Rechercher
Rechercher

À La Une - Justice

Procédure d'extradition de Ghosn ou procès au Liban : Tokyo et Beyrouth ont 40 jours pour trancher

Les avocats de l'ex-"shogun" de l'industrie automobile espèrent qu'il pourra être jugé au Liban.

L'ex-magnat de l'automobile Carlos Ghosn, le 8 janvier 2020 à Beyrouth. Photo d'archives REUTERS/Mohamed Azakir

Le Liban et le Japon disposent de 40 jours pour décider si Carlos Ghosn doit faire l'objet d'une procédure formelle d'extradition vers le Japon ou être jugé au Liban, rapporte l'agence Reuters, qui cite une source judiciaire et une autre dans l'entourage de l'ancien président de Nissan.

Carlos Ghosn, poursuivi au Japon pour dissimulation de revenus, détournement de fonds et abus de confiance, s'est soustrait à son contrôle judiciaire et s'est enfui au Liban en toute fin d'année dernière. Il dément les faits qui lui sont imputés.

Le Japon, qui a diffusé un mandat d'arrêt international via Interpol, et le Liban ne sont liés par aucun accord d'extradition, et le Liban a pour habitude de ne pas extrader ses ressortissants (Ghosn possède la triple nationalité libanaise, française et brésilienne).

Les avocats de l'ex-"shogun" de l'industrie automobile espèrent qu'il pourra être jugé au Liban.


(Lire aussi : "Faux", Ghosn n'a pas subi jusqu'à 8 heures d'interrogatoire par jour, assure un procureur japonais)



Selon les deux sources de Reuters, le Japon s'était enquis ces derniers jours auprès du Liban des documents nécessaires à fournir dans le cadre de sa demande d'extradition. Cette liste leur a été transmise jeudi. Conformément à des règles édictées par Interpol, cet envoi déclenche une période de 40 jours au terme de laquelle un accord devra être trouvé entre les deux pays sur la localisation et les conditions d'un procès Ghosn, précisent ces deux sources.

La source proche de Ghosn a ajouté que le Japon devait soit adresser sous 40 jours une demande formelle d'extradition, soit transférer au Liban le dossier judiciaire visant l'ancien patron. Dans l'intervalle, Carlos Ghosn a interdiction de quitter le territoire libanais.


Pour mémoire

Plusieurs avocats japonais de Carlos Ghosn jettent l'éponge

Renault Nissan : ces doutes que Carlos Ghosn n'a pas levés

Ghosn : publication de nouvelles images de complices présumés à Istanbul)

Ghosn engage une bataille judiciaire à plus de 15 millions d’euros contre Renault

Beyrouth a demandé à Ghosn de ne pas porter atteinte aux relations avec Tokyo


Le Liban et le Japon disposent de 40 jours pour décider si Carlos Ghosn doit faire l'objet d'une procédure formelle d'extradition vers le Japon ou être jugé au Liban, rapporte l'agence Reuters, qui cite une source judiciaire et une autre dans l'entourage de l'ancien président de Nissan.Carlos Ghosn, poursuivi au Japon pour dissimulation de revenus, détournement de fonds et abus de...

commentaires (3)

QUE VIENT FAIRE TOKYO A BEYROUTH. APPLIQUEZ LA LOI. C,EST TOUT. PAS DE MARCHANDAGES ET DE PRESSIONS ACCEPTABLES.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

21 h 47, le 24 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • QUE VIENT FAIRE TOKYO A BEYROUTH. APPLIQUEZ LA LOI. C,EST TOUT. PAS DE MARCHANDAGES ET DE PRESSIONS ACCEPTABLES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 47, le 24 janvier 2020

  • Le Liban est devenu aussi stronzo, comme on dit en Italien

    Eleni Caridopoulou

    20 h 09, le 24 janvier 2020

  • Vous écrivez "a pour habitude de ne pas extrader" que dit le loi à ce sujet?, y-a-t-il un précèdent? Merci!

    MGMTR

    19 h 31, le 24 janvier 2020

Retour en haut