Rechercher
Rechercher

Politique - Tensions

Israël somme l'ONU d'agir contre les positions du Hezbollah à la frontière libanaise

L'armée israélienne affirme avoir abattu un drone du Hezbollah mercredi dernier, trois jours avant l'élimination de trois autres engins du parti chiite.

Israël somme l'ONU d'agir contre les positions du Hezbollah à la frontière libanaise

« Nos votes et nos roquettes sont précis », peut-on lire sur un panneau du Hezbollah, à la frontière du Liban avec Israël. JALAA MAREY / AFP

"L'ONU doit agir contre les positions du Hezbollah à la frontière libanaise". Tel est le message délivré mercredi par Israël aux Nations unies, alors que la tension bat son plein avec le Liban, en raison du litige autour de la frontière maritime, et quelques jours après un survol de drones du Hezbollah qui ont été abattus par l’État hébreu.

Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité de l'ONU et au secrétaire général de l'organisation Antonio Guterres, l'ambassadeur d'Israël aux Nations unies Gilda Erdan a prévenu mercredi que "la nouvelle réalité à la frontière israélo-libanaise indique une escalade claire qui pourrait enflammer toute la région".

Depuis quelques semaines la tension monte crescendo au Liban-Sud où le Hezbollah a intensifié ses activités à la frontière avec Israël. Outre le redéploiement progressif de ses combattants revenus de Syrie, le parti chiite s’est attelé à l’installation d’une dizaine de conteneurs à la lisière du mur édifié par Israël, sans que la Force intérimaires des Nations unies ne puisse y accéder. 

À ce jour, la fonction exacte de ces conteneurs est un mystère. Une source des forces sécuritaires libanaises estime qu’ils servent à des fins de surveillance et de collecte d’informations pour se prémunir contre toute éventuelle action qu’envisagerait l’État hébreu. Il n’empêche que ces nouveaux postes d’observation inquiètent au plus haut point, notamment au lendemain des menaces proférées par le secrétaire général du Hezbollah. Hassan Nasrallah avait mis en garde l’État hébreu contre toute tentative d’empiéter sur ce qu’il considère être le droit du Liban à ses ressources en hydrocarbures dans la zone maritime contestée entre les deux pays.

Lire aussi

Pourquoi le Hezbollah s’active-t-il à la frontière ?

Selon le diplomate israélien, "le vrai objectif de ces postes est la collecte de renseignements". "La responsabilité de l'expansion du Hezbollah relève des autorités libanaises. Israël s'attend à ce que le gouvernement libanais prenne des mesures immédiates afin de mettre un terme à cette situation", poursuit la lettre de Gilad Erdan. "Ces conteneurs doivent être démantelés. Israël demande à l'ONU et à ses agences d'agir maintenant afin de faciliter l'élimination de toutes les positions du Hezbollah au Liban-Sud, surtout les structures militaires récemment installées le long de la Ligne bleue", conclut Gilad Erdan.

Un drone du Hezbollah abattu

Dans ce contexte de tensions, l'armée israélienne a en outre annoncé avoir abattu un drone du Hezbollah mercredi dernier, trois jours avant une opération similaire à l'issue de laquelle trois engins du parti pro-iranien avaient été abattus. Cette opération n'avait pas été confirmée jusque-là mais a été évoquée par le quotidien libanais proche du Hezbollah, al-Akhbar.

"Les systèmes de défense de l'armée israélienne ont intercepté mercredi dernier un drone qui se dirigeait depuis le Liban vers la zone économique maritime d'Israël. Nos forces ont abattu ce drone alors qu'il était encore loin de notre frontière maritime, et sans qu'il n'ait posé de risque", a affirmé sur son compte Twitter le porte-parole arabophone de l'armée israélienne, Avichay Adraee. Il a ensuite souligné que l'engin "appartenait au Hezbollah et a été abattu dans les eaux libanaises".

Lire aussi

Après l’opération du Hezbollah, le CPL doit concilier l’inconciliable

L'armée israélienne a affirmé le 2 juillet avoir abattu trois drones du Hezbollah qui se dirigeaient selon elle vers le champ gazier de Karish. Le parti chiite a reconnu avoir lancé "trois drones non armés en direction du champ contesté de Karish pour des missions de reconnaissance", sans faire mention de leur interception.

Le Liban et Israël avaient entamé en octobre 2020 des négociations inédites sous l'égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime, afin de lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures. Mais les pourparlers ont été suspendus en mai 2021 à la suite de différends concernant la surface de la zone contestée, portant notamment sur le champ gazier de Karish. Pour l'État hébreu, ce champ est situé en territoire israélien "à plusieurs kilomètres de la zone sur laquelle portent les négociations" avec le Liban. Pour certaines parties libanaises, ce gisement se trouve dans les eaux contestées. 

Le chef de l'État libanais Michel Aoun a estimé mercredi que le Liban parviendra à un accord avec Israël au sujet de la délimitation de leur frontière maritime "dans un court délai", plus d'un mois après qu'une mission de médiation entre les deux pays a été relancée par l'émissaire américain Amos Hochstein.


"L'ONU doit agir contre les positions du Hezbollah à la frontière libanaise". Tel est le message délivré mercredi par Israël aux Nations unies, alors que la tension bat son plein avec le Liban, en raison du litige autour de la frontière maritime, et quelques jours après un survol de drones du Hezbollah qui ont été abattus par l’État hébreu.Dans une lettre adressée au Conseil de...

commentaires (8)

Hezbollah = diviser pour mieux régner

Jacques Dupé

14 h 56, le 07 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Hezbollah = diviser pour mieux régner

    Jacques Dupé

    14 h 56, le 07 juillet 2022

  • Cette fois ci y aura pas 2emeh rhamine!! C’est chaud !!

    Bery tus

    14 h 45, le 07 juillet 2022

  • Le Hezbollah est au pied du mur et il joue son va tout. Il sait très bien que tout se prépare pour le déboulonner. Alors il agit pour provoquer un conflit avant que tout ne soit prêt pour en finir. Ainsi, il peut limiter les dégâts, pour lui bien sur, et prolonger sa présence nuisible en redorant un tant soit peu son blason auprès de sa base qui s'effrite. Sauf que, s'il y a conflit cette fois, ce sera jusqu'au bout.

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 11, le 07 juillet 2022

  • Israël s'attend à ce que le gouvernement libanais prenne des mesures immédiates afin de mettre un terme à cette situation". Je pense qu'en fait, Israël ne se fait pas d'illusions. Déjà, prendre position ,en parole, contre une action du Hezbollah relève d'un effort aussi luable qu'inattendu, mais passer à l'ACTE? Il ne faut tout de même pas rêver!

    Yves Prevost

    08 h 18, le 07 juillet 2022

  • Les barbus sont de retours hallelouïa .... là où ils se trouvent ils s cherchent à semer le chaos pour le seul intérêt de leur vieux sénile Iranien... ils veulent redorer leur blason en provoquant une autre guerre qui détruira le Liban? espérant retrouver un appui auprès d'une population libanaise, usée et épuisée ...

    Zeidan

    08 h 00, le 07 juillet 2022

  • Hecatombe de drones !

    Michel Trad

    22 h 38, le 06 juillet 2022

  • Mahdoumin Israel, cela fait un siècle qu’ils ne respectent pas les décisions l’ONU et maintenant, ils les somment d’agir. Ya 3antar min 3antark,? Walla ma hadan mana3né.

    PPZZ58

    22 h 08, le 06 juillet 2022

  • Non mais quelle comedie!

    Je partage mon avis

    21 h 47, le 06 juillet 2022

Retour en haut