X

Liban

L’armée sur un terrain miné, entre devoir et sympathie pour le soulèvement

Éclairage

« Le cœur des militaires bat fort pour les manifestants », selon un proche de Yarzé.


24/10/2019

Placée devant une situation difficile où elle doit en même temps protéger les manifestations pacifiques et exécuter les ordres qu’elle reçoit de la hiérarchie politique, l’armée libanaise tente, depuis une semaine, de jouer l’équilibre.

« Le commandant de l’armée (Joseph Aoun) est aujourd’hui sous pression énorme de la part des politiques », affirme une source proche de la troupe qui a requis l’anonymat. « Pour l’heure, son seul souci est d’assurer la protection des citoyens et l’ordre public. »Appelés à garantir la sécurité et l’ordre dans la rue tout en préservant la liberté d’expression et de manifestation, un droit que garantit la Constitution, les militaires déployés en force ces derniers jours face au vaste mouvement de protestation font face à des choix délicats.Le spectacle de fraternisation qui s’est offert hier aux Libanais à Zouk Mosbeh, à Nahr el-Kalb ou à Jal el-Dib, où l’armée avait vraisemblablement reçu des consignes pour rouvrir les routes, en dit long sur le tiraillement des soldats, partagés entre leur sympathie à l’égard des citoyens avec lesquels ils se sentent solidaires et leur devoir d’exécuter les ordres de leur hiérarchie. La scène où l’on voit plusieurs soldats verser des larmes et fraterniser avec les gens reflète également l’humeur et l’état d’esprit qui animent les militaires appelés à contenir un mouvement qui incarne tout autant leurs aspirations.

« Le cœur des militaires bat fort pour les manifestants. Ils soutiennent clairement les revendications justifiées de la rue », confie un ancien officier proche du ministère de la Défense. Au terme d’un bras de fer parfois corsé qui a eu lieu entre protestataires et militaires dans ces localités, un modus vivendi a été finalement trouvé pour dégager partiellement la voie alors que le flot de citoyens ne cessait de grossir, sans toutefois que les soldats ne répriment la dynamique populaire.

C’est un peu la même stratégie à laquelle la troupe avait recouru, lundi dernier, lorsque des dizaines de motards brandissant des drapeaux du mouvement Amal et du Hezbollah ont tenté d’accéder à la place des Martyrs. Les soldats les ont fermement repoussés, en tabassant quelques-uns pour les empêcher de prendre la direction du centre-ville, sans toutefois les arrêter.

« La troupe a opté pour une position proche de celle qu’avait prise en 2005 Michel Sleiman (alors commandant en chef de l’armée) lorsqu’il avait décidé de se tenir à distance et de protéger aussi bien la manifestation de la révolution du Cèdre du 14 mars que celle du 8 mars (prosyrienne) », commente l’officier à la retraite Khalil Hélou. C’est une position similaire qu’avait affichée lors de la crise de 1958 Fouad Chéhab, chef de l’armée à l’époque, ajoute M. Hélou.

Une situation que l’on peut résumer par la réflexion formulée par Ziad Sayegh, un expert en politiques publiques, selon lequel « les tentatives d’instrumentalisation de l’armée par les politiques ont toujours échoué à travers l’histoire récente du Liban ».


(Lire aussi : Face aux manifestants, des militaires solidaires craquent)


« Enterrer la révolution »

Depuis lundi, des informations circulent sur des directives qui auraient été données par certaines parties au pouvoir pour rouvrir les voies. Dans certains milieux, on évoquait même une volonté ferme du chef de l’État, Michel Aoun, de mettre un terme au mouvement de foule, une information qui n’a toutefois pas été vérifiée. « Il faut enterrer cette révolution », aurait affirmé le président.

« Même si le président Aoun souhaite voir les mouvements de foule cesser, il ne veut surtout pas la répression par la violence des protestataires. L’effusion de sang lui serait fatale », commente pour L’OLJ un ancien militaire.

Une source proche de Yarzé contactée par L’OLJ a démenti hier que l’armée ait reçu des ordres de la part du directoire politique. « La décision de rouvrir les routes a été prise par le commandant en chef pour permettre aux hôpitaux de pouvoir fonctionner et aux boulangeries et stations d’essence notamment de s’approvisionner », a-t-elle affirmé.

Selon la source, le chef de l’armée a reçu au cours des derniers jours des centaines d’appels l’exhortant à intervenir pour faciliter la vie quotidienne de plus près de trois millions de Libanais qui ne sont pas dans la rue. Le général Aoun aurait été sollicité entre autres par les membres du corps médical qui se sont plaints de ne pas pouvoir accéder à leur lieu de travail.

« L’armée se tient à vos côtés et soutient vos demandes justes. La troupe reste engagée à protéger la liberté d’expression et de manifestation pacifique, mais rejette le blocage des routes, les pressions sur les citoyens et votre instrumentalisation au profit d’actions de vandalisme », a affirmé hier l’armée sur Twitter.

« Nous rouvrons les routes pour vous et afin de faciliter la circulation des denrées essentielles aux citoyens, notamment médicales, alimentaires et les hydrocarbures », a ajouté l’armée, précisant que les soldats sont déployés sur tout le territoire, pour accompagner et protéger les mouvements pacifiques « dans ce contexte délicat ». Elle œuvre d’arrache-pied à « éviter des frictions et des affrontements avec les citoyens », conclut le texte.




Lire aussi 

Une nouvelle réalité, l'impression de Fifi ABOU DIB

Pour ou contre les manifestations, la position mitigée du Hezbollah, le décryptage de Scarlett HADDAD 

Bkerké : Plus qu’un soulèvement, c’est la renaissance de la patrie libanaise

À Zouk, les manifestants redoublent d’enthousiasme après l’intervention de la troupe

« Cher professeur, désolé (...), j’essaie de faire tomber le gouvernement »

Le remaniement ministériel buterait sur le refus du président

À Nabatiyé, une tentative de réprimer les manifestants pacifiques

Au cœur de Beyrouth, on réclame aussi les droits des femmes ou la préservation de la vallée de Bisri



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Thawra-LB

Ceux qui nous disent comment manifester, comment etre habillé, quoi chanter et quoi crier dans les manifestations sont précisément les memes personnes dont les manifestants et surtout la jeunesse, ne veulent plus.

Des gens obsoletes, sectaires, dépassé par le modernisme mondiale, misogyne (bien sur sans le savoir) et tout bonnement stupide pour decider de modeler la manifestation a l’image qu'ils se font d’une manifestations.

Le liban nouveau n’a plus de place pour vous.

gaby sioufi

HAHAHAHA !
cette fois ci PAS MOYEN D'USER DE L'ARMEE .
FINITO, YAANI FINITO !
LES POV PARTISANS NE SONT MEME PLUS LES BIENVENUS AU PALAIS DE BAABDA......ON N'OSE PAS LES VOIR S'Y APPROCHER,
DE PEUR QUE :

JE VOUS LAISSE IMAGINER QUELQUES POSSIBILITES TOUTES AUSSI HILARANTES L'UNE QUE L'AUTRE.

Pierre Hadjigeorgiou

Le pays doit reste paralyse jusqu’à ce que tous les actuels dirigeants démissionnent, du Président au plus petit des parlementaires en passant par le gouvernement.

Petmezakis Jacqueline

quand l'armée pactise avec le peuple ,les gouvernements tremblent;c'est d une simplicité enfantine ,trop peut etre? J.P

ON DIT QUOI ?

Le mouvement revendicatif commence à déraper sérieusement, que viennent faire des danseuses, des concerts, des mariages des anniversaires, des demandes en mariage etc..

Trop de manifestations tue la manifestation, il serait temps que les citoyens comprennent que l'état libanais ne pourra pas laisser s'installer l'anarchie, mais aussi que la claque que se sont reçus les politiciens véreux que cette fois ci ça ne blague plus.

Il serait plus sage de se calmer et de commencer à penser comment rétablir les équilibres pour la société.

HABIBI FRANCAIS

Je suis ravi a l idee que les politiques corrompus commencent vraiment a se faire du souci...quand vont commencer les premieres arrestations comme en Algerie?il faut que les juges agissent.

Yves Prevost

Curieux comme le palais de Baabda qui, en 90, avait été déclaré "maison du peuple" est, aujourd'hui, interdit à ce même peuple, et ce par la même autorité!

Wlek Sanferlou

Ce peuple est là pour ouster les politiciens et confier à l'armée le pays pour avancer les réformes qui lui dont dues.

Pas de terrain miné et oas de dilemmes!
Les politiciens et les zaims de tout bord se sont eux mêmes désistés de leurs devoirs: des ministres qui se chamailles entre eux et des zaims qui placent l'Iran, la Syrie et l'Arabie bien avant le LIBAN! Que peut on s'attendre d'eux????

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES FSI SONT LA POUR DEFENDRE LES MANIFESTANTS CONTRE LES INTRUS. L,ARMEE EST LA POUR SECONDER LES FSI ET LES AIDER DANS LEUR TACHE. N,ESSAYEZ PAS DE MONTER L,ARMEE CONTRE LE PEUPLE. CE SERAIT UN CRIME.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez aujourd'hui la communauté des abonnés en vous abonnant à 1$ pour UN AN. Offre limitée pour la journée du 21 novembre 2019

Je poursuis la lecture

4

articles restants