Citoyen grognon

Pour les femmes du Liban

Aujourd'hui, pour la Journée mondiale de la femme, les citoyennes font le plus beau des cadeaux aux femmes du Liban. Elles descendent dans la rue, en masse, pour réclamer la promulgation de la loi contre la violence domestique. Une loi bloquée depuis juillet dernier dans les tiroirs d'un Parlement on ne peut plus paralysé.

Ce sera assurément la fête aujourd'hui dans les rues de Beyrouth, plus précisément place du Musée et sur l'artère menant au Palais de justice. Car elles seront envahies, et dès 14 heures, par les femmes qui crieront leurs revendications, ouvertement et sans crainte. Non seulement par les organisatrices de Kafa, les militantes et les féministes, soutenues par les défenseurs des droits de l'homme. Mais par Madame Tout-le-Monde, bien décidée à se faire entendre, depuis la femme au foyer jusqu'à la chef d'entreprise, en passant par la petite employée ou l'avocate. Sans oublier l'étudiante qui rêve d'un avenir meilleur, la mère de famille qui craint pour sa petite dernière et la grand-mère qui n'a plus rien à perdre.

C'est au nom de Roula, de Manal, de Christelle, toutes trois sauvagement tuées par leurs époux, qu'elles marcheront, les femmes du Liban. Mais pas seulement. Elles se mobilisent finalement, les Libanaises, solidaires de toutes les anonymes du pays du Cèdre, ces femmes, ces jeunes filles, ces fillettes, dont personne n'a jamais entendu parler, battues, violentées, meurtries, humiliées par un époux, un père, un frère, un fils, voire une belle-mère, sous trente-six mille prétextes.

Ensemble, en chœur, et en dépit de tout ce qui les sépare, elles parleront, chanteront, hurleront leur colère de tous leurs poumons, au nom de celles qui sont dans l'impossibilité de s'exprimer.

Les femmes du Liban n'ont plus peur. En ce 8 mars, c'est pour protéger leurs pairs de la violence domestique qu'elles manifestent. Déterminées à pousser le Parlement à promulguer une loi loin d'être parfaite.
Mais au plus profond d'elles-mêmes, c'est à cause de leur ras-le-bol que les femmes du Liban refusent désormais de se taire. Vu la grande frilosité d'autorités machistes à adopter des mesures radicales contre la discrimination qui touche la gent féminine, dans les textes législatifs et au quotidien.

Ras-le-bol ! Contre le mariage forcé des fillettes, contre la non-reconnaissance du viol conjugal, contre les injustices du statut personnel, contre l'impossibilité de transmettre leur nationalité à leur famille, contre leur mise au ban de la vie politique... La liste est si longue.
Combien de marches, de sit-in et de manifestations faudra-t-il pour que les choses bougent enfin en faveur des femmes du Liban ?


Lire aussi

Habla con ella(s), l'article de Ziyad Makhoul

Nous sommes toutes des salopes, la rubrique de Médéa Azouri

Changer de sexe en 47 secondes, le clic de Rania Massoud

La Libanaise célèbre une ènième journée internationale sans droit de transmettre sa nationalité


Aujourd'hui, pour la Journée mondiale de la femme, les citoyennes font le plus beau des cadeaux aux femmes du Liban. Elles descendent dans la rue, en masse, pour réclamer la promulgation de la loi contre la violence domestique. Une loi bloquée depuis juillet dernier dans les tiroirs d'un Parlement on ne peut plus paralysé.

Ce sera assurément la fête aujourd'hui dans les rues...

commentaires (3)

HONNEUR À LA FEMME LIBANAISE ! ET AUX FEMMES DE TOUT LE MONDE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

21 h 23, le 09 mars 2014

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • HONNEUR À LA FEMME LIBANAISE ! ET AUX FEMMES DE TOUT LE MONDE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 23, le 09 mars 2014

  • Se mobiliser ne suffit point . Il faut moderniser les lois et inciter les chefs religieux à plaider aussi pour la cause juste de la femme considérée à jour comme secondaire dans la famille .

    Sabbagha Antoine

    17 h 40, le 08 mars 2014

  • Alors que les Libanaises Saines tâtent plutôt leurs Beaux "chignons?", certains Libanais(h) tâtent surtout leurs "propres!" vibrisses. Propos audacieux, certes, mais comme le monde entier déjà le sait, ils ne s'y connaissent guère en palpage de chignons ces "mecs"…. sauf pour la frime. En effet, ces machos ne tâtent ce "terrain" Féminin que d’une main de moins en moins assuré ! L'approche de ce machisme impose l'indispensable principe de précaution qui consiste à se réserver le droit de titiller ce Campagnard éventuel montagnard et même de s'en gausser, le brocarder, voire le caricaturer comme un Vulgaire misogyne ; au risque prévisible de se faire attaquer pour anti-phénicisme primaire conscient/inconscient ! En notant qu'une des raisons que l'on aurait à espérer le succès de la critique de ce Pseudo-évolué, est le déferlement de grossièretés d'ores et déjà répertoriées dans ce Landerneau Campagnardisé. Le, "il n’existe aucune Misogynie ici, et tout va très bien Mmes. Les Marquises!" de ce Pseudo-civilisé-là, figurera en bonne place dans ce florilège Montagnard. Ce Pauvre "type" n'est qu'un exemple, mais le pire, car en sus avatar Type d'une variété grasseyante, repue et bedonnante qui continue à "Souiller" le monde Sain de ces Saines ! L'apparition d’une Libanaise enfin Libérée le fait, akîîîd, à qui mieux-mieux couiner. Qu’on le laisse alors, sans plus, dans ses "mâles" Remugles…. m a r i n er !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    03 h 33, le 08 mars 2014