X

La Dernière

Nada Abou Farhat

Dans la peau d’une femme
11/11/2014

Dans un univers réputé pour ses magouilles, ses rivalités féroces et ses gros enjeux financiers, Nada Abou Farhat fait figure d'extraterrestre. Mais une extraterrestre sereine, déterminée à aller de l'avant sans faire de compromis sur ses valeurs et ses convictions. Là où d'autres choisissent de prendre l'ascenseur de la célébrité, quitte à devenir des clones les unes des autres, l'actrice préfère gravir les marches une à une, rester authentique et miser sur la compétence... Dans un métier de l'éphémère, elle ne craint pas le temps, peaufinant, rôle après rôle, son talent et consolidant ses engagements pour une société plus ouverte où la femme serait réellement l'égale de l'homme. C'est d'ailleurs pourquoi elle n'hésite pas à mettre son image au service de grandes causes comme celle de la violence contre les femmes, de la femme dans l'action publique ou encore de la lutte contre le cancer du sein. À elle seule, elle est membre militante et volontaire de trois ONG spécialisées dans ces dossiers, Kafa, Women in Front et Sanad. Elle voudrait d'ailleurs faire encore plus, tant elle est convaincue qu'une actrice a aussi une responsabilité sociale. Elle vient d'ailleurs d'achever un court métrage dans lequel elle entre dans la peau d'une femme atteinte d'un cancer. L'idée est d'alerter les femmes sur la nécessité de la prévention et Nada s'est vraiment investie dans ce rôle, d'autant que dans son entourage, des femmes en sont atteintes et continuent de lutter vaillamment. Pourquoi avoir choisi ces thèmes pour son combat social ? « Parce qu'au Liban, en dépit des apparences, la femme est encore sujette à des violences, elle n'a pas encore son poids dans la vie politique et publique et elle ne peut même pas donner la nationalité à ses enfants ! »


Les Libanais ont commencé à la connaître dans des feuilletons télévisés, lorsque les séries locales étaient les plus prisées dans le monde arabe. Ils se souviennent d'elle dans ses premiers rôles qu'elle commente aujourd'hui avec des éclats de rire. Elle ne renie pourtant pas ses débuts et ne refuse pas de se revoir, essayant de combler ses failles et d'améliorer son jeu. Pour elle, on ne peut pas jouer un rôle si on ne se met pas vraiment dans la peau du personnage. C'est un peu comme « l'immersion » chez les journalistes, mais en beaucoup plus intense. Elle cherche d'ailleurs les rôles complexes, qui exigent beaucoup de travail sur soi, se permettant même de refuser ceux qui lui paraissent inconsistants. Sans doute parce que dans la vie réelle, elle est positive, en paix avec elle-même. Elle n'est jamais dans la rubrique des scandales « mais je travaille beaucoup, dit-elle, je lis des ouvrages sur les techniques de jeu qui permettent à l'acteur de rester en contact avec la réalité et après chaque rôle, je me donne quelques jours pour me ressaisir ». Aujourd'hui, elle parle avec enthousiasme de son dernier film qui sortira en salle à partir de janvier.


La fragilité des actrices, la peur de ne plus avoir de propositions de rôles ou la crainte de ne pas être aimée pour elle-même ne l'angoissent pas outre mesure. Sa force, c'est qu'elle reste elle-même, simple dans un monde complexe, animée d'une grande passion pour son métier qui s'est approfondi au fil du temps et de l'expérience. De l'enfant qui voulait monter sur les planches pour être admirée, elle est désormais une adulte qui veut, à travers ses personnages, vivre mille vies et raconter autant d'histoires... sans s'en raconter à elle-même. Cerise sur le gâteau, elle vient de rencontrer « l'homme de sa vie »...

 

Dans la même rubrique
Dans la peau de Nabila Farès

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

C'est par mes filles (de père libanais - moi - et de mère française que j'ai appris votre existence et vos qualités
Elles sont en admiration pour vous
Bravo pour votre article
à bientôt de vous lire

Soeur Yvette

Bravo...

Sabbagha Antoine

Bravo Nada , continue , courage .

Olivier Georges

"ses engagements pour une société plus ouverte où la femme serait réellement l'égale de l'homme", voilà une femme qui manque terriblement d'ambition! (Elle n'est pas de moi mais bon je n'ai rien trouvé d'autre à commenter dans cet article)

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

çA NE NOUS REGARDE PAS ! À CHACUN SES IDÉES ET SES PROBLÈMES !

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

Indigne pouvoir libanais

Décryptage de Scarlett HADDAD

Ultimes concertations avant les consultations

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants