X

À La Une

Raï aux responsables politiques : Ne douchez pas les espoirs de la révolution

Liban

Le patriarche maronite appelle, à l'occasion de la messe de Noël, à la formation d'un gouvernement "d'experts".

OLJ
24/12/2019

Le patriarche maronite, Béchara Raï, a appelé mardi les responsables politiques à ne pas "doucher les espoirs de la révolution" populaire enclenchée le 17 octobre et qui appelle au départ des dirigeants accusés de corruption et d'incompétence. Cet appel intervient alors que le Premier ministre désigné, Hassane Diab, doit former son équipe ministérielle. M. Diab est cependant déjà conspué par la rue qui l'accuse de faire partie de la même classe politique qu'elle rejette.

"Le peuple libanais attend un cadeau pour les fêtes de la part des responsables politiques : un nouveau gouvernement qui inclurait des personnes dotées d'expertise et d'honnêteté et qui placerait le pays sur la voie du salut économique, financier et social", a souligné le chef de l'Eglise maronite, à l'occasion de la messe de Noël qu'il a célébrée au siège patriarcal de Bkerké.

L'ancien ministre de l'Education et universitaire Hassane Diab avait été désigné jeudi dernier Premier ministre après avoir été soutenu par le Hezbollah et ses alliés. La rue reste toutefois sceptique quant à sa désignation. Le mouvement de contestation estime que M. Diab fait partie de la même classe politique corrompue dont les manifestants réclament le départ depuis le 17 octobre tandis que dans les régions sunnites les contestataires, majoritairement des partisans du Premier ministre sortant Saad Hariri, estiment qu'il ne bénéficie pas d'une couverture sunnite suffisante, n'ayant recueilli les voix que de six députés sunnites sur 27.


(Lire aussi : Nativités, l'édito de Issa Goraieb)




"Libre de toute ingérence"
"Le peuple a exprimé, par la voix de ses jeunes et moins jeunes, de ses hommes et femmes, les maux dont il souffre et les réformes qu'il réclame, dans le cadre d'une révolution positive sans relâche depuis 70 jours. Nous espérons que cela se poursuivra de la même façon, sans que la révolution ne devienne négative et destructrice, a plaidé le prélat maronite. La révolution positive coopère avec l'armée et les forces de sécurité et les respecte. Elle allège le poids des souffrances supportées par les citoyens, notamment en leur laissant la possibilité de se déplacer et de travailler. (...) Que ce soulèvement, cette révolution libre de toute ingérence, soient bénis. Ne l'ignorez pas, vous les responsables politiques, ne douchez pas ses espoirs, car cette révolution n'a pas d'ambitions personnelles, mais s'inscrit dans le cadre de l'intérêt général, du retour aux bases sur lesquelles le Liban a été bâti et qui fait que le pays se démarque de tous les Etats de la région, à travers sa diversité culturelle et religieuse, dans le cadre de l'union nationale et de l'appartenance à la nation", a affirmé Mgr Raï.

Dimanche, le patriarche maronite avait appelé "toutes les forces politiques à coopérer avec le chef du gouvernement désigné et à lui faciliter la tâche", condamnant une classe politique qui "a conduit l’Etat à l’effondrement économique, financier et social" pour avoir "ignoré la voix de Dieu qui se fait entendre dans sa conscience, et n’avoir prêté l’oreille qu’à ses intérêts propres et à ses gains illicites". Il avait également condamné les agressions qui ont récemment visé les forces de l’ordre et demandé aux manifestants de "s’interdire de couper à la circulation les grands axes routiers sur toute l’étendue du territoire, afin de permettre à la population de circuler et ne pas la priver de la joie des fêtes".


(Lire aussi : Hale au Liban : lectures opposées et appui conditionnel au gouvernement en gestationle décryptage de Scarlett Haddad)



"Plus de mauvaise gouvernance"
"Notre peuple résiste face à la crise économique et sociale, tout comme il l'a fait lors des périodes difficiles et dangereuses. Mais il n'acceptera plus la mauvaise gouvernance qui a prévalu depuis les années 1990. Car la corruption s'est répandue et le déficit public s'est aggravé, tout comme la dette publique, la pauvreté et le chômage (...)", a encore déploré Béchara Raï.

Pour lui, "nos malheurs résultent du fait que nos dirigeants refusent de céder le pouvoir depuis des décennies et se partagent ce pouvoir ainsi que l'argent du peuple, en dépensant sans compter, provoquant une accumulation de dettes pour l'Etat. Ils ont poussé le pays vers l'effondrement économique et financier et plus d'un tiers de la population libanaise est dans la pauvreté. Ils ont poussé 35% des jeunes diplômés vers le chômage (...)", a regretté le chef de l'Eglise maronite.

Pour sa part, le président du Parlement Nabih Berry a adressé ses vœux aux Libanais à l'occasion de Noël, espérant les voir "s'inspirer de la naissance du Christ pour ranimer les valeurs d'union, d'amour et du sauvetage de la nation pour que cette dernière sorte indemne de la crise".

Le Liban est en proie à l'une de ses pires crises sociale et économique depuis la fin de la guerre civile (1975-1990). La communauté internationale a conditionné toute nouvelle aide financière à la formation d'un cabinet réformateur.


Lire aussi

Le cabinet Diab bute déjà sur les premiers obstacles

Dans la Békaa, les partisans du Futur continuent de bloquer les routes

Une tente du mouvement civil attaquée à Aley, le PSP condamne

Hassane Diab : un baiser de Judas pour les étrennes ?, par Antoine COURBAN

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Ceux sont des paroles dans le vent Mg. Rai vous savez qui gouverne le pays le seul qui a ose parler c'est Mg. Audi

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OSEZ PATRIARCHE ! OSEZ ! SOYEZ PLUS CLAIR, AUSSI CLAIR QUE MONSEIGNEUR AUDI QUE DIEU LE GARDE...

VIRAGE CONTRÔLÉ

On ne va pas passer sa misérable vie à vivre de rêves irréalisables.

IL NE POURRA PAS AVOIR DE GOUVERNEMENT UNIQUEMENT D'EXPERTS INDÉPENDANTS, NON PAS PARCE QUE LE BLOC DES RÉSISTANTS NE LE SOUHAITE PAS, MAIS PARCE QUE TOUS LES BLOCS POLITIQUES, TOUS , TOUS , TOUS NE LE SOUHAITENT PAS.

QUEL EST LE BLOC POLITIQUE AU LIBAN QUI ACCEPTERAIT LE VERDICT DES EXPERTS INDEPENDANTS QUAND CELUI CI L'AURA ACCUSÉ DE VOL ?

QUI QUI QUI ??????

Wlek Sanferlou

Avec tout les respects que je dois aux hommes religieux je me suis permis une légère modificatiom pour éviter de doucher la revolution:

"... un nouveau gouvernement qui incluerait, EXCLUSIVEMENT, des personnes INDEPENDANTES DE TOUTE INFLUENCE POLITIQUE, dotées d'expertise et d'honnêteté et qui placerait le pays ET SON PEUPLE AU DESSUS DE TOUTE AUTRE CONSIDERATION ET sur la voie du salut économique, financier et social", 

Merci pour votre compréhension.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants