X

À La Une

Nisrine Rouhana, nouvelle victime de la violence domestique au Liban

Liban

Elle avait bénéficié d'une protection judiciaire, qui lui avait permis de quitter la maison de son bourreau.

26/11/2014

Il l’a tué mardi 25 novembre, date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Triste coïncidence qui rappelle que les femmes au Liban sont toujours exposées aux dangers de la violence domestique.

Nisrine Rouhana avait 38 ans lorsque son mari, Jean Dib, l’a tuée, après de longues années de maltraitance et de violence. Son nom vient s’ajouter à la liste funeste de femmes tuées par leur mari : Roula Yaacoub, Roukaya Mounzer, Manal Assi et tant d’autres... "Il y a deux jours, nous avons fêté son 38e anniversaire", confie sa sœur Rita à L’Orient-Le Jour.

Mardi soir, l’Agence nationale d’information rapportait que le corps de Nisrine Rouhana, née en 1976, avait été retrouvé sur les berges de Nahr Ibrahim, dans le Kesrouan. La victime était atteinte de plusieurs balles.

Le meurtrier, arrêté mardi par les services de renseignement de l’armée, a reconnu les faits. Il a avoué s’être rendu le jour du meurtre sur le lieu de travail de sa femme, dans un centre commercial à Achrafieh. Muni d’un pistolet et d’un couteau, il l’a obligée à monter dans sa voiture, avant de la conduire dans le Kesrouan, rapporte la chaîne LBCI. C’est en chemin qu’il lui tire deux balles, l’une dans l’épaule et l’autre dans la tête, avant de se débarrasser du corps au niveau de Nahr Ibrahim.

La chaîne souligne que depuis six mois, Nisrine avait quitté le domicile conjugal, après avoir été battue à plusieurs reprises par son mari. "Cela faisait six à sept mois qu’elle n’avait pas pu voir ses deux enfants", précise sa sœur à L’Orient-Le Jour, car le mari le lui avait interdit. "Elle les a vus à travers la vitre de leur classe d’école. Elle avait pris congé afin de les revoir, mais son mari l’a tuée avant cela", confie Rita avec amertume.

 

(Lire aussi : Loi sur la violence domestique : quid de l’application et de l’efficacité ?)

 

Le 1er avril 2014, le projet de loi visant à protéger la femme contre la violence domestique a été votée par le Parlement libanais. La loi promulguée en mai ne prenait toutefois pas en compte les remarques émises par l’ONG Kafa, qui défend les droits de la femme.

Kafa conteste, entre autres, la non-adéquation du titre du projet de loi avec son objet, à savoir la femme. Selon l’ONG, cette loi vise à protéger la femme et les autres membres de la famille de la violence domestique. Or, dans le texte du projet de loi, la partie relative à la protection de la victime est de portée générale, s’appliquant à toute la famille, sans mention explicite de la femme.

Interrogée par L’Orient-Le Jour, Leïla Awada, avocate et membre de l’ONG, condamne l’assassinat de Nisrine Rouhana : "C’est le pire crime qui puisse être commis à l’encontre d’une femme, d’autant plus qu’elle a essayé de se protéger en ayant recours à la loi promulguée. Elle a bénéficié d’une protection judiciaire qui lui a permis de quitter la maison de son bourreau." L’avocate reconnaît ainsi que "malheureusement, la loi n’a pas pu la protéger". Elle tient toutefois à souligner que "cela ne veut pas dire pour autant que la loi ne protège pas les femmes concernées, ou que celles-ci ne doivent pas y avoir recours. Roula Yaacoub, Manal Assi, et Roukaya Mounzer ont été tuées bien avant que cette loi ne soit promulguée", ajoute Me Awada. Elle estime dans ce contexte que "s’il a l’intention de tuer, le criminel fera tout pour y arriver. Dans le cas de Nisrine, celle-ci a été tuée en dehors de son domicile. Mais son sort n’aurait pas été différent si elle s’y trouvait".

Face à ce crime abominable, la famille de Nisrine se sent désemparée : "Nous réclamons la peine de mort à son tueur, souligne la sœur de la victime. Mais Nisrine est morte. Qui me la rendra?"

 

Dossier

Violence domestique : des experts mettent l’accent sur l’«inconstitutionnalité » de la loi

 

Pour mémoire

Il bat sa femme... jusqu’à la mort

Nasawiya lance un ultimatum aux députés

Ces féministes qui ont fait plier Facebook

France : 100.000 femmes violées chaque année, 120 mortes sous les coups

 

Lire aussi

Pour les femmes du Liban, l’article d’Anne-Marie el-Hage

La cause des droits des femmes au Liban : un état des lieux*

Pour que la femme ne soit plus jamais battue...

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Zerbé Zeina

https://www.facebook.com/video.php?v=10152554024587572&set=vb.9025047571&type=2&theater

M.V.

cette crapule doit être pendu haut et court....!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La Libanaise Saine assiste actuellement à un instinct indigène très, très Malsain, celui d'un fort lent décroisement de jambes qui lui empourpre bien entendu les joues. À cela près qu'en l'occurrence, ce n'est pas une beauté locale qui en est l’actrice, mais un dé-croiseur vulgaire qui croit à l’évidence de son hyper-virilité ! Ce qu'elle entrevoit, l'espace d'un instant, sous le chérwééél-saroual du bonhomme à moustaches en question, paraît la stupéfier. Elle n'en croit pas ses yeux. Elle esquisse même une mimique qui suggère le caractère improbable de ce qui s'offre à son regard et.... pouffe de rire. Mais qu'est-ce qui fait s'esclaffer la Saine Libanaise qui, de toute évidence, en a vu d'autres ? De l'avis général surtout des sondées libanaises, c'est le calibre conSidérable des attributs "virils?" de ce figurant à baveuses vibrisses. Davantage d'avantages ne serait ni permis ni même ne fut-ce que concevable libanaisement parlant ! Cependant, "certaines", dont "la connaissance" de l'homme n'est peut-être pas comparable à celle des "charmantes" les plus douées ; mais tout de même ; ont semé le trouble dans les esprits à "mâles" remugles. Car elles prétendent que c'est le contraire qui est dans le vrai ! Que ce qui fait pouffer la Libanaise Saine, et qui fait d'ailleurs tout le sel de cette historique séquence mahééék n’est-ce pas, est la dimension dérisoire de ce qui s'offre à son bien involontaire indiscrétion…. Saine !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DRESSEZ ENFIN LES POTENCES ! DE TELS HOMMES ? ANIMAUX PLUTÔT... INFECTENT LA SOCIÉTÉ !

Olivier Georges

"malheureusement, la loi n’a pas pu la protéger", il s'agit en l’occurrence d'une loi pénale dont la finalité n'est pas la protection mais bien la sanction. Il convient à ce titre de préciser que la protection des citoyens dans la sphère privée ne peut trouver son salut qu'à travers un seul facteur: le respect (ou l'éducation). La base d'une communauté solide ne repose jamais sur des lois bonnes mais sur des personnes responsables qui œuvrent à la cohésion et à la pérennité de ladite communauté. Il faut cesser par ailleurs de mettre en exergue le genre de la victime car cela peut engendrer des effets non souhaitables. A défaut de réparer la douleur des proches, cherchons à travailler sur les méthodes qui nous éviteraient à l'avenir des cas semblables

Sabbagha Antoine

Notre justice est faible . Le mari de Nisrine Rouhana doit être pendu .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

David Hale à Beyrouth pour affirmer le maintien de la présence US au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué