Rechercher
Rechercher

Liban - Les Échos de l’Agora

Hassane Diab : un baiser de Judas pour les étrennes ?

Le Premier ministre désigné, Hassane Diab, jeudi 19 décembre 2019 au palais de Baabda. REUTERS/Mohamed Azakir

Comme par enchantement ou par prestidigitation, le père Noël dote le Liban d’un Premier ministre. L’événement est loin d’atténuer la crise politique qui a déjà dépassé par sa complexité le registre de la crise de régime, pour devenir une crise de système. La personne du Pr Hassan Diab n’est pas en cause ici, encore moins ses compétences professionnelles et ses qualifications académiques, mais le mécanisme de son accès au pouvoir.

Certains ont cru bon d’insister sur l’ego surdimensionné, selon eux, du Premier ministre désigné. Mais quel est l’homme politique qui ne passe pas son temps à jouer à la grenouille bovine ? Quel est l’homme politique qui ne présente pas un profil paranoïde ? Quel est l’homme politique qui n’aime pas à la folie sa propre image et, surtout, qui n’est pas convaincu d’être l’élu des dieux en tant que personnage providentiel apte à sauver son pays de toute descente aux enfers ? Le trait paranoïde est commun à tous ceux qui, au lieu de se contenter d’être de grands commis de l’État, sont uniquement obsédés par l’image de l’homme providentiel que le pouvoir est supposé leur conférer. La « volonté de puissance » de tels personnages ne cesse de nous intriguer. Tout au long de l’histoire, ils se sont invariablement distingués par une hypertrophie incommensurable de l’ego et l’incessante répétitivité d’un nombre réduit d’idées fixes que seule leur fourberie manœuvrière permet de déguiser en autant de figures mensongères. Il suffit de jeter un regard superficiel sur la classe politique libanaise actuelle pour vérifier un tel postulat.

Comment dès lors interpréter la désignation de Hassane Diab comme citoyen de confession sunnite au poste de Premier ministre ? Les tirs de joie qui ont suivi sa nomination dans les fiefs chiites du Hezbollah indiqueraient à première vue que l’événement constitue aux yeux de certains une victoire humiliante pour les sunnites. Or c’est le piège à éviter car, fourberie oblige, tel est le but de la manœuvre : casser les rangs des insurgés en les enfermant dans leurs enclos confessionnels respectifs. Certes, on peut comprendre la réaction émotive de la rue sunnite qui, depuis l’assassinat de Rafic Hariri en 2005 et l’insurrection syrienne de 2011, joue le rôle de bouc émissaire de toutes les haines historiques de l’Orient musulman ainsi que celles du racisme perse à l’égard du monde arabe. Cela fait des décennies que le sulfureux joker confessionnel permet aux ennemis du Liban de continuer à dominer le pays en entretenant le brasier des clivages sectaires. La révolte du 17 octobre dernier a clairement prouvé que le peuple libanais a grandi et qu’il n’est plus dupe de la bassesse de telles manœuvres. Dès lors, Hassane Diab, comme sunnite inféodé au Hezbollah et au régime syrien, est-il une provocation susceptible de « confessionnaliser » la communauté sunnite et la retrancher du mouvement citoyen du 17 octobre ? L’esprit tacticien qui a conçu cela connaît mal la mentalité sunnite qui se distingue traditionnellement par son urbanité et son sens de l’État. La ville de Tripoli, fleuron de la révolution d’octobre, l’a suffisamment démontré.

Le pouvoir clame que les demandes de la révolution ont été entendues et que Hassane Diab est là pour les satisfaire. Ce sont de belles paroles. S’il parvient à former un gouvernement, Hassane Diab est obligé, bon gré mal gré, de prendre des mesures drastiques, douloureuses et impopulaires, à l’image du gouvernement de Tsipras en Grèce. En Grèce, ce n’est pas la classe des corrompus qui a entrepris les réformes mais la courageuse équipe de Tsipras. Le mécanisme qui a nommé Hassane Diab est celui de la caste traditionnelle libanaise corrompue, rejetée, délégitimée, conspuée, insultée, par le peuple depuis le 17 octobre. Peut-on demander à une association de malfaiteurs de se réformer ? Quel est ce marché de dupes ?

La contre-révolution de cette caste politique croit pouvoir récupérer à son profit les slogans des manifestants. Elle leur offre en guise d’étrennes Hassane Diab, tel le baiser par lequel Judas l’Iscariote livra Jésus de Nazareth à ses bourreaux. Qu’on se rassure, Hassane Diab appartient au passé et non à l’avenir. Il peut tout au plus diriger l’ultime équipe gouvernementale du Liban ancien, devenu non viable. Mais son gouvernement ne sera pas celui de l’an premier du Liban nouveau. Les mesures impopulaires qu’il devra prendre vont lui coûter très cher. La Troisième République est devant nous, elle lui succédera. Ce sont les jeunes du 17 octobre qui la construiront à leur image. À l’aube du centenaire du Grand Liban, nous pouvons tout au plus souhaiter au gouvernement de Hassane Diab d’être le bon fossoyeur du Liban de 1943 et de Taëf.


Dans la même rubrique

Les deux visages du religieux

État infanticide et citoyens parricides

Foules en colère : mode d’emploi

La révolte du vivre-ensemble

Une antilope nommée Liban



Comme par enchantement ou par prestidigitation, le père Noël dote le Liban d’un Premier ministre. L’événement est loin d’atténuer la crise politique qui a déjà dépassé par sa complexité le registre de la crise de régime, pour devenir une crise de système. La personne du Pr Hassan Diab n’est pas en cause ici, encore moins ses compétences professionnelles et ses qualifications...

commentaires (9)

Le Liban n'est pas une dictature, qui fait tout pour s'auto-détruire avec la complicité de la communauté internationale. Mais qu'il soit prêt à s'aider lui-même dans le respect de sa propre souveraineté. C'est bien le contraire d'une marche vers le chaos, par l'absence d'un Etat respectueux de son pluralisme, qui ne doit pas devenir une Démagogie anarchique. C'est ainsi que les erreurs et carences politiques pourront-être corrigées sans négliger les pauvres victimes d'injustices, dont l'Etat a le devoir de se soucier. Bonne fête de Noël et tous mes vœux de prospérité au Liban et à tous les Libanais, pour 2020.

DINTILHAC bernard

21 h 14, le 23 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Le Liban n'est pas une dictature, qui fait tout pour s'auto-détruire avec la complicité de la communauté internationale. Mais qu'il soit prêt à s'aider lui-même dans le respect de sa propre souveraineté. C'est bien le contraire d'une marche vers le chaos, par l'absence d'un Etat respectueux de son pluralisme, qui ne doit pas devenir une Démagogie anarchique. C'est ainsi que les erreurs et carences politiques pourront-être corrigées sans négliger les pauvres victimes d'injustices, dont l'Etat a le devoir de se soucier. Bonne fête de Noël et tous mes vœux de prospérité au Liban et à tous les Libanais, pour 2020.

    DINTILHAC bernard

    21 h 14, le 23 décembre 2019

  • En 1943, la foule scandait: badna bchara, badna riad En 2020 elle va scander: badna pierre, badna nawaf Et tous les restent, allez ouste en Iran, Syrie, ou Corée du Nord... j'oublie peut etre le Venezuella...

    Aboumatta

    20 h 36, le 23 décembre 2019

  • Je crois que Mr. Nawaf n'a pas ete choisi par notre gouvernement cheri, car il a beaucoup d'experiences en loi! Si vous etes corrompus accepterez-vous de mettre quelqu'un comme Mr. Nawaf? Non et bien voila pourquoi Mr. Bassil l'a refuse: 1) Master of Law from Harvard Law School 2) Ph.D. in Political Science from the Institute of Political Studies in Paris 3) Ph.D. in History from the University of Sorbonne 4) Ambassador and permanent representative to the United Nations in New York between July 2007 and December 2017 5) Judge at the International Court of Justice in The Hague. 6) French Legion of Honor With The Rank of Officer (Highest Rank) 7) Son of Abdullah Salam (brother of Saeb Salam) and one of the founders of Middle East Airlines.

    Marwan Takchi

    18 h 39, le 23 décembre 2019

  • magnifique analyse qui deplaira a n'en point douter aux petits profiteurs de cette caste politico-mafieuse. Helas pour eux, ils sont maintenant fauchés. Helas pour nous, il ne leur restera que la violence pour s'accrocher. Mais la violence d'Etat n'a jamias fait peur a un peuple qui a faim.

    Lebinlon

    12 h 52, le 23 décembre 2019

  • Tout est dit. Bravo Maintenant à nous les libanais de sauver notre pays et contrer les plans de ces ordures vendues non recyclables

    Sissi zayyat

    12 h 09, le 23 décembre 2019

  • Analyse nulle, de bout en bout, qui ne mérite pas d'être lue.

    Khalil

    12 h 00, le 23 décembre 2019

  • MAIS POURQUOI TOUT LE MONDE S'ETTONNE QUAND IL VOIT CLAIREMENT QUE HASSAN NASRALLAH GOUVERNE CE PAYS ET QUE LE PRESIDENT, MALGRE TOUTE SA BONNE VOLONTE INITIALE, A ABDIQUE SES FONCTIONS LE JOUR MEME OU IL A ACCEDE A LA PRESIDENCE ET QUE LE GENDRE N'EST QU'UN PLANTON CHEZ NASRALLAH LA VERITE EST TELLEMENT ECLATANTE QUE JE SUIS SURPRIS QUE CERTAIN S'EN ETTONNE ENCORE DES QUE LE GOUVERNEMNT SERA FORME LES SANCTIONS ECONOMIQUES NE TARDERONT PAS A ARRIVER ET ON RECOMMENCERA UNE NOUVELLE SERIE DE CONSULTATIONS POUR SORTIR LE PAYS DU MARASME QUE CETTE DECISION AURA CAUSEE

    LA VERITE

    11 h 17, le 23 décembre 2019

  • "... Cela fait des décennies que le sulfureux joker confessionnel permet aux ennemis du Liban de continuer à dominer le pays en entretenant le brasier des clivages sectaires. ..." Pas des décennies, des siècles. Depuis l’époque des croisades en fait, voire même avant, entre les Baal, Zeus, Jupiter, etc. Il n’y a pas de raison que ça change...

    Gros Gnon

    09 h 34, le 23 décembre 2019

  • UN ARTICLE EXCELLENT PAR SA VERACITE ET LES REACTIONS SURTOUT SUNNITES MAIS AUSSI DE LA CONTESTATION QU,IL PREVOIT.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE OPINION

    01 h 03, le 23 décembre 2019

Retour en haut