Rechercher
Rechercher

Société - Agriculture

L’action agro-humanitaire de l’ordre de Malte pour préserver l’identité libanaise

L’association a lancé son programme lors d’une cérémonie qui a réuni les différents acteurs locaux et internationaux.

L’action agro-humanitaire de l’ordre de Malte pour préserver l’identité libanaise

Photo de l’assistance lors du lancement du programme agro-humanitaire de l’ordre de Malte Liban à l’ESA. Photo DR

« Ce programme montre la terre comme un facteur essentiel de l’appartenance nationale. La perdre, c’est devenir orphelin de sa nation. Préserver sa terre, c’est préserver son identité, son entité et sa pérennité. » Ces mots du patriarche maronite Béchara Raï reflètent l’essence du message transmis par l’action agro-humanitaire de l’ordre de Malte Liban (OML). Ils ont été prononcés lors du lancement de ce programme, il y a quelques jours, à l’École supérieure des affaires (ESA). Outre le patriarche Raï, assistaient à cet événement les ministres sortants de l’Agriculture Abbas Hajj Hassan et du Tourisme Walid Nassar, représentant respectivement les présidents du Parlement Nabih Berry et du Conseil des ministres Nagib Mikati, ainsi que des représentants des chefs des autorités militaires et sécuritaires du pays, et plusieurs personnalités officielles, représentants d’ambassades et d’organisations internationales et acteurs de l’agriculture et de l’économie libanaises. « Alors que nous entamons ce nouveau chapitre de l’histoire de notre association, il est important de refléter notre engagement de longue date envers la santé et le bien-être social qui ont été la pierre angulaire de notre mission depuis plus de 70 ans, a déclaré le président de l’OML Marwan Sehnaoui. Cependant, face aux défis grandissants auxquels notre société est confrontée, nous avons ressenti l’impérative nécessité d’élargir notre champ d’action au-delà des missions traditionnelles de nos pôles santé et social. (…) En enracinant les personnes dans leurs terres et en les aidant à cultiver leur propre subsistance, nous inculquons un sentiment de dignité, d’autonomie, d’espérance et d’attachement à la terre pour l’avenir. »

La terre, patrimoine national

Le patriarche Raï a quant à lui souligné les quatre dimensions essentielles du projet, à savoir : la spiritualité, car « cette terre est la source de notre identité et notre mission. C’est sur cette terre que l’homme écrit son histoire et sa civilisation, c’est un legs qu’il ne peut pas dilapider » ; le maintien de nos racines et « l’importance de limiter l’hémorragie de l’émigration causée par l’instabilité politique et sécuritaire ainsi que la dégradation de la situation économique » ; la préservation de la terre, patrimoine national et « facteur essentiel de l’appartenance nationale. La perdre, c’est devenir orphelin de sa nation » ; et le développement agro-humanitaire « pour augmenter la production et la variété nécessaires pour répondre aux marchés internationaux, et permettre à l’agriculteur de vivre dignement de sa terre ».

Pour sa part, le représentant du cheikh Akl de la communauté druze, le cheikh Sami Abdel Khalek, qui s’exprimait au nom des trois communautés musulmanes représentées pour l’occasion, a applaudi l’action en faveur de la coexistence initiée par l’OML au service de l’humain au sein de la société libanaise, ainsi que le renforcement de l’attachement de l’homme à sa terre et le soutien à la stabilité alimentaire.

Un panel composé de Raphaël Debbané, président du conseil agro-humanitaire de l’OML, et Élias Ghadban, conseiller de l’association et membre de ce même conseil, appuyés par la projection d’un film-documentaire, a permis à l’assistance de découvrir le programme de manière plus approfondie. Pour ses concepteurs, celui-ci témoigne de l’engagement de l’OML à garantir la sécurité alimentaire, promouvoir la réhabilitation économique et autonomiser les petits agriculteurs, les femmes et les jeunes, des catégories sociales frappées de plein fouet par la crise économique et financière qui sévit depuis cinq ans au Liban.

Le président de l’ordre de Malte Liban, Marwan Sehnaoui, prononçant son discours. Photo DR

Servir 70 % des terres agricoles

Ce projet est d’ailleurs le fruit d’une réflexion effectuée avec les acteurs de terrain, qui a conduit l’OML à initier – dans le cadre de son réseau de centres médico-

sociaux étendu sur l’ensemble du territoire libanais – la création de sept centres agro-humanitaires. Ceux-ci ont le potentiel de faire bénéficier de leurs services 70 % des terres agricoles du pays, avec un rayon de 20 km2 par centre. Ils sont équipés des technologies les plus avancées et minutieusement étudiés pour apporter les réponses adéquates aux problèmes soulevés. Ces terrains ont été gracieusement mis à la disposition de l’association, pour une période de 20 à 25 ans, par différents ordres religieux, l’Office national du Litani et un membre de l’OML. Un hommage particulier a d’ailleurs été rendu à ces partenaires, de même qu’aux donateurs qui ont financièrement soutenu ce projet, pour leur contribution essentielle à l’action de l’OML, mais plus largement à la prospérité du Liban.

Depuis fin 2020, l’OML a soutenu 8 000 agriculteurs et PME en leur fournissant une gamme complète de services leur permettant d’améliorer leur productivité, et par là même leurs revenus. Les serres de l’OML, équipées d’un matériel de pointe (système photovoltaïque, techniques d’irrigation adaptées…), abritent aujourd’hui la production de nombre d’agriculteurs, leur offrant l’excellence des services, une main-d’œuvre qualifiée, la mise à disposition de pépinières, etc.

Faire évoluer économiquement les communautés rurales

Cette collaboration avec l’OML, grâce à son approche qui cherche à responsabiliser et soutenir les petits agriculteurs, tout en garantissant que les besoins de la communauté sont entendus et pris en compte et que toutes les parties prenantes récoltent les bénéfices de la croissance économique, a créé une relation de confiance et ouvert de nouveaux horizons aux agriculteurs. « Qui aurait osé planter des choux-fleurs ou des brocolis sur nos terres ? » témoigne par exemple une agricultrice. Cette initiative se décline de différentes manières, allant de la culture de plantes aromatiques à l’apiculture, avec le soutien et l’accompagnement d’experts et d’ingénieurs agronomes et l’organisation de sessions de formation.

En adoptant une approche holistique centrée sur le renforcement de la résilience, l’OML œuvre ainsi à offrir aux communautés les outils et ressources nécessaires pour faire face aux chocs – climatiques, économiques ou autres… – et se rétablir de manière saine. Cette stratégie vise à être efficace tant sur le court que le long terme. D’abord en répondant aux besoins immédiats tout en apportant des solutions aux problèmes chroniques, avec le potentiel de faire évoluer économiquement les communautés rurales, les encourageant ainsi à rester sur leurs terres. Ensuite, au niveau national, pour diminuer de manière conséquente les importations dont le pays dépend à près de 85 %.

En clôture de l’événement, le discours du grand chancelier de l’ordre souverain de Malte, Riccardo Paternò di Montecupo (absent en raison des interdictions de voyage liées à la sécurité), a souligné l’engagement de l’organisation à placer l’agriculture au centre de sa vision pour 2030. Il a également remercié l’OML pour son dévouement envers la mission entamée par l’ordre souverain de Malte dans cette région du monde il y a 970 ans.

Le ministre sortant de l’Agriculture a quant à lui félicité l’OML pour son initiative pionnière, et invité à une action multilatérale des différents acteurs concernés avec l’ordre pour que « ce programme marque le début d’un partenariat national durable pour un renouvellement agricole qui revitalise les gens et leurs terres ».

« Ce programme montre la terre comme un facteur essentiel de l’appartenance nationale. La perdre, c’est devenir orphelin de sa nation. Préserver sa terre, c’est préserver son identité, son entité et sa pérennité. » Ces mots du patriarche maronite Béchara Raï reflètent l’essence du message transmis par l’action agro-humanitaire de l’ordre de Malte Liban (OML). Ils...
commentaires (1)

La QUOI? Elle est piétinée et humiliée cette identité, grâce à des vendus locaux qui se révèlent plus zélés de jour en jour pour donner le coup de grâce à notre pays et donc à son identité et ses us et coutumes pour pouvoir grappiller un petit poste qui sied a leur petite personne et pourquoi pas devenir un des soldats de nos usurpateurs pour simplement exister.

Sissi zayyat

11 h 51, le 26 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • La QUOI? Elle est piétinée et humiliée cette identité, grâce à des vendus locaux qui se révèlent plus zélés de jour en jour pour donner le coup de grâce à notre pays et donc à son identité et ses us et coutumes pour pouvoir grappiller un petit poste qui sied a leur petite personne et pourquoi pas devenir un des soldats de nos usurpateurs pour simplement exister.

    Sissi zayyat

    11 h 51, le 26 avril 2024

Retour en haut