Rechercher
Rechercher

Société - Rétrospective

Ceux qui ont fait 2021 au Liban

Commençons par le plus important : cette liste n’est ni objective ni exhaustive, et de nombreux autres collectifs ou personnalités auraient certainement mérité d’en faire partie. Mais il a fallu faire un choix, en excluant d’une part les personnalités strictement politiques, de l’autre les artistes ayant été cités parmi les 21 coups culturels de « L’OLJ » en 2021. En ressort une sélection d’hommes, de femmes, d’équipes, qui ont fait la fierté du Liban tout au long de l’année. Qui nous ont fait rêver et qui nous ont rappelé par leur passion, leur persévérance et parfois aussi par leur discrétion, que même dans les moments les plus sombres, chacun de nous peut contribuer, à son échelle, à se battre pour un autre Liban.

Ceux qui ont fait 2021 au Liban

Tarek Bitar


Le juge d’instruction en charge de l’enquête sur l’explosion au port, Tarek Bitar. Photo DR

C’est sans doute l’homme de l’année au Liban. Celui qui a redonné à la justice ses lettres de noblesse en affrontant une large partie de la classe politique qui a tout fait pour enterrer l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth. Pas un jour ne passe sans que le juge de 46 ans, originaire du Akkar, ne soit critiqué par des responsables politiques, en particulier par le duo chiite, le Hezbollah et le mouvement Amal. Le parti pro-iranien lui a même envoyé une lettre menaçant de le « déboulonner ».

Portrait

Tarek Bitar, au nom de la loi

Parce qu’il a inculpé plusieurs responsables de haut rang, qui avaient tous eu connaissance de l’existence du nitrate d’ammonium dans le port, tout a été fait pour l’écarter et pour paralyser son enquête. Si celle-ci a souffert des multiples recours contre le juge d’instruction, ce dernier tient bon pour le moment. Comme l’un des derniers symboles d’un pays qui refuse que le drame du port reste impuni, qui refuse aussi de jouer selon les règles de responsables sans foi ni loi impliqués jusqu’au cou dans cette tragédie.

Rasha Slim

Rasha Slim, alias Rasha al-Ameer. Photo Mohammad Yassine

Quelques heures après l’annonce de l’assassinat de son frère, Lokman Slim, le 4 février 2021, elle dira : « Nous savons qui sont les tueurs. » Malgré le choc et la douleur, celle qui est plus connue sous le pseudonyme de Rasha al-Ameer a trouvé la force de continuer l’œuvre d’une vie, ou de deux, la sienne et celle de Lokman Slim.

Alors qu’elle est installée à Paris, il la convainc de rentrer à Beyrouth pour fonder la maison d’édition Dar al-Jadeed en 1990. Durant une dizaine d’années, la maison va connaître une ascension fulgurante et s’imposer dans le paysage de l’édition arabe. Rasha el-Ameer, éditrice, auteure de plusieurs ouvrages et journaliste, s’impose par son flair infaillible des titres et des talents. Au côté de Monika Borgmann, la femme de Lokman, elle se bat pour que l’assassinat de son frère ne reste pas impuni. Tout en restant toujours digne, tout en refusant l’invective, la haine, le repli, qui sont la marque de fabrique des assassins de son frère, coupable à leurs yeux d’être un esprit (trop) libre.

Tarek Mansour

Tarek Mansour. Capture d’écran CNBC

À seulement 25 ans, Tarek Mansour a levé, en 2021, 30 millions de dollars, auprès notamment du fonds d’investissement américain Sequoia Capital, pour financer la start-up qu’il a cofondée en 2018. Kalshi, signifiant « tout » en arabe, permet aux investisseurs de parier sur la survenue d’événements divers ou sur leurs résultats. Depuis son lancement en juillet 2021, ce sont 10 millions de dollars de transactions qui y ont été effectuées. Après avoir été approuvée en novembre 2020 par l’Autorité de tutelle des marchés à terme aux États-Unis (Commodity Futures Trading Commission – CFTC), cette start-up est devenue la première plateforme financière réglementée, dédiée à l’échange de contrats liés à la survenue d’événements. Ce n’était pas facile. « En une journée, nous avons appelé 65 avocats qui ont tous dit que les gens essaient de faire cela depuis les années 80, et que ça ne fonctionne pas. » Mais sa persévérance a payé. Tarek Mansour fait partie des 30 jeunes retenus dans la catégorie « finance » des palmarès 30 under 30, compilés chaque année par le magazine Forbes. Oui, tout cela à seulement 25 ans. Corneille avait raison : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. »

Ardem Patapoutian

Ardem Patapoutian. Scripps Research/AFP

Il ne s’attendait tellement pas à recevoir le prix Nobel de physiologie et de médecine qu’il avait pris le soin de garder son téléphone en mode « Ne pas déranger » le soir de la cérémonie. C’est son père, Sarkis Patapoutian, 94 ans, qui lui annonce la nouvelle en plein milieu de la nuit. L’histoire d’Ardem Patapoutian, c’est celle d’un Libanais de la diaspora qui a atteint des sommets dont il n’aurait même pas pu rêver s’il était resté au pays. Le Dr Patapoutian, 54 ans, est né à Beyrouth et y a grandi au sein d’une famille d’origine arménienne. Son père était comptable, sa mère directrice d’école, et lui un « élève moyen ».

Lire aussi

Ardem Patapoutian, parcours d’un enfant de Beyrouth lauréat du prix Nobel

Il quitte le Liban en pleine guerre civile, cumule les petits boulots en écrivant des horoscopes et en livrant des pizzas avant de poursuivre ses études. Des années plus tard, il devient professeur de neurosciences à l’institut de recherche Scripps en Californie, et chercheur au Howard Hughes Medical Institute. C’est le toucher qui aiguise sa curiosité. Ses découvertes concernant des récepteurs cutanés de la température et du toucher seront décrites comme étant « révolutionnaires » par le jury Nobel. Oui, vous avez bien lu, « révolutionnaires ». De quoi rêver.

La sélection féminine libanaise de basket-ball

La sélection féminine libanaise de basket-ball. Photo prise du site de la FIBA

Elles s’appellent Rebecca Akl, Aïda Bakhos, Chirine el-Charif, Brittany Denson, Layla Fares, Daniella Fayad, Narine Gyokchyan, Amar Mansour, Miramar el-Mokdad, Lama Moukaddem, Meghry Toros et Yasha Zeinoun. Elles ont entre 17 et 37 ans. Elles sont étudiantes ou ont un emploi à plein temps. Avec elles, après 10 ans d’absence, la sélection féminine libanaise de basket-ball, qui avait été reléguée en division B en 2011, a retrouvé l’élite continentale. Elles se sont entraînées de manière intensive durant un mois avant la Coupe asiatique féminine de division B de la Fédération internationale de basket-ball (FIBA) et ont réussi à rester invaincues tout au long du tournoi. Résultat : le sacre final de la sélection féminine lors de la Coupe d’Asie de division B et la promotion en division A asiatique. Et pas n’importe quelle victoire ! L’équipe libanaise a atomisé le pays hôte, la Jordanie, avec une différence de 40 points (80-40). Rendez-vous en 2023, aux championnats d’Asie de basket-ball féminin de division A.

Zeina Daccache

Zeina Daccache. Photo prise de sa page Facebook

Depuis qu’elle a introduit la dramathérapie dans les geôles libanaises en 2008, et à travers son organisation Catharsis, Zeina Daccache défend les droits des détenus, fait entendre leur voix et brise des tabous. Le 28 novembre 2021, c’est un nouveau film de la réalisatrice, The Blue Inmates (2021, 75’), qui a été projeté pour la première fois en salle à Beyrouth, dans le cadre de la VIIe édition du Beirut Art Film Festival, durant lequel elle a reçu le prix des Lucioles d’or. The Blue Inmates met en lumière les détenus du bâtiment bleu de la prison de Roumié, souffrant de maladies mentales et qui, du fait d’une aberration judiciaire, sont incarcérés à perpétuité.

Lire aussi

Les Lucioles d’or du BAFF à Zeina Daccache

Ce documentaire de Zeina Daccache fait partie de son combat permanent pour la défense des droits de l’Homme. Avec un grand H. Un combat qui a commencé à Roumié avec la production de la pièce et du film 12 Libanais en colère (2009) et qui ne s’est jamais arrêté depuis. Non, la boucle n’est pas encore bouclée. Et Zeina Daccache n’a pas fini de cicatriser les plaies du Liban.

Les blouses blanches (médecins et infirmiers)

Un médecin s’équipe avant de rendre visite à un patient atteint du Covid-19 à l’hôpital Rafic Hariri. Photo AFP

Alors qu’on aurait pu penser que la double explosion du 4 août 2020 allait donner le coup de grâce au secteur médical et hospitalier, celui-ci a tenu, et continue de tenir malgré tout. Malgré le Covid, malgré la dévaluation de la livre, malgré la pénurie de médicaments, malgré l’exode de nombreux médecins et infirmiers, malgré le manque de matériel, les blouses blanches continuent de se battre au quotidien pour soigner autant de Libanais que possible. Ils sont nombreux à ne pas avoir abandonné, à tout faire pour exercer leur profession avec le plus de dignité possible dans des conditions devenues dantesques. L’ancien hôpital du Moyen-Orient n’est plus ce qu’il était. Et il a urgemment besoin d’aides financières s’il veut espérer ne serait-ce que colmater les nombreuses brèches qui menacent tout le navire de couler. Mais l’équipage restant tient bon dans la tempête.

Hussein Kaouk

Hussein Kaouk. Photo prise de son compte Instagram

Le comédien Hussein Kaouk, 28 ans, a fait l’objet, en novembre dernier, d’une virulente campagne d’intimidation de la part du Hezbollah et de ses partisans. Mais en réponse, les fans du jeune homme et militant pour la liberté d’expression se sont mobilisés et ont posté sur les réseaux sociaux des centaines de sketchs de l’humoriste. Hussein Kaouk, lui-même issu de la communauté chiite et résidant dans la banlieue sud de Beyrouth, critique tous les partis politiques, y compris le tandem Hezbollah-Amal. Celui qui s’est surtout fait connaître sur les planches d’awk.word dénonce dans ses sketchs les conditions de vie des habitants de la banlieue sud de la capitale libanaise. Avec près de 50 000 followers sur Instagram, il commence à toucher un public plus large lorsqu’il devient la vedette d’un programme télévisé sur la chaîne al-Jadeed baptisé Chou el-Wadeh (Que se passe-t-il). Il y joue le rôle d’un jeune chiite de la banlieue sud, Ali Alawiyé. C’est après un sketch diffusé dans ce cadre que le comédien de stand-up est accusé par al-Akhbar, quotidien pro-Hezbollah, de viser directement le parti chiite dans ses sketchs. La résistance par l’humour.

Nabil Bukhalid

Nabil Bukhalid. Photo DR

Fondateur du réseau internet «.lb » il y a près de trente ans, Nabil Bukhalid en est devenu le sauveur en 2020, avant d’en être le créancier en 2021, au terme d’une histoire abracadabrantesque illustrant un fiasco administratif « à la libanaise ». Mis au pied du mur par les autorités libanaises, incapables de gérer et de financer l’infrastructure du réseau national, l’ancien directeur du réseau informatique interne de l’Université américaine de Beyrouth, où il a créé le premier site internet de domaine «.lb » en 1993, a pris sur lui d’assumer les responsabilités de ces dernières, pour ne pas voir sombrer le réseau, incluant l’ensemble des sites gouvernementaux, dans le néant informatique.

Lire aussi

Domaines « .lb » : comment l’internet libanais a failli disparaître de la Toile

Après des décennies d’un capharnaüm politico-administratif, une course contre la montre est ainsi lancée en juin 2020 pour empêcher la disparition du réseau «.lb », faute d’hébergeur pour le système. En plein marasme économique, et suite à la démission du gouvernement de Hassane Diab après la tragédie du 4 août, aucune solution ni aucun budget venant des autorités n’aboutit. Nabil Bukhalid est alors face à un dilemme : laisser le système s’effondrer ou sauver le fruit d’un travail de plusieurs décennies. La suite, on la connaît.

Impact.gov

L’équipe derrière impact.gov. Photo fournie par Carole Charabati

La plateforme numérique impact.gov est le fruit d’une alliance entre une administration publique libanaise, l’Inspection centrale et des talents libanais de l’entreprise de conseil Siren. Si le projet impact.gov a été lancé il y a deux ans, c’est surtout en 2021, avec la plateforme de vaccination https://covax.moph.gov.lb, qu’il se fait connaître.

Lire aussi

« Impact », un petit pas vers la transition numérique

Lancée en mars 2020 grâce à un financement anglais, la plateforme numérique Impact a pour objectif premier la numérisation interne de l’Inspection centrale, présidée par le magistrat Georges Attié. Avec l’arrivée de la pandémie, les équipes de Siren décident de mettre en place un module pour connecter les municipalités et les ministères. À partir de là, tout s’accélère. Avec le couvre-feu, la présidence du Conseil décide d’utiliser la plateforme pour que les citoyens puissent obtenir des autorisations de sortie. Des millions d’autorisations seront octroyées à travers la plateforme. Et avec l’arrivée des vaccins anti-Covid au Liban, les équipes de Siren n’ont qu’une petite semaine pour mettre en place la plateforme d’inscription pour la vaccination. Le tout sera fait pro bono pour un gouvernement déjà en faillite. Les équipes de Siren ne chôment pas et parfois ne dorment pas. « Un ingénieur m’a appelée un jour pour une permission de rentrer dormir 30 minutes, il y a eu des moments vraiment très durs », se souvient Carole Charabati, directrice de Siren Associates. « Nous avons l’État le plus défaillant au monde, mais aussi les jeunes les plus talentueux au monde », dit Mme Charabati, à la tête d’une équipe d’une quarantaine de jeunes. Comment mieux résumer la situation ?


Tarek Bitar Le juge d’instruction en charge de l’enquête sur l’explosion au port, Tarek Bitar. Photo DR C’est sans doute l’homme de l’année au Liban. Celui qui a redonné à la justice ses lettres de noblesse en affrontant une large partie de la classe politique qui a tout fait pour enterrer l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth. Pas un jour ne passe sans que le...

commentaires (9)

J ai beaucoup aimé Zeina Daccache

Eleni Caridopoulou

18 h 31, le 31 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • J ai beaucoup aimé Zeina Daccache

    Eleni Caridopoulou

    18 h 31, le 31 décembre 2021

  • Ces personnes font la fierte du Liban, d'autant plus dans les circonstances actuelles que vit notre pays

    CAMAYOU / INEOS

    17 h 52, le 31 décembre 2021

  • Très bel article! Il manque à mon sens Caroline Hayek et Gabriel Sara mais la liste était peut-être limitative. Triste par ailleurs de ne pas avoir retrouvé Michel Aoun qui a tant oeuvré cette année encore pour que de plus en plus de Libanais montrent leur talent à l'étranger

    Georges Olivier

    16 h 48, le 31 décembre 2021

  • Un article important et qui mérite d'être sauvegarder par notre archiviste personnel: notre coeur. Merci

    Wlek Sanferlou

    15 h 41, le 31 décembre 2021

  • Les blouses blanches en premier suivit par impact,joli article!

    Nassar Jamal

    14 h 38, le 31 décembre 2021

  • OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION. CRITIQUE CONTRE MIKATI EST PUBLIEE PLUSIEURS FOIS. MEME CRITIQUE CONTRE AOUN EST CENSUREE. LE PARTI PRIS EST EVIDENT.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    11 h 52, le 31 décembre 2021

  • Le véritable problème est que la "Clique" qui a dévalisé le pays et continue de le traire bien que le sang remplace le lait qui coule des pis, continue de s'auto-perpétuer. Qui pourra les déloger,et comment?

    Joseph ADJADJ

    09 h 54, le 31 décembre 2021

  • OLJ, BONNE LISTE. MAIS OSEZ NOUS PRESENTER UNE LISTE AVEC PHOTOS ET NOMS DE CEUX QUI ONT DETRUIT LE LIBAN. EN EXEMPLE LE BARBU, LE MOINDRE BARBU, LE BERRIOTE, LE BEAU-PERE, LE GENDRE, LE FRANGIOTE, HARIRI ET GEAGEA QUI ONT PROPULSE L,ENERGUMENE SUR LA CHAISE, ALI BABA DE LA BDL ET LES PREDATEURS BANQUIERS QUI ONT DEVALISE LES DEPOSANTS ET TOUS LES MAFIEUX QUI ONT GOUVERNE ET GOUVERNENT ENCORE CE PAYS BIEN QUE LA LISTE SERAIT SI LONGUE QU,IL VOUS FAUDRAIT CONSACRER LE JOURNAL TOUT ENTIER A CETTE ENTREPRISE. SOYEZ LES PRODROMES DE LA LIBRE EXPRESSION DANS TOUTE SA MAGNANIMITE. NE MENAGEZ PERSONNE. AINSI SEULEMENT CET ACTE SERAIT REGARDE ET HONORE PAR VOS ABONNES A QUI VOUS COUPEZ TRES SOUVENT LA VOIX ET REFUSEZ LA LIBRE EXPRESSION DE LA PLUME COMME UN ACTE DE REPENTIR ET DE SOUTIEN. LES ABONNES EN CONTRE PARTIE SOUTIENDRONT DE TOUTES LEURS FORCES LE JOURNAL ENGAGE DANS LE DROIT CHEMIN DU LIBRE JOURNALISME.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    08 h 27, le 31 décembre 2021

  • Si seulement on pouvait remplacer nos dirigeants par ces gens là !!!

    Goraieb Nada

    07 h 54, le 31 décembre 2021

Retour en haut