Liban

Une guerre avec Israël aurait-elle lieu bientôt ?

analyse
14/03/2017

Les relations entre le Liban et Israël n'ont jamais été aussi tendues, et les menaces israéliennes se font de plus en plus fermes, la dernière en date ayant été proférée vendredi dernier par Naftali Bennett, ministre israélien de l'Éducation. Ce dernier a estimé, dans une interview avec le quotidien israélien Haaretz, qu'en cas de guerre avec l'État hébreu, le Liban sera « renvoyé au Moyen Âge ».

Les propos de M. Bennett avaient été précédés, mi-février, par une lettre adressée par l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Danny Danon, dans laquelle ce dernier dénonçait « le réarmement massif du Hezbollah » et la « violation flagrante de la résolution 1701 ».

Ces prises de position israéliennes suivaient les déclarations controversées du président de la République, Michel Aoun, qui, dans le cadre de son déplacement en Égypte en février dernier, avait déclaré à la chaîne égyptienne CBC que « les armes du Hezbollah sont nécessaires ».
À ce scénario tumultueux s'ajoutent les déclarations, vendredi, du patriarche maronite, Béchara Raï, lors d'un entretien avec la chaîne Sky News en arabe, au cours duquel il a déclaré que l'intervention militaire du Hezbollah en Syrie « a divisé les Libanais ».

Interrogés par L'Orient-Le Jour, trois journalistes livrent leur lecture de la situation et tentent de répondre à la question qui taraude les Libanais : « Une guerre avec Israël aurait-elle lieu bientôt ? »

 

(Pour mémoire : Sleiman et Gemayel se félicitent des propos de Raï contre le Hezbollah)

 

Hassan Fahs : Rien n'empêche que le premier coup soit porté à Baabda
« Je m'attends à une guerre avec Israël », déclare le journaliste Hassan Fahs, qui se dit « pessimiste » sur ce plan. « La situation régionale en Irak, en Syrie et au Yémen, et les nouvelles alliances qu'elle a mises en place laissent présager une nouvelle guerre avec Israël », indique M. Fahs.

« Aujourd'hui, la Turquie essaie de se trouver une place face à cette nouvelle donne, souligne Hassan Fahs. Va-t-elle continuer à œuvrer avec l'OTAN ou va-t-elle aller jusqu'au bout de sa coopération avec les Russes et les Iraniens ? De plus, l'hésitation égyptienne face aux causes arabes et la politique saoudienne très traditionnelle ralentissent les choses. Sans oublier le rôle grandissant de l'Iran dont le but stratégique est de devenir le pays qui aura le dernier mot dans la région. Israël n'est pas satisfait d'une telle situation et se trouve aujourd'hui obligé d'affronter directement l'Iran », analyse Hani Fahs.

« La guerre, que j'appelle "guerre de la paix", va avoir lieu pour que les États-Unis, la Russie et l'Iran puissent ensuite se retrouver sur la table de dialogue. Les menaces israéliennes ne sont pas nouvelles, mais l'État hébreu est prêt à tout, et avec l'arrivée de Trump au pouvoir, tout est possible. La bataille entre Israël et le Hezbollah sera dure. Rien n'empêche que le premier coup soit porté au palais présidentiel », conclut Hassan Fahs.

 

(Lire aussi : Le Liban en perte de légitimité régionale et internationale)

 

Pierre Akiki : La position de Raï traduit un manque de vision
« Je ne pense pas qu'il y aura de guerre avec Israël bientôt. Quand l'État hébreu menace, c'est qu'il ne va pas frapper, il s'agit de paroles pour faire monter la tension. C'est lorsqu'Israël est silencieux qu'il faut avoir peur », affirme Pierre Akiki, journaliste au quotidien panarabe al-Arabi el-Jadid.

« En 2006, Israël avait déjà un plan d'attaque prêt, et il a pris l'enlèvement de deux de ses soldats par le Hezbollah comme prétexte pour déclarer la guerre. Il n'avait pas proféré de menaces avant, de même qu'en 1993 (opération "Justice rendue") et en 1996 (opération "Raisins de la colère") », indique M. Akiki.
Commentant les dernières déclarations du patriarche Raï, Pierre Akiki estime que ce dernier fait preuve de « manque de vision et remet sur la table de vieux dossiers qui divisent les Libanais, que ce soit concernant la responsabilité des Palestiniens dans la guerre libanaise ou le dossier du Hezbollah ». « Le discours de Mgr Raï sur le Hezbollah est adressé au président Aoun car ce dernier a pris la décision de défendre le Liban côte à côte avec le Hezbollah, selon l'équation "peuple, armée et résistance" », ajoute-t-il. « Le discours du patriarche n'aura pas beaucoup d'effets parce que le dossier des législatives va prendre le dessus avec soit une nouvelle loi électorale, soit l'ajournement des élections, soit des élections selon la loi dite de 1960 », souligne M. Akiki.

 

(Lire aussi : Bras de fer local sur fond de changements régionaux)

 

Ali Dahi : La société israélienne est basée sur la guerre
« Le Liban vit dans un conflit continu avec Israël. Le problème est que le pays porte le plus grand fardeau à cause de sa proximité géographique avec les territoires palestiniens, de la présence des camps palestiniens et du problème des armes à l'intérieur de ces camps », estime Ali Dahi, journaliste politique au quotidien al-Balad.
« Après le retrait israélien du Liban-Sud en 2000, le conflit avec l'État hébreu ne s'est pas arrêté car il reste encore des terres occupées, souligne M. Dahi. La société israélienne est basée sur la guerre. Ils haussent le ton de temps à autre pour encourager les jeunes à s'enrôler dans l'armée. »
Concernant les propos du patriarche Raï, M. Dahi estime qu'ils traduisent « une division déjà existante » au sujet du Hezbollah. « Mgr Raï est une référence nationale. Dans ses déclarations, il dit qu'il y a une division politique et non pas confessionnelle à propos des armes du Hezbollah et de ses fonctions », souligne-t-il avant d'ajouter : « Il n'y a pas d'informations au stade actuel sur une guerre proche avec Israël. »

 

Pour mémoire

Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien

Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient

Nasrallah : La résistance sortira victorieuse et plus forte de la guerre planétaire lancée contre elle

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Completement nul comme analyses. D'abord Israel n'a jamais attaque le Liban si il n'avait pas ete provoque. Ensuite, l'excuse de dire qu'Israel a des vues expansionistes au Liban ne tient pas debout. Em 1967, Israel aurait pu attaquer le Liban mais ne l'a pas fait, non pas parce qu'il n'avait pas les moyens mais parceque il n'avait rien contre le Liban. Donc toutes ces analyses c'est du bidon...

Gebran Eid

LA MEILLEUR DE CES ANALYSTES, C'EST MONSIEUR AKIKI QUAND IL A PRONONCÉ CETTE VISION DE GÉNIS EN POLITIQUE: " SOIT UNE NOUVELLE LOI ÉLECTORALE, SOIT L'AJOURNEMENT DES ÉLECTIONS, SOIT DES ÉLECTIONS SELON LA LOI DITE DE 1960 " ET LA 4ÈME QU'IL A OUBLIÉ, SOIT ON VERRA BIEN CE QUI VA SE PASSER.

MISMIRIGO FRANCESCO

Tout ceci qu'il soit vrai ou faux ça donne des sueurs froides. Mais à vous tous au Liban et en Israël ça ne vous vient jamais à l'esprit d'envisager ou d'imaginer aussi une éventuelle collaboration positive entre États? Le Liban et Israël sont des forces économiques et culturelles et en principes des démocraties aussi. Est-il si impossible d'envisager autre chose qu'une guerre comme mode de fonctionnement ? Il est vrai qu'avec des voisins comme israél et la Syrie ceci semble impossible. Mais on ne peut pas et on ne peut plus continuer ainsi. Au risque d'être tous engloutis par le monstrueux trou noir qui a commencé à Alep.

Ana Lebnene, Lebnene ou bess

je trouve franchement l'analyse de ces 3 journalistes d'un vide et d'un non sens affligeant. Je pense que Mme Irma (voyante célèbre et complètement a cote de la plaque) aurait fait un meilleur boulot. C'est creux, c'est vide, ça ne dit rien. Honnêtement, j'attends plus de l'OLJ en qualité éditoriale.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI ON Y VA CHERCHANT... OUI !

Jaber Kamel

L'usurpie n'a besoin d'aucun prétexte ni d'aucun feu vert de qui que se soit pour entrer en guerre. Ni de Trump-péte ni des bensaouds.

S'ils n'attaquent toujours pas c'est que en face IL Y A DU RÉPONDANT.

AMMONIAQUE DIMONA ET YAKHONT SONT LES ÉLÉMENTS DISSUASIFS POUR QUE 6 OU 7 MILLION DE RÉFUGIÉS D'UN NOUVEAU GENRE NE VIENNENT À INONDER LE MONDE OCCIDENTAL.

Quant à Rai il est normal qu'il exprime des craintes sur la situation au Liban,comme le fait le pape sur les sujets qui concernent le monde, mais politiquement ce qu'il dit n'a pas trop d'impact sur la scène.

George Khoury

Il ne manquait plus que leila abdel latif pour nous donner ses pronostics.

Ce qui est sur, c'est qu'ils ont la capacité et la volonté de detruire notre pays alors que le parti infeodé a l'iran n'a ni la volonté (comme on a pu l'entendre a travers les discours iranien de desirs de cooperation pour gerer la region avec israel) et encore moins la capacité de detruire israel. Bref, chacun profite de l'autre pour rester au pouvoir...CQFD

Bouez Chahine

Le journaliste Pierre Akiki juge que "Mgr Raï fait preuve de manque de vision" (sic). Si manquer de vision de dire que les réfugiés palestiniens avaient provoqué la guerre de 1975 au Liban avec leur "bosta" à Remmaneh, que ce sont les mêmes palestiniens qui ont massacré Damour et Saadiyate et que l'armée iraniene du Liban, le Hezbollah, ne fait que provoquer les Isréliens afin d'envahir le Liban et le détruire et sur leur intervention en Syrie aux côtés de l'assassin de plusieurs de nos hommes politiques sans l'accord de l'Etat libanais, eh bien, je suis le premier a manqué de vision.

Yves Prevost

Il ne peut y avoir de guerre avec Israël que si le Hezbollah le décide, comme en 2006. Or la milice iranienne a, actuellement d'autres chats fouetter.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Confusion et redistribution des cartes avant le 15 mai

CITOYEN GROGNON de Anne-Marie El-HAGE

Y a pas de quoi pavoiser !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.