Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Dans la peau d’une femme

Nayla Bassili, chasseuse d'artistes

Nayla Bassili parle de ce qu'elle fait avec simplicité, comme s'il s'agissait d'une chose banale. Pourtant, depuis des années, elle traque les artistes et les artisans, ainsi que tous les talents qui n'ont pas les moyens de s'exprimer pour les aider à se lancer. Elle en a vu, au cours de sa longue carrière, des peintres, des sculpteurs, des fabricants de bijoux qui ne croyaient pas avoir un jour la chance d'exposer leurs œuvres. Cette chance, elle la leur a offerte et continue de le faire. Sauf que désormais, ce n'est plus elle qui va à la recherche des nouveaux talents, ce sont eux qui viennent à elle tant sa réputation est désormais établie.

Tout commence par son amour des bougies qui la mène à Beit Chabab où des handicapés en fabriquent. Tout en trouvant ces bougies superbes, elle se désole de les voir mal exposées. Elle commence alors à organiser des expositions pour vendre d'abord les bougies, puis d'autres œuvres d'artistes et d'artisans libanais inconnus et démunis. Elle porte d'ailleurs fièrement aujourd'hui à ses doigts des bagues fabriquées par une des artisans qu'elle a contribué à lancer et qui est devenue célèbre.

Elle transporte ainsi les bougies de Beit Chebab à Fakra, où Guy Mille organise une exposition annuelle, et prend les choses en main, améliorant la présentation et la protection des bougies. Le succès est tel qu'on lui demande d'en faire une deuxième édition, puis une troisième... jusqu'à ce que l'Association de Beyrouth pour le développement social (ABDS) lui propose d'organiser des expositions d'artisans libanais à Beyrouth. L'idée enthousiasme cette femme toujours en quête du beau, surtout lorsqu'il vient du Liban, ce pays qu'elle n'a jamais voulu quitter, même pendant les plus dures années de la guerre, comme le lui conseillaient ses amis. Elle se met donc à chercher les talents, avec toutefois une seule condition : que les artistes et artisans n'aient pas pignon sur rue. Aujourd'hui, Nayla Bassili confie qu'elle n'a eu aucun problème à en trouver car, curieusement, après la guerre interne, il y a eu une sorte d'explosion de travaux, les femmes redécouvrant les secrets de la broderie, du tissage, etc.

Au fil des expositions, Nayla Bassili est de plus en plus sollicitée. Elle se déplace de Fakra vers Faraya, où l'espace consacré à ses expositions est plus grand. Dans les années 2000, elle organise une grande exposition à Verdun et l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, venu avec sa femme, n'en croit pas ses yeux. Avec des partenaires de l'ABDS, elle fonde Afkart qui s'occupe officiellement d'organiser des expositions d'œuvres d'artisans ou d'artistes inconnus. Elle participe ainsi pendant des années au Garden Show de l'hippodrome et Afkart a trouvé son rythme de croisière : deux expositions par an, une au Biel à Noël et la seconde en plein air pour célébrer le début de l'été.

Mais cette activité pourtant épuisante ne suffit plus à Nayla Bassili qui s'entend avec Alfred Cochrane pour ouvrir une galerie d'art à Gemmayzé. L'objectif est d'exposer des œuvres d'artistes pas très connus, qui ne sont pas trop chères pour rendre l'art accessible à tous les budgets et surtout aux jeunes. En même temps, la galerie tire un petit profit qui est ensuite investi dans l'organisation d'ateliers de formations diverses. Nayla Bassili est devenue tellement connue dans le milieu artistique qu'elle organise désormais des expositions en Jordanie, à Dubaï et même une fois à Djeddah. Elle prend aussi des cours de peinture. Qui sait, un jour ce sera ses propres œuvres qu'elle exposera...

 

Dans la même rubrique
Tania Saleh, une femme libre de toute influence

Ghada al-Yafi, celle qui croyait le changement possible

Viviane Debbas, engagée contre la maltraitance des enfants

Suzan Hamza, chantre de la méditation transcendantale au Liban

Hayat Arslane, « une femme qui défend ses convictions »

Sarah Beydoun voulait faire quelque chose pour aider...

Sawsan Safa et « l'affaire »

Paula Yacoubian, un parcours atypique

Nayla Fahed, engagée pour les enfants qui ne peuvent pas aller à l'école

Joumana Haddad, femme libre

Raya Daouk, une femme de vision et de convictions

Lubna Ezzeddine

Nadine Labaki, femme multiple

Zeina Daccache

Nada Abou Farhat

Nabila Farès

Zeina Kassem


Nayla Bassili parle de ce qu'elle fait avec simplicité, comme s'il s'agissait d'une chose banale. Pourtant, depuis des années, elle traque les artistes et les artisans, ainsi que tous les talents qui n'ont pas les moyens de s'exprimer pour les aider à se lancer. Elle en a vu, au cours de sa longue carrière, des peintres, des sculpteurs, des fabricants de bijoux qui ne croyaient pas avoir un...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut