X

Liban

Wadih el-Asmar à « L’OLJ » : « Tol3et re7etkoum » est pour un État de droit

Interview express

Membre à titre personnel du mouvement « Vous puez ! » (Tol3et re7etkoum), le secrétaire général du Centre libanais des droits humains (CLDH), Wadih el-Asmar, répond aux questions de « L'Orient-Le Jour ». Le militant faisait partie du groupe de manifestants qui a investi le ministère de l'Environnement, mardi dernier.

03/09/2015

Pourquoi le mouvement « Vous puez ! » a-t-il investi avant-hier le ministère de l'Environnement ? Pouvez-vous évaluer cette action ?
Ce que nous avons fait mardi soir est pour le Liban un pas en avant. Nous avons montré au pouvoir et à la société qu'il est possible de faire entendre sa voix de manière pacifique et créative. Nous avons aussi montré à l'État que nous n'allons pas faire marche arrière, mais que nous poursuivons notre combat, nos actions, notre avancée.
Nous voulions une action forte et symbolique, qui s'inscrive dans la mouvance pacifique. Nous voulions aussi une action citoyenne. C'est la raison pour laquelle nous avons pacifiquement investi les locaux du ministère de l'Environnement. Nous n'avons rien abîmé, rien cassé. Nous n'avons gêné personne. En retour, nous avons été conspués, provoqués, pour donner aux forces de l'ordre le prétexte de l'usage de la force.
Pour rappeler ce qui nous a poussés à cette action, le mouvement « Tol3et re7etkoum » a émergé il y a environ deux mois avec la crise des déchets et une revendication très claire : trouver une solution au problème des ordures et obtenir la démission du ministre de l'Environnement, Mohammad Machnouk. Nous estimons que le premier fondement de l'État est basé sur le principe de la responsabilité ou de la reddition des comptes (accountability). C'est dans ce cadre que nous avons organisé plusieurs manifestations, pour pousser le gouvernement à assumer ses responsabilités, mais le pouvoir est resté sourd à nos demandes.
Au départ, nous n'étions qu'une poignée de militants ayant des revendications citoyennes. Samedi dernier, 70 000 personnes environ nous ont rejoints, place des Martyrs, par leurs propres moyens, pour scander nos revendications. C'est dire combien les citoyens aspirent à une solution à la crise des déchets! Une nouvelle fois, le pouvoir n'a pas réagi à notre appel et n'a pas assumé ses responsabilités. Bien au contraire, il a continué à refuser toute solution qui n'assure pas aux hommes politiques des revenus illégaux. Nous lui avions pourtant donné un ultimatum de 72 heures qui était venu à échéance mardi soir.
Entre-temps, faut-il rappeler les tirs des forces de l'ordre contre les manifestants et les bombes lacrymogènes lancées? Je crains fort que le pouvoir libanais ne soit pas à la hauteur de la situation, car il n'a toujours pas répondu aux attentes des citoyens. Cela fait pourtant deux mois que nous vivons au beau milieu des poubelles, sans la moindre solution à l'horizon.

 

(Lucien Bou Rjeily à L'OLJ : Mardi, "on a clairement voulu amputer le mouvement +Vous Puez !+")

 

Sur base de ce constat, quelle est la prochaine étape du mouvement ?
Nous réfléchissons à la prochaine étape, à nos actions à venir et au message que nous souhaitons véhiculer. Un message qui se situe toujours dans le cadre de nos revendications. Peut-être est-il temps de passer à autre chose. Mais aujourd'hui, une chose est certaine. Notre mouvement a redonné à nombre d'autres mouvements le goût de réinvestir la place publique. À leur tour, ils n'hésitent plus à organiser des sit-in.
Toutefois, il ne faut pas oublier que notre mouvement n'a que deux mois. C'est un mouvement de jeunes qui ne peut assumer la responsabilité de trouver la solution à tous les problèmes, mais qui a redonné espoir aux Libanais. Nous ne voulons pas décevoir toutes ces personnes qui ont mis leur espoir dans notre mouvement.

 

Cette action a été très critiquée à la fois par le 8 Mars et le 14 Mars. Auriez-vous entrepris une telle action si le ministre n'était pas « un gentleman », mais un ministre plus politisé susceptible d'avoir une réponse plus musclée ?
Avec des « si », on mettrait Paris en bouteille. Restons dans le cadre de notre débat. Nous avons agi de la sorte car nous sommes submergés par la crise des ordures. À partir du moment où le ministre de l'Environnement a reconnu sa mauvaise gestion du dossier et son incapacité à le régler, il doit se retirer. Nous réclamons sa démission, uniquement parce qu'il est le ministre de tutelle. Nous n'avons aucune tendance politique.
Quant aux autres accusations, qu'elles viennent du 8 Mars ou du 14 Mars, elles sont nombreuses et ridicules. Elles se situent dans le cadre des techniques de discrédit utilisées par les pouvoirs dictatoriaux pour diviser le groupe. Celui qui se sent visé, c'est son problème. Nous ne pouvons plaire à tout le monde, mais en même temps, nous n'avons pas pour objectif de faire plaisir à la classe politique libanaise qui a lamentablement échoué.
En tant que groupe, les partis politiques ne nous intéressent pas. Notre mouvement est indépendant, tant dans sa façon de travailler que dans ses mécanismes. Nous voulons juste sauver ce pays. Car nous étouffons littéralement sous les ordures. Que se passera-t-il lorsqu'il pleuvra et que les ordures s'infiltreront dans le sol ? Le pouvoir est d'une telle inconscience, d'une telle inconsistance !

 

Qu'en est-il de la feuille de route du mouvement « Vous puez ! » ?
La feuille de route de « Tol3et re7etkoum » est clairement affichée. Nous réclamons une solution à la question des déchets et la démission du ministre de l'Environnement. Nous demandons aussi que les membres des forces de l'ordre qui ont tiré sans sommation sur des manifestants civils soient mis en détention provisoire. Ces personnes doivent rendre des comptes, de même que le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, qui a failli à sa tâche et qui doit être tenu pour responsable. Également parmi nos revendications, l'argent dû aux municipalités doit leur être restitué pour leur permettre d'apporter des solutions au problème des déchets. Enfin, nous réclamons un nouveau Parlement, car nous estimons que le Parlement actuel n'a aucune légitimité populaire.
En conclusion, nous ne sommes pas un mouvement contre quelque chose, mais pour un État, un État de droit.

 

Lire aussi

À Riad el-Solh, les protestataires récidivent : « Nous voulons le changement »

Voir

Place des Martyrs : les images de la manifestation

Occupation, évacuation musclée : les images d'une journée tendue au ministère de l'Environnement

Manifestation massive place des Martyrs, morceaux choisis (vidéo)

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

michele bibi

Un Etat de droit??????????????????
Monsieur Asmar, ce serait plutot le chaos, le vandalsime et l'anarchie que vous recherchez.
C'est une honte.
Quelle jeunesse pourrie nous avons, quelle jeunesse ignarde nous avons, et il faut batir un Liban sur ces personnes????
Non, mille fois non!
Des jeunes au passe plutot lourd qui montrent patte blanche maintenant????
C'est a vomir!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Pierre Hadjigeorgiou

Un menteur de plus qui joue sur les poubelles pour faire parvenir un certain imbécile au pouvoir et en particulier a la présidence, eh bien non! Ramasser les poubelles nous sommes d'accord, demander que des ministres soient congédiés pour incompétence encore d'accord, mais faire semblant de réclamer ces pratiques en cherchant a faire élire son mentor, qui prétend ne pas être derrière ce genre de débordements, par la force c'est non! non! et non! Nous ne changeons pas de régime pour obtenir des revendications! Quel régime réclament donc ces messieurs? Le notre est démocratique. Ils veulent une théocratie a l'Iranienne? Un régime dictatorial du style Baas? De quel régime parlent il donc? Au lieu de réclamer des bêtises qu'ils rectifient le tir et commencent par réclamer un Président de la République, que leur propre mentors empêchent, suivant la constitution. Est ce trop demander de la respecter?

Ronald Barakat

Aucune question sur les slogans extrêmes (chute du régime, du gouvernement…), sur l’identité des fauteurs de troubles et leurs commanditaires, sur les figures patibulaires que l’on a vu sur nos écrans et sur la place, sur les raisons du nombre de blessés parmi les forces de l’ordre, sur tout ce vandalisme, sur la nécessité d’une « reddition des comptes » inverse, sur le manque de coordination avec les autres composantes de la société civile, sur leur façon de faire « cavaliers seuls » pour avoir de la visibilité, sur le manque de consultation de leur base ou du peuple qu’ils prétendent représenter dans leurs actions (sans aucun sondage qui le prouve)… Pas très pointues, les questions de la journaliste.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE SAINTE NITOUCHE ! LES SLOGANS LANCÉS DURANT LES MANIFESTATIONS PAR LES ORGANISATEURS MÊMES NE SONT PAS SEULEMENT CE QUE CE MONSIEUR NOUS CHANTE... ON AIMERAIT SAVOIR LES C.V.INCLUS POLITIQUES DES PRÉTENDUS ORGANISATEURS DE "VOUS PUEZ" ET DE LEURS ENTOURAGES... CAR L'INNOCENCE SEMBLE Y FAIRE BIEN DÉFAUT...

Bery tus

tiens changement de discours par rapport au live .. mais je persiste a avoir un doute sur qlq chose si leurs revendications etaient seulement de trouver une solution a la crise des déchets pq entend on tjrs les "a bas le regime" ?!?!?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants