X

Liban

La ministre italienne de la Défense appelle à éviter une escalade au Sud

Liban-Italie

Pour la première fois depuis l'élection d'un chef de l'État, un responsable italien effectue une visite officielle au Liban.

N. M. | OLJ
04/04/2017

« Avec l'élection d'un président de la République, la stabilité institutionnelle du Liban est assurée. » C'est ce qu'a affirmé hier la ministre italienne de la Défense, Roberta Pinotti, devant le chef de l'État, Michel Aoun, lors d'une visite officielle de 24 heures, la première à être effectuée par un responsable italien depuis l'élection présidentielle du 31 octobre dernier.

Accompagnée dans sa tournée de l'ambassadeur Massimo Marotti et d'une délégation, Mme Pinotti a insisté sur « la disposition de son pays à aider le Liban à alléger le fardeau que pose la présence massive des réfugiés ». Sur ce point, M. Aoun a fait part à son interlocutrice de la position du Liban qui « appelle au retour sûr des réfugiés syriens dans les régions sécurisées du pays ». Le chef de l'État a par ailleurs salué le rôle que joue le contingent italien au sein de la Finul et « les sacrifices qu'il fait » pour maintenir la stabilité au Liban-Sud et appliquer la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Arrivée dimanche soir à Beyrouth, la ministre italienne de la Défense a également été reçue par le président de la Chambre, Nabih Berry, qui a dénoncé les violations répétées par Israël du territoire libanais. À cela s'ajoutent, selon M. Berry, « les visées israéliennes » sur les richesses maritimes du Liban et « la zone économique ». Il a, dans ce cadre, appelé Mme Pinotti à « jouer un rôle efficace pour que les Nations unies assument leurs responsabilités face aux menaces israéliennes (...) et consacrent les droits libanais dans la zone économique ». Les discussions ont également porté sur « l'importance de la mission de la Finul pour la stabilité du Liban-Sud et de la région ».

 

(Pour mémoire : « Le pluralisme libanais, un exemple à protéger », souligne le ministre italien des AE)

 

Le volet sécuritaire et la lutte contre le terrorisme ont été évoqués lors de la rencontre de Mme Pinotti avec son homologue, Yaacoub Sarraf. La ministre a insisté dans ce cadre sur la nécessité de renforcer les relations bilatérales dans les différents secteurs, de la sécurité au commerce, en passant par le secteur économique et celui du développement.

Après une tournée à la base du contingent italien, à Chamaa, dans le caza de Tyr, Mme Pinotti a clôturé sa visite au Liban par un point de presse à l'aéroport de Beyrouth au cours duquel elle a, en réponse à une question, mis l'accent sur « la nécessité de maintenir la stabilité et la sécurité au Liban-Sud » et de faire en sorte d'« éviter une escalade entre le Liban et Israël ».
Interrogée sur la position de l'Italie au sujet des armes du Hezbollah, Mme Pinotti a affirmé qu'« il n'y a pas de position officielle à cet égard ». « Le Hezbollah est une composante des forces politiques présentes au Liban », a-t-elle ajouté, affirmant que, dans le cadre de sa mission au sein de la Finul, le contingent italien se conforme aux dispositions de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies, notamment pour ce qui est du « désarmement ».

Pour mémoire

L'Italie offre un bateau de cartographie à la marine libanaise

L'Italie promet d'aider le Liban à développer ses infrastructures

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Monsieur Nabih Berry, au lieu de pleurnicher devant Mme R. Pinotti sur "les visées israëliennes sur les richesses maritimes du Liban et la zone économique"...
qu'avez-vous, ainsi que le gouvernement, entrepris pour exploiter ces richesses depuis leur découverte ?

Décidément, c'est une maladie qui atteint tous nos responsables en ce moment: aller se plaindre et quémander, même en France, en Allemagne et certainement à Bruxelles demain !
Irène Saïd

AIGLEPERçANT

Quelle dise la même chose de l'autre côté de la frontière, en usurpie criminelle .

DIMONAMMONIAQUE YAKHONT .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

J,Y CONVINS !

Yves Prevost

On va certainement m'accuser de radoter, mais je veux souligner que le mot "ministre" est, en bon français, exclusivement masculin.
Ici, l'événement important, est que la visite dont il est question est "la première à être effectuée par UN responsable italien depuis l'élection présidentielle"
Préciser que ce responsable soit du sexe masculin ou féminin ne présente ici, aucun intérêt.
Si l'on tient cependant à souligner que CE ministre est une femme, il suffit d'écrire: "LE ministre italien de la Défense, Mme Roberta Pinotti". Le tour est joué - et la grammaire sauve!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants