Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête sur l'explosion au port de Beyrouth

Le Conseil des ministres reporté faute d'accord, Amal et le Hezbollah jeudi dans la rue

Le chef des FL, Samir Geagea, appelle à "un blocage total et pacifique" pour contrer les partisans des formations chiites.

Le Conseil des ministres reporté faute d'accord, Amal et le Hezbollah jeudi dans la rue

Les silos du port de Beyrouth, détruits par l'explosion meurtrière du 4 août 2020, dans une photo prise le 29 juillet 2021. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

L'enquête sur l'explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth continuait de provoquer des tensions au Liban mercredi. Vingt-quatre heures après une implosion du gouvernement qui aurait été évitée de justesse sur fond de divisions profondes autour de l'enquête, le Conseil des ministres qui était prévu cet après-midi a été reporté à une date ultérieure, faute d'accord. Entre temps, le mouvement Amal et son allié le Hezbollah ont appelé à une manifestation sur le terrain jeudi à 11h devant le palais de Justice pour protester contre le mandat d'arrêt lancé contre le député Ali Hassan Khalil, bras droit du chef du Parlement, Nabih Berry. En face, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, virulent opposant au Hezbollah, a plaidé en faveur d'un "blocage total et pacifique" dans la rue. Des développements qui font craindre des dérapages sécuritaires dans un pays à la dérive depuis 2019 et qui mettent d'ores et déjà les forces de sécurité "en état d'alerte", selon une source sécuritaire à l'AFP.

L'édito de Issa GORAIEB

Le glaive et le boomerang

Plusieurs responsables politiques, notamment des députés chiites gravitant dans l'orbite du Hezbollah, sont poursuivis par le juge d'instruction Tarek Bitar, dans l'enquête sur l'explosion de centaines de tonnes de nitrate d'ammonium stockés dans le port depuis des années sans mesures de sécurité, un drame qui a fait plus de 200 morts et 6.500 blessés et détruit des quartiers entiers de la capitale.

Séance reportée

Le dossier, qui s'est invité de facto en Conseil des ministres mardi, a failli causer l'implosion du gouvernement Mikati, à peine un mois après sa formation. Lors de la séance ministérielle,  Mohammad Mortada, ministre de la Culture, s'est exprimé au nom de ses collègues chiites pour critiquer l'enquête conduite par le juge Bitar. Il a également appelé le gouvernement à prendre position (comprendre à remplacer le magistrat) et brandi la menace d’une démission des ministres chiites. La séance avait finalement été levée et une nouvelle réunion devait donc se tenir cet après-midi.

Lire aussi

Le tandem chiite s’entête dans son acharnement contre Bitar

Toutefois, dans un bref tweet, le bureau de presse de la présidence de la République a annoncé qu'après "consultations entre le président Michel Aoun et le Premier ministre Nagib Mikati, il a été convenu de reporter le Conseil des ministres qui était prévu cet après-midi" à 16h. Aucune nouvelle date n'a toutefois été fixée. Selon notre correspondante Hoda Chedid, les responsables n'ont pas pu s'entendre autour de ce dossier qui divise la classe politique et ont préféré reporter cette séance afin d'éviter un risque d'implosion du cabinet.

Mardi,  le juge Bitar a de nouveau été contraint de suspendre temporairement son enquête après avoir été informé du nouveau recours déposé contre lui par les députés chiites Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter, anciens ministres et membres du mouvement Amal, poursuivis dans le cadre de l'enquête.

Manifestation jeudi

Pour protester contre le mandat d'arrêt visant Ali Hassan Khalil, le mouvement Amal du président du Parlement, Nabih Berry, a appelé ses partisans à manifester jeudi à 11h devant le palais de Justice de Beyrouth. "Au vu des retombées de la décision prise par le juge Bitar à l'encontre de Ali Hassan Khalil, une mobilisation aura lieu demain jeudi à 11 heures devant le palais de Justice", peut-on lire dans un texte qui circule sur les réseaux sociaux. Contactée par L'Orient-Le Jour, la numéro deux du bureau des médias du Hezbollah, Rana Sahili, a confirmé que le parti participera "sûrement" à la manifestation de son allié chiite.

Dans une interview accordée mardi soir à la chaîne al-Mayadeen, proche du Hezbollah, Ali Hassan Khalil avait déclaré que "toutes les options sont ouvertes pour une escalade politique ou autre". "Les prochains jours témoigneront d'une mobilisation visant à rectifier le tir de l'enquête, sauver la justice, assurer un climat propice à (la découverte de) la vérité", avait-il lancé.

Appel de Geagea

Réagissant aux pressions du tandem chiite, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a appelé mercredi "le peuple libanais libre à se tenir prêt à un blocage total et pacifique" dans la rue. Lors de propos accordés à la presse, Samir Geagea a dénoncé un chantage entre l'implosion du gouvernement de Nagib Mikati ou le remplacement du juge Bitar, sous l'impulsion du Hezbollah et de ses alliés.

Lire aussi

Nasrallah, torpilleur en chef de la justice

"Le fait de se plier encore et encore aux chantages qui se poursuivent depuis des années a mené les Libanais à la situation actuelle", a déploré le chef des FL, qui estime que le Hezbollah demande de choisir entre "le déboulonnement du juge Bitar ou l'explosion dans la rue et le pays". "En réaction aux menaces de recourir à d'autres moyens pour faire obstruer le travail du juge Bitar, j'appelle le peuple libanais libre à être prêt à un blocage total et pacifique, au cas où l'autre partie tente d'imposer sa volonté par la force", a appelé M. Geagea. Prié de dire si son appel constitue une menace en réponse à d'autres menaces, Samir Geagea a rejeté ces affirmations. "Il est hors de question de menacer, car ce n'est pas de la sorte que les sociétés progressent. Mais si quelqu'un veut nous imposer par la force une certaine réalité, nous n'accepterons pas cela", a-t-il conclu.

Lundi, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait violemment critiqué le juge Bitar. Le numéro un du parti chiite avait accusé le magistrat de faire du "ciblage politique", allant même jusqu’à le soupçonner "de ne pas vouloir révéler la vérité" sur le drame du 4 août et appelant à son remplacement.

Commentant ces menaces, Ned Price, porte-parole du département d’État américain, a dénoncé les propos du dignitaire chiite et affirmé que les juges libanais ne devaient pas être menacés et intimidés.


L'enquête sur l'explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth continuait de provoquer des tensions au Liban mercredi. Vingt-quatre heures après une implosion du gouvernement qui aurait été évitée de justesse sur fond de divisions profondes autour de l'enquête, le Conseil des ministres qui était prévu cet après-midi a été reporté à une date ultérieure, faute d'accord. Entre temps,...

commentaires (20)

Habbakuk 1: La question a Dieu par l’oppressé Why do you make me look at injustice? Why do you tolerate wrongdoing? Destruction and violence are before me; there is strife, and conflict abounds. Therefore the law is paralyzed, and justice never prevails. The wicked hem in the righteous, so that justice is perverted. ... Habbakuk 2 : La réponse de Dieu a l'oppresseur: ... Now it is your turn! Drink and let your nakedness be exposed! The cup from the Lord’s right hand is coming around to you, and disgrace will cover your glory. The violence you have done to Lebanon will overwhelm you, and your destruction of animals will terrify you. for you have shed human blood; you have destroyed lands and cities and everyone in them. ... Parole du Seigneur. Amen !

Pierre Hadjigeorgiou

09 h 31, le 14 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • Habbakuk 1: La question a Dieu par l’oppressé Why do you make me look at injustice? Why do you tolerate wrongdoing? Destruction and violence are before me; there is strife, and conflict abounds. Therefore the law is paralyzed, and justice never prevails. The wicked hem in the righteous, so that justice is perverted. ... Habbakuk 2 : La réponse de Dieu a l'oppresseur: ... Now it is your turn! Drink and let your nakedness be exposed! The cup from the Lord’s right hand is coming around to you, and disgrace will cover your glory. The violence you have done to Lebanon will overwhelm you, and your destruction of animals will terrify you. for you have shed human blood; you have destroyed lands and cities and everyone in them. ... Parole du Seigneur. Amen !

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 31, le 14 octobre 2021

  • Chantage au blocage du gouvernement? Chantage à la rue? Un nouveau 7 mai en perspective? L'armée se rangera-t-elle alors du côté du Hezbollah comme l'autre fois, ou du côté du peuple libanais?

    Yves Prevost

    07 h 47, le 14 octobre 2021

  • Le nuage noir ne fait que s’assombrir et l’orage est proche. Sortons nos parapluies demain et n’ayons pas peur de quelques gouttes polluées provenant du sud.

    Wow

    00 h 31, le 14 octobre 2021

  • J'AI COMME UNE IDEE QUE CE MATIN AVANT LA MANIFESTATION, UN JUGE QUI A RECU LE DOSSIER DE FAIRE DESISTER BITAR DU DOSSIER , ACCEPTERA CE DOCUMENT ET DESISTERA BITAR, NON PAS POUR FAIRE ACTE DE JUSTICE MAIS POUREVITER AU PAYS UNE GUERRE CIVILE SANGLANTE ET GARDER UN CONSEIL DE MINISTRES FANTOCHE ET VENDU AU POUVOIR MEME SI AOUN SEMBLE MAINTENANT SE RENDRE COMPTE QUE SON ALLIE EST DEVENU " DERANGEANT " ET LE PRIVE DEFINITIVEMENT DE TOUTE AUTORITE AU VU DU MONDE ENTIER NOUS SOMMES DEVENU L'IRAN QUE NOUS LE VOULIONS OU PAS LA VERITE: C'EST LA SEULE SOLUTION ET MERCI HARRIRI ET GEAGEA POUR AVOIR MIS AOUN A LA PRESIDENCE ET MERCI BASSIL POUR AVOIR SI MAL GERE CE PAYS PENDANT PRESQUE 5 ANS ET DEMI LE PAYS A SURVECU AU PRIX DE 150000 MORTS AUX PALESTINIENS QUI VOULAIENT S'EN EMPARE, IL SURVIVRA ESPERONS LE AVEC MOINS DE MORTS AUX VENDUS A L'IRAN QUI VEULENT L'ELOIGNER DE SON MONDE ARABE ET OCCIDENTAL ET CHANGER SON VISAGE ET SA BASE . LES CHRETIENS ET LES SUNNITES REUNIS CETTE FOIS CI DANS CETTE NOUVELLE GUERRE TROUVERONT L'ENTENTE NECESSAIRE POUR SAUVER LE PAYS D'UNE NOUVELLE DOMINATION INDESIRABLE

    LA VERITE

    23 h 45, le 13 octobre 2021

  • Curieuse façon de "sauver la justice, et assurer un climat propice à (la découverte de) la vérité" que d'exiger la démission du juge à chaque fois qu'il progresse dans son enquête!

    Yves Prevost

    23 h 43, le 13 octobre 2021

  • The Lebanese people who in majority are opposed to the fascist practices of Hezbollah should translate their rejection in the ballot box by voting against Hezbollah, the Amal Party and their allies such as the Free Patriotic Movement. We can start weakening them by denying them a majority in the next Parliament. Mr. Geagea should call for just that.

    Mireille Kang

    20 h 50, le 13 octobre 2021

  • Voilà le vrai peuple libanais n'en déplaise à tous les commentateurs qui vivent dans leur monde imaginaire. Le Hezbollah, qui absorbera bientôt "l'espoir" du pays, représente le présent et le futur du pays. Tous ces gens qui vont se déplacer avec les drapeaux libanais, leurs diplômes et leur ambition pour le pays, représentent la majorité, constituent le noyau de la popultion que l'on cherche à ignorer. A l'instar des journalistes, poursuivez dans vos discours idéologiques inutiles au lieu de parler du réel

    Georges Olivier

    20 h 10, le 13 octobre 2021

  • Le slogan en langue Française (Eh oui...La politique francophone et la richesse linguistique était là à l'époque), Donc ce slogan francophone des années 70 est toujours valable : destiné aux palestiniens les années 70 et citant la mer .... Il suffit de remplacer le mot "palestinien" par "hezbollah" : Ceux qui ont vécu cette période se souviendront du slogan . Je ne citerai pas le slogan parce que l'OLJ joue parfois le jeu des systèmes syro iraniens en censurant. Donc je m'abstiendrai de le citer ( le slogan).

    radiosatellite.online

    19 h 44, le 13 octobre 2021

  • Marre de cette racaille d'intégristes qui veulent tuer, assassiner, imposer leurs idéologies et ensuite interdire la justice de faire son boulot. MARRE d'eux. Qu'ils aillent au diable, en enfer là où ils veulent mais qu'ils fichent la paix et dégagent du liban ( eux, leurs armes et leurs doigts levés ( sans oublier les chevalières que tous les enturbannés portent de surcoit). MARRE d'eux. Nos familles crèvent à feu doux, la bouche ouverte alors que le nettoyage de cette classe résoudrait au moins 80% des problèmes que subit le pays.

    radiosatellite.online

    19 h 34, le 13 octobre 2021

  • La désintégration physique de ce qui jadis s’appelait la république libanaises continue son chemin , demain la violence s’exprimera dans la rue

    Censuré par l’OLJ

    19 h 20, le 13 octobre 2021

  • Il est grand temps de s'opposer à cette exigence absolue imposée par cette ploutocratie au pouvoir. l'attitude suspicieuse des concernés ne fait que conforter l'opinion générale qui doit maintenant devenir un acteur central de cet enjeu politique et imposer ce qu'il subsiste encore de justice. Il arrive le moment où l'on doit dire stop à toutes ces manœuvres occultes et suspectes visant à fausser la réalité. S'ils n'ont rien à se reprocher, pourquoi brandir la menace de faire éclater ce gouvernement ? Ces menaces doivent demeurer vaines et en dépit des risques encourus suite à l'appel des FL, il faudrait leur montrer que cette théocratie à laquelle participent, ā minima passivement le chef de l'état et son gouvernement fantoche, doit cesser. Nos regards doivent se tourner vers l'ouest synonyme de liberté et d'égalité et non vers un système où le paupérisme, les crimes et les guerres prévalent.

    C…

    18 h 02, le 13 octobre 2021

  • Bravo Hakim … mais je ne pense pas que les libanais libre descendrons dans la rue malheureusement nous avions des libanais libre mais maintenant nous n’avons rien …. J’espère me tromper et que demain le million de libanais libre descendent

    Bery tus

    18 h 00, le 13 octobre 2021

  • Seul un couvre-feu dès ce soir pourra sauver le pays d’un dérapage certain surtout qu’avec la pauvreté qui touche le pays les lignes de démarcation qui n’ont jamais disparu peuvent à tout moment ressurgir .

    Antoine Sabbagha

    17 h 40, le 13 octobre 2021

  • Il faut les noyer dans un océan de gens loyalistes à ces peteux , des mobylettes et des t-shirt noirs…Et s’ils viennent avec des machettes, il faudra venir avec des faucilles ! A terreur , terreur et demi !!

    LeRougeEtLeNoir

    17 h 25, le 13 octobre 2021

  • Ils appellent leurs voyous à leur secours à chaque fois qu’ils se retrouvent au pied du mur. Voyons qui des libanais irait manifester pour empêcher que la justice de notre pays ait lieu sans oublier que demain leur tour arrivera et qu’il n’y aura personne pour les défendre contre ces voyous tortionnaires qui se cachent derrière des mercenaires pour déstabiliser le pays, pour les jeter ou les tuer plus tard lorsqu’il n’auront plus besoin d’eux comme ils font avec les présidents qui ont collaboré avec eux depuis des décennies et qu’ils désignent comme coupables pour pouvoir échapper à leur sort d’assassins invétérés. Les voilà démasqués alors qui veut encore les aider à détruire ce que nous avons de plus cher, notre pays?

    Sissi zayyat

    17 h 01, le 13 octobre 2021

  • Il est clair que le bras droit de Berri, probablement avec l'accord de ce dernier, joue le rôle d'instigateur de troubles dans la rue , après le mandat d'arrêt d'hier. Comme quoi, il est lui intouchable et au dessus des lois.

    Esber

    16 h 35, le 13 octobre 2021

  • PRESIDENT DU PARLEMENT OU PRESIDENT DES VOYOUS DE LA RUE ?

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    16 h 31, le 13 octobre 2021

  • Il faut que le juge Bitar remette très rapidement son « Rapport », même incomplet, avant qu’il ne soit dessaisi de ce dossier... Le juge Bitar a fait une grave erreur en n’interrogeant pas Michel Aoun, qui soi-disant était prêt à être interrogé. Tous les voyous mis en cause dans cette affaire n’auraient plus eu aucune excuse pour ne pas passer par la «  case interrogation »...

    Bassoul Elie

    16 h 23, le 13 octobre 2021

  • SIGNE DE CULPABILITE DE CEUX QUI MANIPULENT EN INTIMIDANT LEUR PROPRE COMMUNAUTE. ET QUI VEULENT INTIMIDER LA JUSTICE ET LES AUTRES COMMUNAUTES. ASSEZ ! TAFAH EL KEYL...

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    16 h 02, le 13 octobre 2021

  • Il est conseillé d'instaurer un couvre feu demain pour éviter le pire. L'armée doit prendre la rue seule.

    Esber

    15 h 44, le 13 octobre 2021

Retour en haut