Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Bassil veut le Hezbollah pour lui tout seul

Le courant aouniste considère qu’il a donné tout ce qu’il avait à son allié chiite sans recevoir suffisamment en retour.

Bassil veut le Hezbollah pour lui tout seul

Le chef du Courant patriotique libre, le député libanais Gebran Bassil. Photo d’archives AFP

Bien qu’il ait soigné la forme en ménageant au plus haut point son puissant partenaire chiite, le Hezbollah, le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil n’a pas hésité à placer la barre haut lors de son discours dimanche dernier. En multipliant ses revendications visant, selon lui, à défendre les « droits des chrétiens », il a voulu en même temps provoquer une réaction du Hezbollah, accusé de rester passif depuis le début de la crise de la formation du gouvernement. En annonçant frontalement la cassure avec le chef du Parlement, Nabih Berry, ainsi que son refus de la répartition par tiers (chrétiens, chiites et sunnites) des ministres qu’il considère être une atteinte aux prérogatives du chef de l’État Michel Aoun, le CPL cherche clairement à faire pression sur le Hezbollah pour l’amener à trancher définitivement le nœud de ses alliances contradictoires. En dents de scie depuis un certain temps, la relation du camp aouniste avec le parti chiite risque de se compliquer un peu plus après ce discours qui place ce dernier dans l’embarras. Car ce qu’attend Gebran Bassil, c’est que le Hezbollah prenne son parti contre son allié stratégique Nabih Berry et son partenaire obligé Saad Hariri, à un moment où le parti de Dieu considère qu’il n’a aucun intérêt à le faire. « Le message est limpide. Le Hezbollah ne peut plus rester les bras croisés », a commenté pour L’Orient-Le Jour le député CPL Eddy Maalouf (Metn).

Ayant accusé Nabih Berry de partialité en faveur de Saad Hariri, Gebran Bassil a appelé le patron du Hezbollah, en qui il dit avoir davantage confiance, à se substituer au leader du mouvement Amal et à arbitrer le conflit qui l’oppose au Premier ministre désigné. Le chef du CPL dit espérer ainsi que Hassan Nasrallah lui rendra justice et mettra un terme à ce que le gendre du président considère comme une atteinte aux droits des chrétiens. Un leitmotiv populiste que le leader aouniste, qui se sent aujourd’hui encerclé dans les rapports de forces en présence, ne cesse de brandir depuis le début de la crise gouvernementale. Le duo Aoun-Bassil estime que la parité islamo-chrétienne est mise en danger par une volonté des autres acteurs de la remplacer par une séparation en trois tiers. Le camp aouniste considère en outre qu’il a donné tout ce qu’il pouvait au Hezbollah et que celui-ci ne lui a pas assez donné en retour. Autrement dit, que le parti chiite n’accorde pas suffisamment d’importance à son alliance avec le CPL, alors que le Hezbollah préfère se placer au-dessus de la mêlée et ne pas renoncer à ses autres alliés et partenaires.

Lire aussi

Le Liban a un « problème évident avec son système de gouvernance », affirme Josep Borrell

Pour le parti chrétien, l’heure n’est plus aux compromis et le Hezbollah est invité à jouer cartes sur table comme l’a fait Gebran Bassil dimanche dernier. « Que ce soit clair pour tout le monde : nous n’accepterons pas un système masqué de répartition du pouvoir par tiers », dit M. Maalouf. M. Bassil rejette par là l’initiative de sauvetage que M. Berry tentait de mettre en place. Celle-ci consiste en un gouvernement de 24 répartis à égalité (3 x 8) entre le camp haririen et ses alliés, le camp aouniste et le camp chiite. Une formule que le CPL avait pourtant avalisée au départ. Dans la logique aujourd’hui soutenue par le CPL, si le président concède les deux ministres chrétiens qu’il souhaite ajouter aux huit ministres initialement octroyés à son camp, il créera un précédent. Désormais, c’est la parité appliquée au gouvernement que réclame le CPL. « Si nous n’avons pas un gouvernement composé de manière équitable, et par équitable je veux dire 12 ministres chrétiens nommés par le CPL face aux douze ministres musulmans, il ne peut y avoir des réformes », affirme, sans rire, le député aouniste Amal Abou Zeid, qui fait ainsi hâtivement abstraction des autres parties prenantes chrétiennes. Gebran Bassil continue pourtant de dire qu’il ne souhaite pas disposer du tiers de blocage et le chef de l’État avait assuré la même chose au patriarche maronite.

« Le Hezb fera tout pour éviter l’explosion »

« Il s’agit d’un repositionnement du CPL en faveur de la parité contre la répartition par tiers et contre la rotation des portefeuilles appliquée de manière arbitraire », commente prosaïquement un analyste proche du Hezbollah. Ce dernier avait réussi dès le départ, conjointement avec le mouvement Amal, à obtenir de Saad Hariri l’attribution du portefeuille des Finances à un chiite. En toile de fond également, les prérogatives du président que le CPL affirme défendre par tous les moyens. « Le chef de l’État n’est pas la reine d’Angleterre ni un président fantoche, même si la Constitution a revu ses prérogatives à la baisse », commente encore Amal Abou Zeid. Pour le CPL, il est hors de question de retourner au cas de figure qui prévalait en 2005, c’est-à-dire du temps où « l’occupant syrien et ses alliés libanais, sunnite, chiite et druze gouvernaient le pays ». Ce sont des points sensibles sur lesquels Gebran Bassil a été aussi frontal que provocateur, espérant faire sortir le Hezbollah de sa torpeur. Pour l’instant, le parti chiite observe un mutisme absolu comme il a l’habitude de le faire dans des moments aussi délicats. « Gebran Bassil a essayé de refiler la patate chaude à Hassan Nasrallah. Je doute fort qu’il y ait une réponse publique de sa part », confie une source proche du parti.

Pour mémoire

Berry, Bassil... et le Hezbollah

Dans la mesure du possible, ce dernier tentera donc d’arrondir les angles, et de trouver un règlement en coulisses. Même si le chef du CPL s’est adressé au patron du Hezb en le qualifiant d’« ami » et de « juste », le parti de Dieu ne manquera probablement pas de faire des reproches à son allié chrétien qui a publiquement interpellé Hassan Nasrallah, provoquant un profond malaise dans les milieux proches du parti. Pour le Hezbollah, le linge sale ne peut être lavé sur la place publique.

« Le Hezb fera tout pour éviter l’explosion. Mais sa situation est extrêmement problématique », conclut l’analyste. En soirée, on apprenait de source proche du parti de Dieu que des efforts ont été entamés dès hier matin pour calmer le jeu entre MM. Bassil et Berry.


Bien qu’il ait soigné la forme en ménageant au plus haut point son puissant partenaire chiite, le Hezbollah, le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil n’a pas hésité à placer la barre haut lors de son discours dimanche dernier. En multipliant ses revendications visant, selon lui, à défendre les « droits des chrétiens », il a voulu en même temps provoquer une...

commentaires (22)

Il veut HB pour lui tout seul? Ben, qu’il le prenne et qu’il le garde bien enfermé chez lui on le lui fait cadeau. Le problème c’est que HB ne veut plus de lui. Sa mission a été accomplie, le pays est en enfer et dans les griffes de ses alliés d’hier et il refuse de le comprendre. Il a essayé la méthode forte des menaces en l’air et des vociférations à la HN, mais ça n’a pas pris, alors il passe au mode supplication et pleurnicherie de celui qui a été berné, utilisé et jeté alors que c’était son propre choix. Il faut assumer ses choix dans la vie, ne lui a t-on pas appris cela dès sa plus tendre enfance?

Sissi zayyat

13 h 35, le 23 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (22)

  • Il veut HB pour lui tout seul? Ben, qu’il le prenne et qu’il le garde bien enfermé chez lui on le lui fait cadeau. Le problème c’est que HB ne veut plus de lui. Sa mission a été accomplie, le pays est en enfer et dans les griffes de ses alliés d’hier et il refuse de le comprendre. Il a essayé la méthode forte des menaces en l’air et des vociférations à la HN, mais ça n’a pas pris, alors il passe au mode supplication et pleurnicherie de celui qui a été berné, utilisé et jeté alors que c’était son propre choix. Il faut assumer ses choix dans la vie, ne lui a t-on pas appris cela dès sa plus tendre enfance?

    Sissi zayyat

    13 h 35, le 23 juin 2021

  • The desperation of Mr. Bassil is growing by the day. He knows that without the support of Hezbollah, he has no political future. However, the dwindling Christian base of the FPM has realized that the alliance with Hezbollah was a sham that was only meant to bring the FPM to power and provide coverage for the illegal weapons of Hezbollah whose leaders have no interest in nation-building. Instead, they have transformed Lebanon into a vassal state of Iran. Mr. Bassil is not working to protect the basic human rights of Lebanese, whether Christian or other. He only wants to protect his own power.

    Mireille Kang

    05 h 02, le 23 juin 2021

  • LE MALHEUR C,EST QUE LES IDIOTS DIEU LES A AUSSI CREES.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 16, le 22 juin 2021

  • Qui veut gagner un million de Cordahi on fait appel à un ami quand on ne connaît pas la réponse pour pouvoir gagner un million de livres quand cela valait 666.666 US DOLLARS Ajourdhui a comme ça vaux 66 dollars uniquement l’ami ne se cassera pas la tête à répondre correctement et Bassil est donc fini LA VÉRITÉ VOILÀ OU BASSIL ET AOUN ONT CONDUIT LE LIBAN CAR AOUN SAVAIT BIEN POUR L’AVOIR DIT CLAIREMENT QUE NOUS ALLIONS EN ENFER DEPUIS DES MOIS ET N’A RIEN FAIT POUR ESSAYER DE NE PAS Y ALLER BIEN AU CONTRAIRE IL A FAIT ET CONTINU A SUIVRE BASSIL POUR Y ALLER PLUS VITE ENCORE . Si le CPL OBTIENT MÊME UNE VOIX AUX PROCHAINES ÉLECTIONS SE SERA LEURS PROPRE VOIX CAR TOUTE PERSONNE QUI VOTERA CPL AUJOURDH’UI EST UN MALADE MENTAL QU’ON DEVRAIT METTRE À ASFOURIEH

    LA VERITE

    18 h 47, le 22 juin 2021

  • Wlak Tfeh.

    carlos achkar

    17 h 47, le 22 juin 2021

  • bassil considère Nasrallah comme "ami". Ha bon, de quand date le dernier repas ou verre qu'ils ont pris ensemble?? Il le considère comme "juste", ha bon, un juste est quelqu'un qui fait disparaître ses opposants politiques? Bravo gébran, tu as une définition bien particulière de l'amitié et de la justice, tu feras un excellent président.

    DJACK

    17 h 37, le 22 juin 2021

  • Le veritable sens de l'appel «au secours» de Gebran Bassil a destination de son ami Nasrallah est le suivant : "Je suis attaque de toutes parts et isole politiquement en raison de la mission de blocage des institutions que vous (Hezb) m'avez confie et que j'execute tout seul. Au secours ! Venez m'aider car ma position est devenue intenable"...... Comment peut-il encore revendiquer etre le seul representant des Chretiens alors que son groupe parlementaire s'est reduit par suite de multiples defections a 16 deputes chretiens sur 64 (25%) dans le meilleur des cas. Malheureusement, le Hezb, a l'instar du regime Syrien naguere, ne se connait pas d'allies. Seulement des valets.....

    Michel Trad

    15 h 23, le 22 juin 2021

  • Comme un agneau sentant sa fin très proche, il gigotte comme pour crier au secours, mais ses anciens alliés lui ont tourné le dos depuis un bail. Aujourd’hui il est offert en sacrifice pour la sauvegarde du Liban. Amen

    Le Point du Jour.

    15 h 15, le 22 juin 2021

  • A quoi sert-il exactement pour le Liban et son peuple ??? Mis à part être un gendre...qui est-il, d'où vient-il, quelles sont ses qualifications ??? - Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 54, le 22 juin 2021

  • On s'en fout de ce caractère, et tous ses semblables!! qu'en est-il du Liban, des libanais et de l'avenir de nos jeunes!?

    Wlek Sanferlou

    13 h 53, le 22 juin 2021

  • Les deputés du cpl ne cessent de dire des insanités sur le hezb et maintenant leur chef courbe l'échine

    Derwiche Ghaleb

    13 h 42, le 22 juin 2021

  • Quelle honte Bassil , il se traîne aux pieds du Hezbollah....

    Eleni Caridopoulou

    13 h 09, le 22 juin 2021

  • Lucifer de son habit de lumières, affirmait détenir la vérité, déchu pour rébellion contre Dieu. Il s’est retrouvé en enfer. Le revoilà aux portes de l’enfer demandant a Satan de le sauver, en mémoire de services rendus. L’heure des comptes a sonné pour l’ex ministre futur ex-député et futur ex-gendre. Tout se paie dans la vie.

    Le Point du Jour.

    12 h 36, le 22 juin 2021

  • Dans ce commentaire je sens beaucoup de désespoir, le désespoir des arrivistes qui voient tous leurs rêves et leurs chimères s’écrouler comme un château de carte.

    Liban Libre

    12 h 33, le 22 juin 2021

  • Je dois essayer de retrouver un livre de mon enfance: Astérix, la zizanie. Je ne me rappelle plus vraiment du contenu mais j‘ai une vague notion d‘un petit bonhomme qui sème la pagaille dans chacun des petits villages gaulois qu‘il visite. Les gens se battent, sont lancés dans toutes les directions, atterrissent sur des arbres et il a un petit sourire malicieux en sortant. Il réussit même à monter Obelix contre son âme-sœur Astérix. Oui on retombe en enfance avec la politique du Liban.

    Khazzaka May

    12 h 33, le 22 juin 2021

  • Y’en a marre de ce personnage narcissique qui expose regulierement ses problèmes avec les autres acteurs politiques en omettant totalement les difficultés de la population libanaise et ce à quoi elle fait face. En ce qui concerne sa relation avec le hezbollah, ne pense-t-il pas qu’accëder à la présidence de la replubique est un cadeau plus que suffisant. Quelle chimère que d’imaginer que le hezbollah lui concéderait quoique ce soit face à nabih berry.

    Hoda Touma

    11 h 30, le 22 juin 2021

  • Lucifer de son habit de lumières, Il affirmait détenir la vérité, déchu pour rébellion contre Dieu. Il s’est retrouvé en enfer. Le revoilà aux portes de l’enfer demandant a Satan de le sauver, en mémoire de services rendus. L’heure des comptes a sonné pour l’ex ministre futur ex-député et futur ex-gendre. Tout se paie dans la vie.

    Le Point du Jour.

    10 h 23, le 22 juin 2021

  • "’il a donné tout ce qu’il avait à son allié chiite sans recevoir suffisamment en retour." Il a vendu, en effet, jusqu'à son âme, Mais si! Méphistophélès a bien respecté le pacte: son beau-père ne trône-t-il pas à Baabda? Ce qu'il veut maintenant - préparer sa succession - n'était pas inscrit en lettres de sang sur le parchemin.

    Yves Prevost

    07 h 56, le 22 juin 2021

  • Lol même pas assez lourd pour que le hezb lui réponde publiquement … chou hal bahdaleh !!

    Bery tus

    07 h 02, le 22 juin 2021

  • Méphisto, rends-moi mon âme, pretty please with a cherry on top

    M.E

    06 h 51, le 22 juin 2021

  • “Les arrivistes sont des gens qui arrivent. Ils ne sont jamais arrivés.” Paul Jean Toulet: Les trois impostures (ce titre aussi decrit bien la situation)....

    Sabri

    05 h 11, le 22 juin 2021

  • Hassan Nasrallah est trop intelligent pour se mettre a dos son allié historique Amal ainsi que la majorité des Sunnites et Druzes en plus de la majorité Chrétienne (Fl, Kataeb) pour répondre aux caprices d’un homme qui est fini et qui sera demis de son propre part dès que son protecteur aura fini son mandat. Je crains que toutes ces histoires nous amènent Franjieh président qui attend son heure calmement a l’ombre.

    Liban Libre

    01 h 09, le 22 juin 2021

Retour en haut