de telles informations. Par le passé, Washington a toujours été informée de l'imminence d'une attaque de Tel-Aviv sur le Liban, et les responsables américains ne se privent pas de communiquer cette information au gouvernement libanais. Ils l'accompagnent également, d'habitude, de détails stratégiques concernant les objectifs qui seront visés par les attaques et leur ampleur. Les États-Unis tentent aussi, lorsque l'attaque semble imminente, de la faire avorter.

Or à l'heure qu'il est, rien de tel ne s'est encore fait. Ce qui inquiète toutefois aujourd'hui le palais Bustros, c'est que les nouvelles nominations-clés du gouvernement Trump, tant à la Défense qu'aux Affaires étrangères, n'ont toujours pas eu lieu, ce qui rend la récolte d'informations par le Liban quelque peu compliquée. La seule information que Washington a fait parvenir à Gebran Bassil le 20 mars dernier est en substance « la satisfaction de l'administration américaine eu égard au calme qui prévaut actuellement au Liban et à la combativité des forces armées face à la menace terroriste ».

Du côté de Paris, on estime que Tel-Aviv n'a aucune raison d'attaquer le Liban, et les responsables diplomatiques concernés ne manquent pas de souligner que le calme qui prévaut aujourd'hui à la frontière nord d'Israël est « inédit depuis la création de la résistance du Hezbollah ». Il n'y a donc rien qui pousserait Israël à lancer une offensive contre le gouvernement et la « résistance », à l'heure où cette dernière combat activement aux côtés de l'armée de Bachar el-Assad en Syrie afin de préserver le régime en place.

Les sources véhiculant ces rumeurs d'offensive imminente donnent toutefois des précisions sur la nature de l'offensive israélienne à venir. Celle-ci viserait les centrales électriques et les compagnies des eaux, et concernerait des positions du Hezbollah non seulement dans le Sud, mais à travers l'ensemble du territoire libanais. Elle viserait aussi la zone économique exclusive libanaise où se trouvent les champs de gaz libanais, sachant que l'heure de l'octroi des licences d'exploitation aux diverses compagnies pétrolières approche à grands pas...

 

 

Pour mémoire

Une guerre avec Israël aurait-elle lieu bientôt ?

La ministre italienne de la Défense appelle à éviter une escalade au Sud

Pourquoi le Liban doit-il résister seul face à Israël ? » s’interroge Hariri

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LE HEZB N,ETAIT UNIQUEMENT ET REELLEMENT QU,UNE RESISTANCE SANS DES VISEES DE MAINMISE SUR LE PAYS ET DES PLANS FAKIHIENS NOUS SERIONS TOUS DES HEZBIOTES ! LE CONTRAIRE EST UN FAIT...

Chelhot Michel

SCENARIO :
La représentante U.S. à l'ONU a parlé d'une "action unilatérale" contre la Syrie .
A l'occasion d'une mise en scène étudiée, les américains pourraient charger leur allié Israélien de faire le job contre la Syrie et ses alliés , Hezbollah en tête.

George Khoury

Voila pourquoi je pense que la frontiere sud sera dorenavent la plus calme du moyen orient, encore plus calme que le golan et cela tant que le hezb aura le dessus au Liban.
parceque leur agenda a changé, ils veulent rester au pouvoir et forcer la creation d'un croissant Chiite plutot que de liberer Chebaa, qui d'ailleurs ne sera qu'une excuse pour garder les armes.
la dissolution du hezbolla, et non son incorporation au sein de l'etat, est une necessite absolue pour que notre Liban garde son identite.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Goaaaaaaaaal !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les polémiques, entre manœuvres internes et souhaits régionaux

Les matchs d’aujourd’hui

  • Suède
    Corée du Sud

    18/06

    15h00 (GMT+3)

  • Belgique
    Panama

    18/06

    18h00 (GMT+3)

  • Tunisie
    Angleterre

    18/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué