Rechercher
Rechercher

Politique - Polémique

Ciblé par des « menaces de mort », Farès Souhaid appelle le parquet à se saisir de l'affaire

Contacté par L’OLJ, l’ancien député de Jbeil dit soupçonner le Hezbollah, dont il est un farouche opposant, d’être derrière ce qu’il décrit comme une nouvelle tentative d’intimidation

Ciblé par des « menaces de mort », Farès Souhaid appelle le parquet à se saisir de l'affaire

L’ancien député Farès Souhaid. Photo d’archives Marc Fayad

L’ancien député Farès Souhaid a affirmé jeudi être la cible d’une campagne de diffamation sur les réseaux sociaux : sur un photomontage partagé à de nombreuses reprises, l’ancien élu de Jbeil, connu pour ses prises de positions anti-Hezbollah, est dépeint en « président de l’assemblée sioniste » entouré d’un cercle rouge avec une étoile de David en arrière-plan. « Je considère ce message comme une menace de mort directe », a-t-il publié sur son compte X.

Contacté par L’OLJ, Farès Souhaid a dit soupçonner le parti chiite d’être derrière ce qu’il décrit comme une nouvelle tentative d’intimidation : « J’ai décidé de réagir et de m’exprimer pour mettre un terme à cette campagne dont je fais l’objet, mais aussi pour clarifier les choses concernant mes relations avec les Forces libanaises, dont je suis un ami historique depuis les années 1990 », explique-t-il.
De fait, le 27 avril dernier, lors de la « Rencontre de Meerab », une réunion partisane dans le fief des FL, son absence avait été remarquée et semblait entériner encore un peu plus sa prise de distance avec le parti de Samir Geagea. Cette rencontre avait pour but de réaffirmer l’appel de l’opposition concernant une mise en application de la résolution 1701 adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies en 2006 afin d’épargner au pays une guerre totale contre l’État hébreu après plus de sept mois de combats quotidiens entre le Hezbollah et l’armée israélienne au Liban-Sud.

Lire aussi

À Meerab, la hausse de ton face au Hezbollah noyée dans les dissensions factieuses

En « froid » avec Meerab ?
L’ancien secrétaire général de l’alliance du 14 Mars avait alors justifié sa position dans un courrier envoyé aux FL dans lequel il expliquait que « cette pression pour appliquer la 1701 ne modifiera pas l’équation sur le terrain » et que sa mise en œuvre de manière forcée pourrait au contraire « pousser le Hezbollah à renforcer son emprise sur la scène locale pour compenser son échec sur le terrain ». Interrogé sur cette affaire, Farès Souhaid admet avoir « une lecture différente des événements » par rapport à celle des FL. « J’estime plutôt que la priorité devrait être accordée à l’application de l’accord de Taëf pour libérer le Liban du joug iranien », résume-t-il à L’OLJ. Toutefois, ce « froid », comme il le qualifie lui-même, se tournerait plutôt vers Haret Hreik : « Le seul qui peut tuer dans ce pays, c’est le Hezbollah, assène le fondateur du Rassemblement de Saydet el-Jabal, un mouvement politique farouchement opposé au parti chiite. Je crains que pendant ce moment de froid entre les FL et moi, certains en profitent pour régler des comptes avec moi tout en faisant porter le chapeau à quelqu’un d’autre. »

« J’appelle le parquet à se saisir de cette affaire et je me tiens à la disposition des autorités pour faire toute la lumière sur les auteurs de ces intimidations », a ajouté M. Souhaid. « Nous payons encore le prix de l’absence de justice contre les responsables de l’assassinat de (l’ancien Premier ministre) Rafic Hariri. Cela a laissé le champ libre aux menaces et aux diffamations envers les personnalités politiques dans ce pays », a-t-il dénoncé.

Un long passif avec Haret Hreik
Ce n’est pas la première fois que Farès Souhaid est la cible d’une campagne d’intimidation. Il avait dû comparaître devant la justice libanaise en décembre 2021 après une plainte déposée par le Hezbollah que l’ancien député a accusé d’être responsable de la double explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth, utilisé selon lui par le parti chiite comme un entrepôt d’armes et de matières dangereuses.

En avril 2022, un drone avait notamment survolé son domicile à Qartaba, sur les hauteurs de Jbeil, en pleine période de campagne électorale pour les législatives pour lesquelles il s’était présenté dans la circonscription de Jbeil, alors que les FL et le Hezbollah étaient en pleine concurrence pour le siège chiite attribué à ce caza du Kesrouan.

Pour mémoire

Farès Souhaid à L'OLJ : Je crains d'être en danger de mort

En 2018, la conférence annuelle de Saydet el-Jabal, censée se tenir à l’hôtel Le Bristol à Beyrouth et intitulée « Libérer le Liban de la mainmise iranienne pour préserver la Constitution et le vivre-ensemble », avait été annulée par l’administration de l’établissement à cause de pressions directes du Hezbollah.

Après cette nouvelle campagne, l’ex-député de Jbeil a reçu de nombreux messages de soutien de la part de plusieurs personnalités politiques, mais aussi de celle de la journaliste et vedette télé Dima Sadek, elle aussi victime d’une campagne de harcèlement numérique similaire menée il y a quelques mois contre des personnalités anti-Hezbollah accusées d’être à la solde d’Israël.

L’ancien député Farès Souhaid a affirmé jeudi être la cible d’une campagne de diffamation sur les réseaux sociaux : sur un photomontage partagé à de nombreuses reprises, l’ancien élu de Jbeil, connu pour ses prises de positions anti-Hezbollah, est dépeint en « président de l’assemblée sioniste » entouré d’un cercle rouge avec une étoile de David en arrière-plan. « Je...
commentaires (5)

Qu’il demande à Boutros Harv ce qu’il a fait quand ils ont essayé de scier les câbles de son ascenseur d’immeuble …… tombant face à face avec ses gardes du corps! Les auteurs identifiés de cette tentative d’assassinat, on renvoyé Harb à Wafic Safa…

LeRougeEtLeNoir

17 h 41, le 13 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Qu’il demande à Boutros Harv ce qu’il a fait quand ils ont essayé de scier les câbles de son ascenseur d’immeuble …… tombant face à face avec ses gardes du corps! Les auteurs identifiés de cette tentative d’assassinat, on renvoyé Harb à Wafic Safa…

    LeRougeEtLeNoir

    17 h 41, le 13 mai 2024

  • Mis a part son attachement inconditionnel au Taef agreement, Dr Souaid est certainement le cerveau politique libanais le mieux structure. Ce qui le met en danger. L'obstacle vient de l'adhesion sunnite tiede a cet accord, et qui s'est distanciee de l'Arabie Saoudite , le sponsor naturel de cet accord.Les FL semblent avoir endosse la "Abaya Saoudienne" et de se distancier d'eux est une erreur."La politique de la Abaya" , comme la "politique du Baklava " Ottoman ouTurque, ne doit pas prise a la legere.

    M.J. Kojack

    17 h 08, le 12 mai 2024

  • Il était temps qu’il dénonce le jeu macabre du cercle Hezbo-iranien tout comme il est largement temps que tous les libanais fassent autant et l’exprimer vivement sans la moindre tiédeur .

    Wow

    15 h 49, le 12 mai 2024

  • Si le Hezbomachin se permets de menacer et de tuer c'est parceque on le dit pas assez fort, que c'est un cartel de drogue doublé d'une redoutable machine à tuer. Plus on le dit haut et fort, plus on lui barre la route. Fares Souheid apllique la seule méthode possible face à ce machin diabolique.

    Jules Lola

    22 h 54, le 11 mai 2024

  • Malheureusement le Hezbollah c’est lui qui fait le beau et le mauvais temps

    Eleni Caridopoulou

    17 h 32, le 11 mai 2024

Retour en haut