Rechercher
Rechercher

Politique - Reportage

« Nous savons qui sont les tueurs », affirme la sœur de Lokman Slim

La famille de l'intellectuel assassiné veut une enquête internationale.

« Nous savons qui sont les tueurs », affirme la sœur de Lokman Slim

La soeur de Lokman Slim, Rasha al-Ameer (g), et Monika Borgmann, son épouse, dans la demeure familiale, jeudi 4 février 2021. Photo Mohammad Yassine

Dans la maison patricienne des Slim, en plein cœur de la banlieue sud de Beyrouth, d’où l’intellectuel Lokman Slim défiait le Hezbollah, la famille affirmait jeudi, quelques heures après l'annonce de l'assassinat du militant, ne pas avoir confiance dans la justice libanaise et réclamait une enquête internationale.

« Nous voulons une autopsie. Nous voulons une enquête internationale, ses tueurs doivent être punis », affirme sa veuve, la réalisatrice allemande Monika Borgmann, avec laquelle il a fondé l’ONG Umam. Toute la famille est en état de choc. Le jardin est rempli de journalistes, de collaborateurs de l’éditeur et militant assassiné au Liban-Sud. Certains rappellent qu’il leur avait dit, il n’y a pas si longtemps, craindre un retour aux assassinats politiques dans le pays.

Lire aussi

Comment lire l’assassinat de Lokman Slim

Sa sœur, Rasha al-Ameer, avec qui Lokman Slim avait cofondé une maison d’édition reconnue, Dar al-Jadeed, assure que la famille va faire transférer le corps de l'hôpital de Saïda vers un hôpital privé de Beyrouth. « La famille va choisir un médecin légiste en qui nous avons confiance pour déterminer le type des balles qui l’ont tué », affirme-t-elle. La famille n’a pas confiance dans la justice libanaise et « ne veut pas d’une enquête locale », martèle-t-elle. « Jusqu’à aujourd’hui, dans l’histoire du Liban, toutes les enquêtes (sur les assassinats politiques) ont fini dans une impasse », poursuit l’éditrice. « Nous ne voulons pas d’une nouvelle impasse, nous savons qui sont les tueurs », lance-t-elle, ajoutant que la famille « ne veut pas savoir qui sont les petits tueurs, mais les commanditaires ». Le frère aîné de l’intellectuel, un avocat résidant à Paris, était attendu en soirée à Beyrouth. « Ils ont tué ce que nous avions de plus cher », ajoute Rasha, en état de choc. Elle et Monika Borgmann avaient donné l’alerte sur les réseaux sociaux, mercredi soir, quand Lokman Slim n'était subitement plus joignable, alors qu’il venait de quitter la maison d’un ami au Liban-Sud pour rentrer à Beyrouth.

« Ils ont tué ce que nous avions de plus cher », dit Rasha al-Ameer, la sœur de Lokman Slim. Anwar Amro/AFP AFP / ANWAR AMRO

« Lokman ne leur faisait pas de mal »
« Lokman ne leur faisait pas de mal, il combattait juste avec ses idées », ajoute Rasha. « Lokman et moi avions des centaines de projets pour notre maison d’édition et Umam, il ne pensait pas à la mort. Même ceux qui l’ont tué savent combien ils ont tort », dit-elle encore, sans accuser nommément quelque partie que ce soit pour l’assassinat. « Je lui disais : “Tu n’as pas peur des menaces ? Nous sommes des gens pacifiques, nous n’avons que nos livres comme armes”. Et il répondait : “Je n’ai pas peur de la mort” », raconte-t-elle, avant de montrer son bureau, tapissé de livres.

Malgré les menaces dont il faisait l’objet, Lokman Slim, 58 ans, n’avait pas voulu abandonner le domicile familial situé dans un quartier entièrement contrôlé par le Hezbollah. C’est dans une annexe de cette villa, « le Hangar », qu’il organisait souvent avec son épouse les expositions, projections de films et débats de leur ONG, invitant dans ce quartier des personnalités de tous bords et des diplomates.

Le bureau de Lokman Slim, dans la demeure familiale, située dans la banlieue sud de Beyrouth. AFP / ANWAR AMRO


Dans la maison patricienne des Slim, en plein cœur de la banlieue sud de Beyrouth, d’où l’intellectuel Lokman Slim défiait le Hezbollah, la famille affirmait jeudi, quelques heures après l'annonce de l'assassinat du militant, ne pas avoir confiance dans la justice libanaise et réclamait une enquête internationale.« Nous voulons une autopsie. Nous voulons une enquête internationale,...

commentaires (12)

Oui Mmes Slim, vous, nous et tous savons qui l'a fait. C'est le terrorisme concrétisé. Nous avions du respect, voire de l'admiration pour ce qu'ils ont fait au Sud Liban à une époque mais depuis, ils n'ont fait que du tort au Liban, que beaucoup de nos compatriotes "ambitionnent".

DJACK

20 h 53, le 06 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Oui Mmes Slim, vous, nous et tous savons qui l'a fait. C'est le terrorisme concrétisé. Nous avions du respect, voire de l'admiration pour ce qu'ils ont fait au Sud Liban à une époque mais depuis, ils n'ont fait que du tort au Liban, que beaucoup de nos compatriotes "ambitionnent".

    DJACK

    20 h 53, le 06 février 2021

  • Vous leur faisait PEUR, votre courage et votre plume sont une force qui s'adresse aux cœurs et aux Esprits. C'est une force que les armes et la repression des milices ne peuvent ni contenir ni égaler. Est ce par hazard que ce flambeau a été explosé a l' anniversair de la double explosion du port? Est ce une commemoration? Faut-il s'attendre a d'autres? La Famille de Lukman sait qui l'a tué mais est ce un secret? La population libanaise sait que probablement c'est hizb-Allah, aidé par Mr. Bizri come LUKMAN l'a prédit lui même. Votre corps est en silence mais vos idées et votre ésprit demeurent avec nous pour toujours. Par votre courage vous rejoinier les martyrs de l'inedépandance, symbol de la liberté qui parfois se paye par le sang. Que votre corps reste en paix,  votre esprit est maintenant un flambeau de courage, de persistance, de perseverance, et de liberté. Que Dieu garde le restant de votre Famille. Votre mort vous éleve au plus haut des cieux et de si haut vous regarded avec pitié ceux qui ont commanditer votre mort et de si haut vous réaliser oh come si petits et misérables ils sont.

    Joseph Bouchi

    13 h 16, le 05 février 2021

  • "Lokman ne leur faisait pas de mal". Il ne faisait pas DE MAL, mais il leur faisait TRES MAL. Par sa simple existence, il montrait qu'on pouvait être chiite et anti-Hezbollah. Et ça, c'est un crime impardonnable! Ils ne l'ont pas pardonné!

    Yves Prevost

    06 h 58, le 05 février 2021

  • CERTES QU,I;S SAVENT. SECRET DE POLICHINELLE. TOUJOURS LES MEMES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 06, le 05 février 2021

  • IL Y A DES ABRUTIS QUI NE SAVENT PAS ENCORE QUI ASSASSINE AU LIBAN ! C'EST ÉTONNANT.

    Gebran Eid

    23 h 39, le 04 février 2021

  • Les Savonarola polluent notre pays, et banlieu sud en particulaier

    Zampano

    22 h 42, le 04 février 2021

  • Nous voulons une enquête internationale, ses tueurs doivent être punis », affirme sa veuve.... On serait presque tenté de dire à cette pauvre dame que ce serait peine perdue. Si le TSL, tribunal d'exception, n'a rien obtenu, sauf à condamner deux sous fifres, qui depuis ont changé d'identité et vivent relativement confortablement .... On pourrait considérer que toute enquête, à l'image de celle du port de Beyrouth ne fera qu'un grand pschitt... Bien entendu, toutes les parties en présence auront beau jeu de condamner, à l'image du premier ministre nonobstant le fait que son géniteur ayant été rayé de la carte par ces mêmes obscurantistes, continue de s'acoquiner à eux juste pour bénéficier d'un "maroquin"

    c...

    22 h 34, le 04 février 2021

  • On sait déjà qui a tué Rafic Hariri , et il n’était pas seul !! On sait aussi que les victimes ne tombent jamais que dans un seul camp politique!!

    LeRougeEtLeNoir

    20 h 59, le 04 février 2021

  • "... « Nous savons qui sont les tueurs », affirme la sœur de Lokman Slim ..." - Moi je ne sais pas qui l'a tué. Et je me dis que lorsque le crime est aussi évident, quelque chose cloche. Si c'est le Hezbollah, soit les auteurs sont complètement crétins d'avoir ainsi signé leur crime, soit ils sont plus machiavéliques que Machiavel. Et le Hezbollah est loin d'être crétin. Mais est-il aussi machavélique? Ou alors il s'agit d'électrons libres, frustrés des combats, et avides d'actes spectaculaires pour s'acheter du respect?... ? On ne le saura jamais. RIP

    Gros Gnon

    20 h 16, le 04 février 2021

  • Sissi Zayat a tout dit. L'education est le seul moyen de nous sortir de l'obscurantisme. C'est une grande perte pour le Liban. Toutes mes condoléances a la famille et a la patrie.

    CW

    19 h 53, le 04 février 2021

  • « Ils ont tué ce que nous avions de plus cher », ajoute Rasha,, et que répète toute Libanaise et tout Libanais qui ont dans le cœur l'amour de la liberté du progrès et du Liban, Patrie indépendante et moderne! Allah yirhamak Lokman, notre très cher frère à tous!

    Wlek Sanferlou

    19 h 53, le 04 février 2021

  • On sait que pour ces barbares Leurs ennemis sont les livres, le savoir et le patriotisme. Autrement dit la lumière et tous ceux qui la diffusent. Ils ne sont pas à  leur premier crime et sont encouragés par le laxisme des politiciens et l’appareil judiciaire aussi bien libanais qu’international et le coma éthylique des libanais qui sont soulés de promesses et de faux espoirs. Les russes sont par dizaine de milliers dans la rue pour dénoncer un jugement arbitraire du pouvoir sur la personne de Navalny pendant que les libanais tombent comme des mouches et personne n’est là pour protester comme il se doit contre les crimes perpétrés sur leurs enfants et leur nation. Reposez en paix Monsieur Slim le flambeau que vous avez défendu se rallumera pour honorer votre mémoire ainsi que celle de tous ces martyrs assassinés par les mêmes pour faire taire les voix éclairantes et se cachent derrière leurs armes et leurs méthodes viles et mafieuses pour masquer leur lâcheté. j’espère que la famille de M. Slim trouvera le courage de dénoncer ce crime au niveau international et exige que les coupables soient retrouvés et jugés et qu’elle ne lâchera rien tant qu’ils ne sont pas châtiés . Toutes mes condoléances c’est une grande perte pour le Liban.

    Sissi zayyat

    19 h 28, le 04 février 2021

Retour en haut