Rechercher
Rechercher

Politique - Pénuries de carburant au Liban

Nasrallah : Un deuxième navire en provenance d'Iran en route dans les prochains jours

"Si aucune société n'est prête à effectuer des forages au large du pays pour exploiter les hydrocarbures, il y a des sociétés iraniennes qui sont prêtes à le faire", affirme le secrétaire général du Hezbollah.

Nasrallah : Un deuxième navire en provenance d'Iran en route dans les prochains jours

Une femme assise devant un portrait du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, le 25 mai 2021 à Khiam, au Liban-Sud. Photo REUTERS/Aziz Taher

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a annoncé dimanche qu'un deuxième navire chargé de carburant en provenance d'Iran devrait appareiller  "dans les prochains jours" pour le Liban. L'annonce intervient trois jours après celle concernant le départ d'un premier bateau similaire, qui avait provoqué une polémique dans le pays, de crainte de sanctions américaines contre le Liban. Le dignitaire chiite a également proposé à l'État libanais d'engager des sociétés de forage iraniennes afin d'exploiter les hydrocarbures off-shore, un dossier litigieux avec Israël, alors que les pourparlers entre les deux pays se trouvent dans l'impasse depuis des mois.

Dans un discours prononcé à l’occasion de la commémoration de la mort de Abbas el-Yatama, alias “Abou Maytham”, un cadre militaire tué il y a une semaine dans des circonstances non précisées par le parti chiite, le secrétaire général a accusé les États-Unis de vouloir "démanteler" le Liban après avoir "échoué à déclencher une guerre civile" dans le pays.

Le Liban, sans gouvernement depuis plus d'un an, est embourbé dans une crise socio-économique inédite depuis deux ans. Environ 78% de la population vit sous le seuil de pauvreté selon l'ONU, alors que le pays fait face à de graves pénuries de carburants en tous genres ainsi que d'autre denrées essentielles. Le 11 août, la crise s'est brusquement accélérée lorsque la Banque du Liban a annoncé qu'elle ne pouvait plus subventionner au taux actuel les importations de carburants et que ce mécanisme serait donc arrêté. Cela aurait pour conséquence directe une augmentation de leurs prix de 300%. Samedi, après une dizaine de jours de paralysie, les autorités ont convenu de réduire les subventions, en les fixant au taux de 8.000 LL le dollar, en attendant la mise en place d'une carte d'approvisionnement, un système d'aide directe aux plus pauvres, censée entrer en vigueur fin septembre. Il reste que les prix à la pompe ont fortement augmenté dimanche matin.

Lire aussi

Du carburant iranien bientôt au Liban ? Le nouveau défi du Hezbollah lancé à Washington

Dans ce contexte, jeudi dernier, le leader chiite avait annoncé qu'un "premier navire transportant des tonnes de mazout allait partir d’Iran dans quelques heures vers le Liban". Le navire serait actuellement en route vers sa destination. Cette annonce à dimension géopolitique majeure risque de corser un peu plus encore le bras de fer entre l’axe iranien et les États-Unis et fait peser la menace de sanctions américaines contre le Liban.

Un deuxième navire dans les prochains jours

"Il n'y a rien qui s'appelle sanctions internationales. Les sanctions en cours sont américaines. Mais certains craignent les États-Unis plus que Dieu", a déclaré Hassan Nasrallah. "Les États-Unis pensaient que nous n'allions pas importer des carburants d'Iran, mais ils ont été surpris lorsque nous l'avons fait. Le processus a pris un peu de temps, et nous attendions de voir comment allait se développer la situation au Liban. Lors du dixième jour de Achoura (jeudi dernier), j'avais dit que dans quelques heures le premier navire allait prendre le large. En ce moment, le navire est déjà en chemin", a affirmé le leader chiite, alors qu'aucune information sur le navire en question n'est disponible pour l'heure. "Je vous l'annonce maintenant : un deuxième navire prendra le large dans les prochains jours, et d'autres suivront. Ces quantités d'hydrocarbures seront destinées à tous les Libanais, et pas seulement au Hezbollah ou aux chiites. Mais nous ne nous posons pas en substitut de l'État", a promis le chef du Hezbollah. "Nous voulons briser le marché noir et les prix inhumains. Nous voulons alléger la souffrance des gens. Et nous voulons aider à tous les niveaux possibles. Nous allons continuer de réclamer à l'État de former un gouvernement, contrôler la contrebande et le marché", a ajouté le dignitaire chiite. Pour lui, "poursuivre les subventions au taux de 8.000 LL ne suffit pas. Il y a des dizaines de millions de litres d'essence et de mazout stockés dans les stations qui cherchent à les vendre aux nouveaux prix. Ces stations vont perpétuer leur accaparement jusqu'à la fin septembre lorsque les subventions seront entièrement levées. Les accapareurs doivent être arrêtés. Confisquer les quantités de carburant ne suffit pas. Il faut les jeter en prison pour les dissuader. Qu'il s'agisse de ceux qui exercent un monopole ou des trafiquants". 

Discuter avec le régime syrien

A plusieurs reprises, Hassan Nasrallah avait déjà déclaré son intention d'importer du carburant d'Iran, précisant qu'il serait payé en livres libanaises. Téhéran détient les quatrièmes réserves mondiales de pétrole, mais ses exportations sont sous embargo américain, ce qui rend toute transaction commerciale irréaliste. En achetant du pétrole iranien, sans exemption octroyée en amont par Washington, Beyrouth s’exposerait donc à des sanctions. Quelques heures après le discours de Hassan Nasrallah jeudi dernier, l’ambassadrice des États-Unis au Liban, Dorothy Shea, avait informé la présidence libanaise que l’administration américaine avait approuvé un projet qui permettrait d’approvisionner le Liban en électricité, notamment via la Syrie. Elle avait également rejeté les affirmations du Hezbollah qui accuse Washington d’être à l’origine de la crise du carburant.

Lire aussi

Comment l’Iran exporte son pétrole sur le « marché gris »

Hassan Nasrallah a interprété la proposition américaine comme "un allégement des sanctions US en vertu de la loi César, car ce projet implique de discuter avec le pouvoir en Syrie"." Tous ceux qui veulent aider le Liban sont les bienvenus. Mais cela doit se faire dans les règles, il faudra aller en Syrie avec une délégation officielle et dialoguer de manière officielle. En tout cas, jusque-là, il ne s'agit que de paroles. Mais si cela se concrétise, le blocus américain sur le Liban aura été brisé", a estimé le chef du Hezbollah. 

Forages iraniens

Hassan Nasrallah est allé encore plus loin dans son défi à Israël et aux États-Unis, proposant que l'État libanais signe des contrats avec des sociétés de forages iraniennes afin d'exploiter les hydrocarbures off-shore, un dossier épineux qui se trouve bloqué en raison de l'impasse dans les discussions entre Israël et le Liban autour des zones maritimes litigieuses.

Lire aussi

Aide US au Liban pour de l’électricité : ce que l’on sait des pistes évoquées

"Si aucune société n'est prête à effectuer des forages au large du Liban pour exploiter les hydrocarbures, il y a des sociétés iraniennes qui sont prêtes à le faire. Il est inacceptable que ces ressources restent inexploitées. Il y a de grandes quantités au large du Liban, et tous propos contraires à cela sont mensongers. Je propose au prochain gouvernement de travailler avec des sociétés iraniennes prêtes à effectuer ces forages. Et qu'Israël ose les bombarder", a lancé le chef du parti chiite. 

Démantèlement de l'État 

Au début de son allocution, Hassan Nasrallah a fait assumer aux États-Unis la responsabilité du "démantèlement de l'État et de la société libanaise". "Les États-Unis assument la responsabilité de la détérioration des conditions de vie au Liban, qu'il s'agisse de l'essence, des médicaments et autres. L'ambassade américaine s'en mêle auprès des partis, des municipalités et des organisations. Mais ils ont échoué à provoquer une guerre civile au Liban, eux et l'Arabie saoudite, ces dernière années. Quelle est leur alternative ? Le démantèlement de la société et de l'État, des partis, des forces politiques, des familles, des régions et des communautés, et ce depuis le 17 octobre 2019", a accusé le leader du Hezbollah. "Au lieu de la guerre civile, ce sont les gens qui s'entre-tuent dans les stations d'essence, et demain ce sera le cas devant les boulangeries et dans les supermarchés, et le pays sera pris dans le chaos. La question est plus grande que le fait de retourner la population contre la Résistance", a-t-il estimé. 

Pour Hassan Nasrallah, "le pays est laissé à la dérive. Certes, l'armée et la police sont mobilisées, mais tout ce qui se passe est planifié. On veut que l'État et les partis politiques s'effondrent". "Certains pensent que le Hezbollah est le seul visé, mais détrompez-vous, toutes les formations le sont. C'est de là que vient le slogan +tous cela veut dire tous+", a-t-il affirmé, en référence à ce cri lancé par une large frange de la population qui accuse toute la classe politique de corruption et d'incompétence. "On cherche à remplacer les partis par des ONG. C'est après toute cette pression qu'on viendra imposer un gouvernement, une loi électorale et un accord avec Israël. C'est ce que veulent les États-Unis. Il s'agit d'une guerre, et nous sommes dans la confrontation. Mais ce n'est pas le Hezbollah qui peut diriger le pays vers l'Est, vers la Russie et la Chine. C'est à l'État de le faire. Le Hezbollah ne peut pas s'y substituer" a réaffirmé enfin Hassan Nasrallah. 


Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a annoncé dimanche qu'un deuxième navire chargé de carburant en provenance d'Iran devrait appareiller  "dans les prochains jours" pour le Liban. L'annonce intervient trois jours après celle concernant le départ d'un premier bateau similaire, qui avait provoqué une polémique dans le pays, de crainte de sanctions américaines...

commentaires (26)

Il nous a promis une guerre des médias et le voilà servi en premier. Des bouge sa barbe pour articuler des inepties les journaux se précipitent pour lui tenir le crachoir et le mettre à la UNE. Que peut il espérer de mieux.

Sissi zayyat

10 h 21, le 24 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (26)

  • Il nous a promis une guerre des médias et le voilà servi en premier. Des bouge sa barbe pour articuler des inepties les journaux se précipitent pour lui tenir le crachoir et le mettre à la UNE. Que peut il espérer de mieux.

    Sissi zayyat

    10 h 21, le 24 août 2021

  • Qu’on leve les sanctions contre la Syrie et le probleme se reglera comme par enchantement !

    nabil zorkot

    21 h 19, le 23 août 2021

  • ET JE SUIS SUR QUE CE NE SONT PAS PAROLES EN L'AIR. BENNET LE GRAND SATAN ISRAELIEN ET KHAMENAI SERAIENT PROCHES DE S'Y ACCORDER.MOITIE/MOITIE. FIFTY FIFTY . SEUL PROBLEME, LA MPOITIE LIBANAISE IRAIT A QUI EXACTEMENT? A CEUX QUI RECLAMENT LE TIERS DU GOUV? A HEZB? A BERRY? AH MAIS NON A KELLON EXCEPTE: laissons gebran se demerder et en decider.

    Gaby SIOUFI

    17 h 54, le 23 août 2021

  • Le 3adou Israili a bien offert une aide humanitaire au Liban. Mais l'idee a ete rejette sois disant que c'etait une facon d'envahir le Liban. Et le petrole Iranien? C'est quoi?

    IMB a SPO

    14 h 50, le 23 août 2021

  • Le carburant libanais subventionné par le Liban est accaparé et exporté illegalement vers la Syrie et notre cher ami et patriote Nasrallah importe du carburant depuis l'Iran... Pauvre libanais, forcés de s'aligner avec ce charmant axe de la mort...et de faire le trottoir...à quand le reveil des vrais libanais ?!

    In Lebanon we (still) Trust

    12 h 01, le 23 août 2021

  • la nasrallah dir vrai. tt a fait vrai . le fameux plan US aux 2 options n'est que fichue connerie. qu'ils y pensent en toute conscience ou pas !

    Gaby SIOUFI

    11 h 03, le 23 août 2021

  • All this mumbo jumbo is just drivel. It would be nice if our political paties were to be replaced by ONGS. Hassan Nasrallah has been very porlix lately he must be really worried.

    EL KHALIL ABDALLAH

    10 h 55, le 23 août 2021

  • L’OLJ s’honorerait en cessant d’offrir une telle tribune à un homme (?) qui n’ose pas se montrer en public et raconte n’importe quoi ( ce qui tendrait à prouver qu’il est bien libanais ...) sans que le journaliste qui écrit cet article ne bouge le petit doigt pour rétablir un minimum de cohérence et de « factualité  ».

    JB El catalán

    08 h 47, le 23 août 2021

  • Tout ce que le parti de Dieu a fait, et continue de le faire, il l'a attribué aux autres. Il a sapé l’état et ses institutions, bafoué la constitution, instauré un état dans l’état, conduit le pays vers des crises économiques successives, couvert la corruption, tous les trafiques possibles et inimaginables et maintenant pousse a grande vitesse l'islamisation a l'Iranienne du pays. Si la guerre civile n'a pas encore eu lieu c'est simplement parce que les autres parties essayent de l’éviter a tout prix, en espérant sauver le pays de plus de malheurs a venir. Personne s'en fout si le Mazout ou pétrole Iranien est distribué a tout le Liban ou seulement au Chiites, la finalité de l’histoire est que le pays en entier, mais dans son ensemble, devient complètement otage du Hezbollah dans tous les domaines ou niveaux ou secteurs de la société Libanaise. Sans oublier qu;il se remplira les poches avec votre argent pour mieux vous faire couler plus tard.

    Pierre Hadjigeorgiou

    08 h 40, le 23 août 2021

  • "On cherche à remplacer les partis par des ONG..." Vu les prestations lamentables des soi-disant partis libanais, la corruption et l'incompétence des responsables libanais, des ONG et une nouvelle loi électorale ne semblent pas si mauvais que ça…

    Fadi Chami

    07 h 50, le 23 août 2021

  • Tout est possible pour le hezbollah, tant qu’il n’y a aucun responsable patriote capable de le retenir. Tous les responsables, a commencer par le President sont dans sa poche. Seule la neutralite du Liban peut encore nous sauver. Tous les efforts des Libanais doivent aller dans ce sens. Esperons

    Goraieb Nada

    07 h 24, le 23 août 2021

  • Le Hezb se crée des ennemis qui lui veulent des guerres civiles pour justifier son existence. Le gaz égyptien n'est pas sous sanctions US. Le rôle de la Syrie se limite au transit du gaz. L'Iran n'a pas des bateaux de forage en mer profonde.

    Zovighian Michel

    06 h 46, le 23 août 2021

  • Les géoliers et les dictateurs donnent bien des miettes à leurs prisonniers après les avoir dépouillé de tout... On est si bien dans nos cellules...

    Wlek Sanferlou

    02 h 52, le 23 août 2021

  • Pendant que nos dirigeants se concertent pour essayer de former un gouvernement qui ne répondra pas aux exigences du peuple, le mercenaire iranien finalise la vente du Liban.

    Robert Malek

    01 h 40, le 23 août 2021

  • Hassan the maggot,,Vous ferez le plus beau des cadeaux aux libanais si vous pouvez sauter dans ce navire et repartir chez vous en Iran et qu’on ne vous revoie plus jamais.

    Wow

    23 h 38, le 22 août 2021

  • C'était prévisible, le Liban est offert à la vente à un prix d'ami à l'Iran

    Zeidan

    23 h 00, le 22 août 2021

  • "Nous allons continuer de réclamer à l'État de former un gouvernement, contrôler la contrebande et le marché". Non mais, quel culot! Quand tout le monde sait qu'il est le principal acteur de la contrebande vers la Syrie!

    Yves Prevost

    22 h 36, le 22 août 2021

  • “Les trois quarts des traîtres sont des martyrs manqués.” Iouri Dombrovski / La Faculté de l'inutile

    Sabri

    22 h 13, le 22 août 2021

  • LILLIPUT LE BARBU JOUE AVEC LE FEU. IL VA SE FAIRE BRULER.

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    21 h 59, le 22 août 2021

  • Et vogue la galere! Liban(i)ais vous allez apprendre le farsi. C'est pour bientot. C'en est foutu du Liban.

    sancrainte

    21 h 36, le 22 août 2021

  • P***** quel cynisme!

    Je partage mon avis

    21 h 23, le 22 août 2021

  • Le 2e navire ? Faut déjà que le premier arrive. Ceci dit, franchement.... Les iraniens sont des perses et non des arabes. Les libanais notamment les communautés musulmanes dont sunnites avait tout fait pour que le liban soit déclaré "pays arabe" ( alors que les chrétiens de l'époque avant 75 : parlaient d'un Liban à visage arabe ( thou wajeh 3arabi ). Ok maintenant tout le monde est d'accord qu'il est arabe. Il est où le pétrole des séoudiens alors???? Au lieu que l'arabie séoudite ne nous innonde de pétrole gratuitement...Elle punit le Liban à cause du Hezbollah? qui envoie du Captagone en arabie?? Quelle est la faute du peuple dans ces trafics? Si le liban est pays arabe alors "aidez ce petit pays, le maillon faible des arabes". Sinon oubliez l'arabité du liban et déclarons le liban un département français et que la France reprenne son mandat ou quiconque de l'occident qui ne souhaite pas de guerre avec quiconque.Parce que si le libanais en a marre d'une chose: ce sont les guerres des autres. Parce que le libanais est pacifiste voire m'enfoutiste par rapport à tout ce qui se passe autour, pour être sincère et honnête.

    radiosatellite.online

    20 h 46, le 22 août 2021

  • Eh bien nous allons donc devoir nous battre pour garder le pays dirigé vers l’ouest. Et c’est reparti, comme en ‘75…

    Gros Gnon

    20 h 45, le 22 août 2021

  • WoW un coup de com … comme on ne peut pas en faire !!! Mais Sayyed n’est ce pas à cause de vos escapades un peu partout aux MO qu’on est dans cette merde ne parlons pas des insultes nuits et jours diriger contre la seule vrai rentrer d’argent propre au Liban que cela soit en investissements ou en transfert !! Mais bon vos coup de com NE FONCTIONNENT PLUS … on ne vend pas un peu de liberté pour avoir un peu de sécurité (financière et autres) car in finira par avoir ni l’un ni l’autre

    Bery tus

    20 h 43, le 22 août 2021

  • Comme prévu il est entrain de nous vendre à l'Iran ...

    Zeidan

    20 h 42, le 22 août 2021

  • La colonisation approche très Cher Libanais.

    DRAGHI Umberto

    20 h 35, le 22 août 2021

Retour en haut