Rechercher
Rechercher

Liban

Rapatriement : les deux premiers vols en provenance du Golfe ont atterri à l'AIB

"Les tests auxquels ont été soumis les passagers de l'avion en provenance de Riyad sont tous négatifs", annonce le ministre de la Santé.

Des voyageurs en provenance de Riyad sortant de l'aéroport Rafic Hariri de Beyrouth, le 5 avril 2020. Photo Joao Sousa

Les deux premiers des quatre vols de rapatriement de Libanais qui se trouvaient à l'étranger et qui souhaitaient rentrer au pays dans un contexte de lutte mondiale contre la pandémie de Covid-19 ont atterri à Beyrouth en provenance d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis.

Le vol au départ d'Abou Dhabi, avec à son bord 78 passagers, affrété par la compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines (MEA), est arrivé à l'aéroport Rafic Hariri de Beyrouth (AIB) à 14 heures. Plus tôt dans la matinée, les premières images de télévision avaient montré les 78 passagers du vol en provenance de Riyad subir des tests de contrôle dans l'enceinte de l'aéroport, où se trouvait alors le ministre de la Santé, Hamad Hassan, avant d'être évacués dans les hôtels à bord de bus où ils attendront le résultat de leurs tests, dans le cadre du mécanisme mis en place par les autorités libanaises.

En soirée, le ministre de la Santé a annoncé que "les tests auxquels ont été soumis les passagers de l'avion en provenance de Riyad sont tous négatifs". "Les résultats pour les passagers de l'avion d'Abu Dhabi seront publiés dans la soirée", a-t-il ajouté. "Chaque personne quittant l'hôtel où elle se trouve doit respecter la quarantaine à domicile durant 14 jours", a-t-il encore dit.

Deux autres vols de la MEA en provenance de Lagos (Nigeria) et d'Abidjan (Côte d'Ivoire) doivent encore atterrir aujourd'hui à l'AIB, respectivement à 22 heures et 23h59. Ces quatre avions sont partis vides de Beyrouth afin de revenir avec les expatriés évacués. Selon des informations de la chaîne locale LBCI, en plus des quatre avions de la MEA, deux autres avions privés doivent également arriver de Riyad à 17h et du Gabon à 23h. Par ailleurs, dans l'autre sens, des ressortissants américains et canadiens ont quitté le Liban à bord d'un appareil de la compagnie Qatar Airways à l'AIB.

Dans ce cadre, la ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement, Manale Abdel Samad, a indiqué que quatre vols doivent arriver mardi, précisant que par la suite, quatre vols en provenance de l'étranger devraient arriver tous les deux ou trois jours. Samedi, la MEA avait annoncé qu'elle allait affréter des vols pour Paris (France), Madrid (Espagne) et Kinshasa (République démocratique du Congo), le mardi 7 avril, afin d'évacuer les Libanais souhaitant rentrer au pays. Les horaires de ces vols seront connus une fois que la compagnie aura obtenu les autorisations nécessaires de la part des pays concernés.


Les ministres sur le pont
Avant l'arrivée de l'avion en provenance de Riyad, plusieurs ministres, dont le chef du gouvernement, Hassane Diab, se sont rendus dimanche à l'AIB pour superviser les opérations. Les ministres des Affaires étrangères Nassif Hitti, de l'Intérieur Mohammad Fahmi, des Travaux publics Michel Najjar, du Tourisme Ramzi Moucharafieh, et de l'Information Manale Abdel Samad, s'étaient également rendus sur les lieux.

"Le ministre des Affaires étrangères affirme qu'entre 20 000 et 21 000 Libanais souhaitant être rapatriés se sont inscrits. Nous devons œuvrer pour assurer leur retour tout en préservant leur santé et celle des Libanais résidents. Ces opérations pourraient durer plusieurs semaines", a déclaré M. Diab lors d'un point presse à l'extérieur de l'aéroport. "Nous nous occupons de tous les Libanais, qu'ils se trouvent au Liban ou à l'étranger", a-t-il ajouté, soulignant que le président Michel Aoun suivait "de près" les opérations de rapatriement. "Il y aura peut-être quelques petites erreurs, mais elles nous serviront pour la prochaine fois", a ajouté le chef du gouvernement.

De son côté, le ministre de la Santé a déclaré que les mesures prises pour le retour des Libanais à l'étranger sont "très sérieuses", assurant qu'il ne s'agit pas d'un "spectacle". "Une équipe du ministère de la Santé se trouvera dans chacun des avions pour accompagner les passagers. A leur arrivée à Beyrouth, ces derniers seront divisés en quatre groupes, selon leur état de santé, puis passeront des tests avant d'être transportés dans les hôtels", a-t-il précisé, indiquant que le résultat des tests PCR apparaissent au bout de six heures. "Toutes les personnes testées négatives pourront rejoindre leur domicile sous escorte des forces de sécurité", a-t-il ajouté. Le ministre a également demandé aux proches de ces rapatriés de "respecter les consignes en évitant les rassemblements pour fêter leur retour".

Lors d'une conférence de presse, le secrétaire général du Conseil supérieur de défense, le général Mahmoud Asmar, a indiqué que les Forces de sécurité intérieure se chargeront d'escorter les passagers dans les hôtels, ainsi que de la protection de ces derniers. De son côté, le ministre du Tourisme a indiqué que la police touristique a été déployée dans les hôtels accueillant les rapatriés.


Prix des billets réduits de moitié pour les étudiants
Par ailleurs, la MEA a annoncé que le prix des tickets sera réduit de moitié "afin d'aider les étudiants libanais voulant rentrer au Liban et ne pouvant pas payer".

La campagne de rapatriements a été organisée par le gouvernement à la demande pressante de plusieurs responsables politiques. Pour ce faire, le cabinet a mis sur pied un mécanisme selon lequel toutes les personnes désirant revenir au Liban devront passer des tests de dépistage du coronavirus avant leur départ. Les passagers seront ensuite assis à distance les uns des autres et devront passer un second test de contrôle à leur arrivée. En outre, le ministère de la Santé a appelé les expatriés souhaitant  embarquer à remplir un formulaire préparé à cet effet, permettant notamment de déterminer la priorité de retour.

Vendredi, Hassane Diab avait annoncé que les vols de dimanche constituaient "un premier test" pour le mécanisme de rapatriement. "S’il venait à apparaître qu’un grand nombre d’expatriés sont contaminés par le coronavirus, les rapatriements s’arrêteront", avait-il indiqué. Plus tôt dans la journée de samedi, le chef du Courant patriotique libre (aouniste), Gebran Bassil, avait estimé que des retours massifs risquaient de constituer "une bombe à retardement" pour le Liban.

 


Lire aussi

A l’aéroport de Beyrouth, dernier appel pour les passagers à destination de Paris Charles De Gaulle

Le matou qui rugissait, l'éditorial de Issa GORAIEB

Hitti : La priorité est donnée aux pays africains, car la situation s’y détériore rapidement

Coronavirus : près de dix pour cent des Libanais en Guinée veulent être rapatriés



Les deux premiers des quatre vols de rapatriement de Libanais qui se trouvaient à l'étranger et qui souhaitaient rentrer au pays dans un contexte de lutte mondiale contre la pandémie de Covid-19 ont atterri à Beyrouth en provenance d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis.

Le vol au départ d'Abou Dhabi, avec à son bord 78 passagers, affrété par la compagnie...

commentaires (2)

VOYONS CE QU,IL EN SERA DE LA QUARANTAINE...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

20 h 31, le 05 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • VOYONS CE QU,IL EN SERA DE LA QUARANTAINE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 31, le 05 avril 2020

  • Un bon point àjour pour un gouvernement qui essaie de sauver ce qui peut être sauvé dans un pays en danger .

    Antoine Sabbagha

    19 h 04, le 05 avril 2020