X

À La Une

Entre Washington et Riyad, les "bons vieux jours" sont terminés

diplomatie

La relation entre les deux pays devra être "recalibrée", estime le prince Turki al-Fayçal.

OLJ/AFP
21/04/2016

Les "bons vieux jours" de l'alliance historique entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite sont terminés et leur relation devra être "recalibrée", a jugé mercredi l'ancien chef du renseignement saoudien, le prince Turki al-Fayçal, en pleine visite délicate à Riyad de Barack Obama. Le président américain a entamé mercredi ce qui devrait être sa dernière visite dans cette puissante monarchie sunnite du Golfe, qui n'a pas digéré l'ouverture des Etats-Unis vers le rival chiite iranien.

"Nous ne pouvons pas compter sur un retour aux bons vieux jours d'autrefois", a taclé sur CNN International le prince Turki al-Fayçal, membre de la famille royale saoudienne et qui fut aussi ambassadeur de son pays à Washington. "Jusqu'où pouvons-nous aller quant à notre dépendance vis-à-vis de l'Amérique? Jusqu'à quel niveau pouvons-nous compter sur la ténacité des dirigeants américains? Quels sont les bénéfices mutuels qui nous rassemblent? Ce sont des choses que nous devons recalibrer", a critiqué l'influent ancien chef des services de renseignement saoudiens.


(Lire aussi : "Sans notre protection, l'Arabie saoudite ne survivrait pas une semaine", lance Trump)

 

Soulignant que la "conduite et les déclarations du président Obama avaient réveillé (Riyad) sur le changement en Amérique", le prince a encore jugé que l'alliance entre les deux puissances ne serait jamais plus comme avant, même après l'élection du successeur de Barack Obama.
"Je ne crois pas qu'il faille attendre de tout nouveau président en Amérique un retour, comme je l'ai dit, aux jours d'autrefois quand les choses étaient différentes", a insisté Turki al-Fayçal.

Les décisions de l'administration américaine démocrate - du refus en 2013 d'intervenir en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad à l'accord sur le nucléaire avec l'Iran en 2015 - ont ulcéré les monarchies sunnites, dont le chef de file est l'Arabie saoudite. Dans un article publié mi-mars dans le magazine The Atlantic, M. Obama appelait ses "amis" saoudiens à trouver un moyen de partager leur voisinage avec leurs rivaux à Téhéran. La formulation est très mal passée à Riyad.

 

Lire aussi
« La doctrine Obama et la doctrine Salmane se complètent »

USA-Arabie saoudite : condamnés à s'entendre

USA-Arabie saoudite : vers une reconsolidation des liens bilatéraux

« Washington ne doit plus s'embourber dans les marécages du Proche-Orient »

Obama, cible de critiques sans précédent en Arabie saoudite

Heurs et malheurs de la politique étrangère de Barack Obama

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

BOSS QUI BOSSE

En fait c'est un cycle , chacun mangera son pain noir un jour.

Mais celui là sera carbonisé. Évidemment ça ne fera pas plaisir au palais. .....du harem .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MOUMANA3ISTES... NE TABLEZ PAS BEAUCOUP SUR CES INTOX PATATI3ISTES ET PATATA3ISTES... LES DESILLUSIONS VOUS FERAIENT PATIR D,AMERTUME...

Henrik Yowakim

les décisions de l'administration américaine démocrate du refus en 2013 d'intervenir en Syrie contre le régime de Bachar el Assad à l'accord sur le nucléaire avec l'Iran en 2015 ont ulceree les monarchies sunnites file est l'Arabie saoudite.

L'ARABIE SAOUDITE ET LES MONARCHIES DU GOLFE AURAIENT DU S'APERCEVOIR DES 2O11 DE LA CONDUITE LOUCHE ET LACHE DE L'AMBASSADEUR DES ETATS UNIS EN SYRIE LE SINIISTRE FORD QUI APRES AVOIR PROVOQUEE ET INCITEE LES REBELLES A LA REVOLTE A FOUTU LE CAMP ET FILEE A L'ANGLAISE EN LES ABANODONNANT A LEUR TRISTE SORT.

ETRE ULCEREE NE PEUT AIDER LES ARABES.CE QU'IL FAUDRAIT FAIRE C'EST DE SORTIR DE LEUR ETAT DE "PROTECTORATS" AMERICAINS ET D"ORGANISER LA RESISTANCE CONTRE LE DUO AMERIQUE~RUSSIE
EN S'APPUYANT AUTANT QUE POSSIBLE SUR L'EUROPE ET LA CHINE QUI EN DEPIT DE LEUR DEPENDANCE MONETAIRE A L'EGARD DES ETATS UNIS PEUVENT CONTRIBUER A CHANGER LA DONNE.

M.V.

C'est une tendance naturelle et un comportement humain...les cocus ne sont jamais satisfaits..............!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants