X

Moyen Orient et Monde

Quand Trump rencontre le reste du monde...

Commentaire
08/04/2017

Le grand rapprochement entre Washington et Moscou, envisagé par les deux camps après l'élection de Donald Trump, devra attendre.

Alors que les récentes positions de l'administration Trump, indiquant vouloir coopérer avec Moscou et ne plus faire du départ du président syrien une priorité, avaient relancé le projet d'une grande alliance entre les États-Unis et la Russie pour lutter contre le terrorisme, les bombardements américains hier matin contre la base syrienne d'al-Chaayrate ont tué le projet dans l'œuf. Contre toute attente, Donald Trump a fait ce que Barack Obama s'était toujours refusé de faire : sanctionner le régime Assad et rappeler à ses deux parrains, Moscou et Téhéran, que tout ne leur est pas permis en Syrie. En répondant à l'attaque chimique mardi contre Khan Cheikhoun, imputée à Damas, Washington vient de fixer une nouvelle ligne rouge, dont les frontières ne sont pas encore claires. Aussi symbolique et surprenante soit-elle, la frappe américaine ne modifie en aucune manière la donne sur le terrain syrien. Et rien n'indique, pour l'instant, que Washington ait l'intention de revoir ses priorités et de s'engager davantage contre Bachar el-Assad. Les États-Unis vont d'ailleurs être vite confrontés au même dilemme que l'administration précédente. Une politique visant à faire tomber le régime syrien serait forcément synonyme d'une escalade avec Moscou, alors que Washington n'a aucun allié susceptible de prendre le pouvoir sur le terrain.

 

(Lire aussi : Ce qu'il faut comprendre de l'attaque US contre la base syrienne)

 

Si l'administration Trump n'a pas caché son hostilité envers l'Iran depuis son arrivée au pouvoir, elle ne semble pas pour autant vouloir se retrouver dans une situation de confrontation directe avec Moscou. Les Russes ont été prévenus à l'avance des frappes américaines, pour éviter l'escalade. Les surenchères verbales et militaires ne sont toutefois pas à exclure, même si elles devraient être contenues : les deux dirigeants veulent se tester et se prouver l'un à l'autre qu'ils ne se laisseront pas marcher sur le pied. C'est une question de crédibilité.

Plus qu'un énième revirement de la politique américaine en Syrie, les frappes d'hier ressemblent plutôt à un « one shot », dont l'objectif principal est d'adresser un message fort au reste du monde. Réputé impulsif, le 45e président américain fait ainsi une entrée fracassante sur la scène internationale, qui tranche avec la doctrine de son prédécesseur. Non seulement en réagissant de façon extrêmement rapide, sans attendre l'accord du Congrès, mais aussi en menant l'opération de façon unilatérale. Comme si l'ère du multilatéralisme et de l'interventionnisme américain mesuré était révolue. L'avertissement est limpide : les États-Unis de Donald Trump sont prêts à répondre à toute action qu'ils considèrent comme menaçante. La Corée du Nord et l'Iran sont prévenus. Les États-Unis ne vont plus forcément jouer aux gendarmes du monde, mais ils ont bien l'intention de rester les gendarmes de leurs propres intérêts.

Confronté à la réalité, le « Donald » essaye à tout prix de se démarquer de la politique de Barack Obama, qu'il a passé la plus grande partie de son temps libre à critiquer sans réserve. Sans toutefois qu'il soit encore possible de définir une doctrine Trump, en matière de politique étrangère. Comme s'il enfilait le costume traditionnel des Républicains, l'ancien promoteur immobilier se présente comme un adepte de la verticalité, qui exècre le multilatéralisme, et dont la priorité au Moyen-Orient est la protection des intérêts d'Israël. Mais l'homme paraît tellement imprévisible qu'il peut encore réserver de nombreuses surprises.
« Ce n'est pas parce qu'on a le meilleur marteau que l'on doit voir chaque problème comme un clou », avait dit le premier président noir de l'histoire américaine notamment pour justifier sa non-intervention en Syrie. Le « meilleur marteau » est désormais dans les mains d'un milliardaire américain qui découvre sur le tard la complexité des relations internationales. Et qui a, jusqu'à l'heure, démontré sa propension à considérer, quel que soit le domaine, chaque problème comme un clou...

 

 

 

 

 

Lire aussi

Tsars Academy, l'éditorial de Issa GORAIEB

Donald Trump s’installe aux antipodes de Barack Obama

Ce que les rebelles syriens attendent désormais d’« Abou Ivanka el-Ameriki »

L'attaque chimique, une "ligne rouge" déjà franchie en Syrie

La thèse d'un accident à Khan Cheikhoun est "fantaisiste", estiment des experts

Syrie : pourquoi les Américains ont changé de ton

Khan Cheikhoun bouleversera-t-il tous les plans d'Assad ?

Un Syrien raconte comment il a survécu à l'attaque de Khan Cheikhoun

Assad : Soit la victoire, soit la Syrie sera rayée de la carte

Repères
Guerre en Syrie : trois jours qui ont tout changé

Conflit syrien : de l'attaque chimique présumée aux frappes américaines

Attaque de Khan Cheikhoun en Syrie : ce que l'on sait

Retour sur les utilisations d'armes chimiques dans le conflit syrien

 

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Les US de Donald Duck-Troump sont prêts à répondre à toute action qu'ils considèrent comme menaçante....
La Corée du Nord et l'Iran sont prévenus !
Les US ne vont plus jouer aux gendarmes du monde, mais ils ont bien l'intention de rester les gendarmes de leurs Propres intérêts !
« Ce n'est pas parce qu'on a le meilleur marteau que l'on doit voir chaque problème comme un clou ».... Mais Le « meilleur marteau » est désormais dans les mains d'un milliardaire américain qui a démontré de la sorte sa propension à considérer, quel que soit le domaine, chaque problème comme un clou !".
Tant mieux !
Qu'il l'arrache donc, enfin, ce bääSSyrien CLOU rouillé noûSSâïrî Per(s)cé fakkîhàRien et qu'on en finisse.
Khâââï !

RE-MARK-ABLE

IL Y A BIEN CONNIVENCE MAIS C'EST POUTINE QUI VIENT AU SECOURS DE TRUMP-PETE.

LES S300 ET S400 QUI ONT ÉTÉ DÉCONNECTÉS POUR PERMETTRE AU CLOWN DE FRAPPER DANS DU VIDE EN EST LA PREUVE IRRÉFUTABLE QUE LE CLOWN A ÉTÉ REMIS EN SELLE PAR LE GÉNIAL POUTINE.

LES NEGOCIATIONS SÉRIEUSES POURRONT COMMENCER AVEC LE CLOWN QUI REPREND DU POIL DE LA BÊTE GRÂCE AU GÉNIE .

Chammas frederico

Mr Trump est un "business Man même en politique" Il n'a pas de Vérité écrite...
Grand stratège peut être pas , mais tacticien probablement.
Pour le bourbier syrien, il restera probablement dans une attitude de "containment" , aussi bien vis à vis des insurgés que du régime, vigilant quand même vis à vis des ambitions turques et des écarts possibles d'Israel...ses alliés...
Et d'ailleurs que pourrait il faire de valable et pérenne...dans cette zone ou on ne sait sur qui compter ( sauf peut être les kurdes...mais la aussi brider leurs ambitions probables, s'il veut sauver l'alliance turque) et il semble impossible de trouver un consensus, tous étant contre tous, "l'opposition syrienne" s'étant montrée incapable de présenter un projet, d'amorcer une ébauche de pouvoir alternatif crédible, soutenu par des factions syro-syriennes qui comptent et de vraies personnalité syriennes pouvant mener un autre gouvernement que celui de Bachar...
Russie et Iran savent tout ça et aussi qu'ils ne sont pas , eux aussi, en mesure de coachesr un futur gouvernement(qui leur soit dévoue!)... Alors, cette situation fluide convient à tous ...qui sont patients et en attendent le maximum pour leurs intérêts
Sauf les syriens qui vont continuer à mourir "a petit feu" Intolerable

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS S,IL N,Y A PAS DE CONNIVENCE OU DE PROCHAIN ACCORD POUR LANCER LES NEGOCIATIONS ET LA SOLUTION DEMOCRATIQUE ALORS DEUX SYRIES NAITRONT A L,IMAGE DES DEUX COREES... ENTRETEMPS IL Y AURA DES ESCALADES DANS TOUTE LA REGION !

M.V.

Excellent coup de poker Made in Trump ,le USA sont désormais au centre du dossier du Moyen Orient, et Trump s'est rapproché du niveau de Vladimir Poutine, en bombardant une base aérienne secondaire ,avec une vieille flotte d'avions obsolète qui date d'au moins 30 ans ... et (selon les publications disponibles), où pas une trace de gaz sarin ou autres ,ne fut identifié après le bombardement...! dans cette phase ,il y a tout de même un double cocu, à savoir Normal 1er , qui fut sur le dossier , le cocu du gentil Obama...et voilà dés maintenant ! une deuxième fois Normal 1er , cocu marginalisé de Donald Trump..ca commence à faire beaucoup pour l'image déjà ternie de France ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND MEME ET MALGRE TOUT IL S,EXHALE UNE ODEUR DE QUELQUE NOUVELLE CONNIVENCE...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HABITUE AU MARTEAU, L,INTERVENTION TRUMP D,HIER EN SYRIE NE SERA POINT ONE SHOT... LE DEPART DU CHIMIQUE EST DEMANDEE A HAUTE VOIX ET DES INTERVENTIONS NON SEULEMENT POUR AGRESSIONS CHIMIQUES DU REGIME SUR SON PEUPLE FURENT VIVEMENT DECLAREES PAR LA REPRESENTANTE AMERICAINE AUX N.U. LA DONNE A CHANGE RADICALEMENT ET LES RUSSES ONT PRIS NOTE !
ET SI L,INTERVENTION ETAIT UN ACCORD SECRET PARTIE DE LA CONNIVENCE POUR FAIRE BOUGER LE DOSSIER SYRIEN ET LES NEGOCIATIONS CONTRE LE GRE DE L,IRAN ? LES PROCHAINS JOURS LE DIRAIENT AVEC LA VISITE DE TILLERSON A MOSCOU...

Bery tus

j'ai peur que cela soit aussi une demonstration avant des certaines négociations ... mais je pense aussi qu'il y aura d'autre shot .. de toutes les facons Trump ne voudra plus voir le futur de la syrie avec assad ou alors il restera mais sera demuni de tous son appareils de pouvoir d'execution

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué