Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle

Le Drian inaugure une nouvelle phase... mais la percée devra attendre

L’émissaire du président français devrait réunir vendredi à la Résidence des Pins les ambassadeurs des pays impliqués dans le dossier libanais.

Le Drian inaugure une nouvelle phase... mais la percée devra attendre

L'ancien ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, est arrivé mercredi pour une visite de trois jours à Beyrouth. Photo d'archives AFP

Rebondissement en vue dans le feuilleton présidentiel ? Jean-Yves Le Drian, envoyé spécial pour le Liban du président français Emmanuel Macron, a atterri mercredi après-midi à Beyrouth. Il a été chargé par Paris il y a deux semaines de trouver une issue à l’impasse politique, le Liban étant sans président depuis près de huit mois, faute de consensus. M. Le Drian entamera sa tournée après des différents acteurs une semaine après la douzième séance électorale tenue au Parlement, qui s’est conclue sur un match (quasi) nul entre les deux candidats, Jihad Azour, soutenu par l’opposition et le Courant patriotique libre, et Sleiman Frangié, favori du tandem Amal-Hezbollah. Sa visite suit également l’entretien de vendredi entre M. Macron et le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane à Paris, lors duquel le dossier libanais a été abordé.

Un mini-Paris ?
Le diplomate, un poids lourd de la politique en France, ne devrait cependant pas porter dans sa valise un plan de solution au casse-tête présidentiel. Du moins pas lors de ce séjour. « Jean-Yves Le Drian sera au Liban pour écouter les différents acteurs plutôt que parler lui-même… C’est une visite exploratoire », analyse le politologue Karim Bitar.

Lire aussi

De Robert Murphy à Le Drian : retour sur les grands émissaires au Liban... et leurs succès mitigés

Il devrait commencer ses entretiens mercredi avec le président de la Chambre Nabih Berry, mais des rencontres sont prévues par la suite avec une longue liste de responsables. Il va se concerter, entre autres, avec le patriarche maronite Béchara Raï, le Premier ministre sortant Nagib Mikati, les chefs des principaux partis chrétiens ainsi que des représentants de la contestation et du Hezbollah. Une étape est également prévue à Yarzé, pour une réunion avec le chef de l’armée, Joseph Aoun. Selon nos informations, l’ancien ministre des Affaires étrangères réunira en outre, vendredi à la Résidence des Pins, les ambassadeurs d’Arabie saoudite, du Qatar, de l’Égypte, de la France et des États-Unis, les cinq pays ayant participé à la réunion de Paris sur le Liban le 6 février dernier.

À l’issue de cette première mission, il doit rédiger un rapport au président Macron lui présentant les points de vue des différents protagonistes et les issues potentielles à la crise. Selon une source diplomatique française, un nouveau déplacement au Liban est prévu au cours de l’été.

Pour mémoire

Paris ouvre une nouvelle phase : la page Frangié définitivement tournée ?

Jean-Yves Le Drian entre donc en scène une semaine après la séance électorale du 14 juin, la douzième depuis le début de l’échéance. À l’issue du vote, Jihad Azour a obtenu 59 voix contre 51 à Sleiman Frangié. L’opposition n’a donc pas réussi à éliminer (symboliquement) le zaïm de Zghorta, son score ayant dépassé toutes les attentes, tandis que celui M. Azour n’a pas atteint les 65 voix nécessaires pour une élection au second tour. Un « pat » qui confirme que l’élection d’un président ne pourra vraisemblablement pas se faire sans une entente élargie. C’est dans cette optique que les Français avaient proposé un troc entre la présidence de la République, qui reviendrait à Sleiman Frangié, et le poste de Premier ministre qui irait à une figure choisie par l’opposition, telle que le juge à la Cour internationale de justice Nawaf Salam. « Jean-Yves Le Drian connaît bien le Liban et va essayer de jauger si la position française est toujours viable. Si ce n’est pas le cas, il faudra que la France formule une alternative », suppute M. Bitar.

Dîner de Boukhari
La proposition française se heurte en effet à l’opposition des Forces libanaises et du Courant patriotique libre, qui privent M. Frangié de la précieuse légitimé chrétienne. Mais c’est aussi et surtout la froideur de Riyad, un acteur incontournable alors que le Liban a plus que jamais besoin d’un financement saoudien pour sortir de sa crise, qui complique la tâche aux Français. Le royaume, qui adopte une politique officiellement neutre dans ce dossier, ne semble pas très enthousiaste – du moins jusqu’ici – à faire une concession au Hezbollah, malgré les efforts de Paris pour fléchir cette position. Lors du sommet vendredi entre MBS et Emmanuel Macron, le Liban a été le seul pays mentionné dans le communiqué final. « La France et l’Arabie saoudite ont rappelé la nécessité de mettre rapidement un terme à la vacance politique institutionnelle au Liban », peut-on lire dans le texte qui qualifie cette impasse d’« obstacle majeur à une résolution de la sévère crise socio-économique ».

Lire aussi

Les coulisses du séjour parisien de MBS

Si certains estiment que la France semble prête à tourner la page de Sleiman Frangié, d’autres considèrent que Paris voit toujours que le chef des Marada est celui qui a le plus de chances d’être élu dans le cadre d’un compromis national, en misant sur la normalisation entre l’Arabie saoudite et Téhéran. L’ambassadeur saoudien Walid Boukhari prévoit dans ce contexte de tenir un dîner jeudi en présence de ses homologues arabes, européens, mais aussi… iranien. Cette première rencontre entre Mojtaba Amani et Walid Boukhari paraissait impossible il y a quelques semaines. Ne jamais dire jamais ? 

Rebondissement en vue dans le feuilleton présidentiel ? Jean-Yves Le Drian, envoyé spécial pour le Liban du président français Emmanuel Macron, a atterri mercredi après-midi à Beyrouth. Il a été chargé par Paris il y a deux semaines de trouver une issue à l’impasse politique, le Liban étant sans président depuis près de huit mois, faute de consensus. M. Le Drian entamera sa...
commentaires (5)

Ce qui est surprenant c'est que tout le monde, y compris les Francais et les Saoudiens, etudient quelles concessions faire au Hezb pour permettre l'election. Non messieurs. Le probleme c'est quelles concessions le Hezb devrait faire, et pas le contraire.

Michel Trad

18 h 27, le 22 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Ce qui est surprenant c'est que tout le monde, y compris les Francais et les Saoudiens, etudient quelles concessions faire au Hezb pour permettre l'election. Non messieurs. Le probleme c'est quelles concessions le Hezb devrait faire, et pas le contraire.

    Michel Trad

    18 h 27, le 22 juin 2023

  • Encore une fois le Hezbollah est une milice armée par les iraniens pour instaurer une république islamique au Liban. D’ailleurs leur propre slogan est : résistance islamique. Sauf pour qu’il y ait résistance, il faut qu’il y ait occupation de territoire et à part quelques cailloux dont l’appartenance est douteuse, il n’y a pas d’armée d’occupation au Liban. Alors M Le Drian, ne perdez pas votre temps à résoudre une crise ponctuelle. Le problème est beaucoup plus profond, il s’agit de l’avenir du système politique du Liban. Le mensonge actuel du vivre ensemble ne peut plus durer, à chacun son territoire et sa culture et les chèvres seront bien gardées

    Lecteur excédé par la censure

    11 h 46, le 22 juin 2023

  • Apparemment les français ne veulent pas comprendre ce que les libanais veulent et font semblant d’écouter pour la énième fois les mêmes obstinations de tous les protagonistes en essayant d’imposer un président choisi par le camp des vendus aux dépens de libanais libres qui leur expliquent depuis la première minute que leur plan est foireux et qu’il ne passera pas. Ils ne comprennent pas vite même lorsqu’on leur explique longtemps et nous bassinent avec leurs phrases vides de sens et trompeuses en disant que c’est un problème libanais libanais alors qu’ils continuent de tenir le crachoir aux fossoyeurs de la république pour céder à leurs exigences qui ne sert absolument pas les libanais mais l’Iran et ses affiliés locaux. Qu’ils disent ouvertement qu’ils sont incapables de fâcher l’Iran pour des raisons qui leur sont propres et qu’ils rendent leur tablier. Leur comportement devient ridicule à vouloir à tout prix faire gagner la bataille aux vendus en nous persuadant que cela va dans l’intérêt de notre pays. Que veut entendre Le Drian qu’il ne connaît pas déjà? Que les libanais vont se faire à l’idée d’être occupés et pour toujours par une milice qui menace les libanais sur leur territoire pour usurper le pays et en faire une dictature iranienne pour soit disant avoir la paix? Ils se mettent le doigt dans l’œil, ceci n’arrivera jamais.

    Sissi zayyat

    10 h 39, le 22 juin 2023

  • Encore une fois, le Hezbollah est une milice résistante à Israël qui occupe des terroirs au Liban. Et comme sous l’occupation française par les nazis, le Hezbollah a le droit d’appuyer l’état syrien à reconquérir le Golan et d’aider la Palestine à bouter Israël hors de la Cisjordanie et de Jérusalem. Revenir aux territoires de 1967 amènera à la paix entre tous les protagonistes et la reconnaissance mutuelle entre Israël et tous les pays arabe sine qu’a non pour une paix durable. L’extrémisme en Israël doit être condamnée et traitée comme terroriste.

    Mohamed Melhem

    04 h 34, le 22 juin 2023

  • Inchallah

    Eleni Caridopoulou

    19 h 23, le 21 juin 2023

Retour en haut