Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Le Conseil des ministres annulé au deuxième jour de colère au Liban

Saad Hariri va s'adresser aux Libanais à 18 heures.

Des manifestants brandissant le drapeau libanais rassemblés le 18 octobre 2019 au centre-ville de Beyrouth. AFP / IBRAHIM AMRO

Le Conseil des ministres, qui était prévu ce vendredi à 14 heures au palais présidentiel de Baabda, a été officiellement annulé en tout début d'après-midi, alors que des appels à la démission du gouvernement ont été lancés ces dernières heures par certaines formations politiques, au deuxième jour du mouvement de colère contre la crise économique et la classe politique sur l'ensemble du territoire libanais.

La décision d'annuler la tenue du Conseil des ministres a été prise par le Premier ministre Saad Hariri, en concertation avec le chef de l’État, Michel Aoun. 

Le chef du gouvernement va s'adresser aux Libanais à 18 heures. Dans la journée, les alliés traditionnels de M. Hariri, à savoir le Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Joumblatt et les Forces libanaises de Samir Geagea ont appelé à la démission du cabinet. "Je lance à Saad Hariri un appel amical à la démission de ce gouvernement, au vu de l'échec retentissant à enrayer la dégradation de la situation économique dans le pays, ce qui nous a amené à la situation présente", indique un communiqué du leader des FL, déplorant que "la majorité gouvernementale soit malheureusement ailleurs".

Selon un responsable du PSP joint par L'Orient-Le Jour, M. Joumblatt penche pour une démission du gouvernement, ajoutant que cette décision revient au chef du gouvernement, au lendemain de l'appel en ce sens lancé par le leader druze.

De leur côté, les anciens Premiers ministres ont appelé à ne pas faire porter au seul Saad Hariri la responsabilité de la crise. 


Les FL et le PSP appellent à manifester
Dans l'après-midi, Samir Geagea a appelé ses partisans à participer aux mouvements à travers le Liban.

Walid Joumblatt a appelé à un "mouvement pacifique" contre le mandat de Michel Aoun. "A travers son homme fort, le mandat tente de faire porter la responsabilité sur les autres, alors que c'est lui qui fait échouer toutes les initiatives réformatrices possibles par tous les moyens", a écrit le leader druze sur son compte Twitter. Un autre cadre du parti joumblattiste, Zafer Nasser, a annoncé que des rassemblements sont prévus à Aley, Bhamdoun, Baakline, puis à Chhim, dans le Chouf, ainsi qu'à Rachaya.

Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, a appelé les Libanais à descendre dans la rue avec des drapeaux libanais. "L'intifada d'aujourd'hui est celle du peuple libanais", a-t-il déclaré, appelant également à l'organisation d'élections anticipées "pour donner au peuple l'opportunité de sanctionner la classe politique qui a utilisé les voix pour son propre intérêt".

Le parti Tawhid de l'ancien ministre druze Wi'am Wahhab a annoncé que ses partisans allaient couper l'autoroute reliant Beyrouth au Liban-Sud à hauteur de Damour, dans le Chouf.


Des manifestants à Dora, le 18 octobre 2019. AFP / ANWAR AMRO


Les routes principales du pays coupées
Au deuxième jour du mouvement de colère agité par des manifestants qui expriment depuis jeudi soir leur ras-le-bol face à la situation économique et la classe politique en général, toutes les routes principales de Beyrouth et dans l'ensemble des régions du pays sont coupées depuis ce matin par les protestataires, notamment au moyen de pneus enflammés.

Un grand rassemblement est prévu cet après-midi dans le centre-ville de Beyrouth. Dans ce secteur, où les protestations ont été les plus violentes au cours des dernières heures, des centaines de manifestations se sont à nouveau rassemblés place Riad Solh, devant le Grand Sérail, siège du gouvernement. Les routes menant au centre de Beyrouth ont été fermées.

Les principales entrées sud, nord et est de la capitale ont également été coupées, notamment sur la route de l'aéroport international de Beyrouth, où l'armée tente de disperser les protestataires. Dans la première couronne de Beyrouth, des protestataires ont fermé les routes en brûlant des pneus dans le secteur Galerie Semaan, à la lisière de la banlieue-sud de la capitale. Plus au nord, la route de Nahr el-Mott menant vers le boulevard de Sin el-Fil a été barrée. La route à hauteur de Mirna Chalouhi a aussi été coupée. Dans le Metn, les routes ont été bloquées aux ronds-points Mkallès et Hayek, ainsi qu'à hauteur de Bickfaya.

Dans la nord du pays, des protestataires ont parallèlement bloqué l'autoroute côtière à hauteur de Jounieh (Kesrouan), où des échauffourées ont opposé entre manifestants et le garde du corps armé d'un ministre, ainsi qu'à hauteur de Nahr Ibrahim et de Jbeil, provoquant des embouteillages monstres dans les voies secondaires, notamment les routes côtières le long du littoral, comme à Okaïbé.


Photo prise à Jounieh, dans le Kesrouan, le 18 octobre 2019. REUTERS/Imad Creidi



Au Liban-Nord, des routes principales ont été coupées à Batroun, à Zghorta, à Tripoli et dans le Akkar.


Photo prise à Tripoli, le 18 octobre 2019. AFP / Ibrahim CHALHOUB


Plus au sud, la route principale de Chiyah a également été fermée, tout comme celle de Hadath dans le caza de Baabda. A Barja, dans le Chouf, l'armée a tiré en l'air pour disperser les manifestants qui bloquaient l'autoroute à hauteur de la localité. Des routes sont également coupées au sud de Beyrouth, notamment à Choueifate, dans le caza de Aley. 



Route coupée à Choueifate. Photo Matthieu Karam


Au Liban-Sud, plusieurs routes sont coupées autour de Nabatiyé, ainsi que dans le caza de Marjeyoun.


Photo prise à Nabatiyé, le 18 octobre 2019. REUTERS/Aziz Taher


Dans la Békaa, des routes ont été fermées à Ferzol, alors que l'autoroute principale de Baalbeck a été rouverte. 

Selon la chaîne locale LBCI, des mesures seront prises pour assurer au mieux la circulation jusqu'à l'aéroport de Beyrouth, tout en évitant les confrontations avec les protestataires. "Nous n'accepterons pas les actes de vandalisme et la mise en danger des citoyens. Nous prendrons les mesures nécessaires  pour empêcher cela", a affirmé la ministre de l'Intérieur, Rayya el-Hassan.

Dans l'ensemble du pays, écoles, universités et banques sont fermées aujourd'hui.

Face à cette situation, l'ambassade d'Arabie saoudite au Liban a appelé ses ressortissants à "s'éloigner des lieux des manifestations". De son côté, la diplomatie française a recommandé à ses ressortissants "d'éviter les lieux de rassemblement, notamment au centre-ville de Beyrouth". L'ambassade des Etats-Unis au Liban a appelé ses ressortissants à la prudence. La diplomatie koweïtienne a, elle, appelé ses ressortissants à reporter tout voyage éventuel à Beyrouth. Dans un communiqué, l’ambassade d’Egypte au Liban a appelé ses citoyens à "éviter les zones de rassemblement et de protestations".

Jeudi en fin de soirée, des milliers de Libanais étaient descendus dans les rues de Beyrouth et dans d'autres grandes villes à travers le pays pour manifester contre l'imposition de nouvelles taxes et des conditions de vie de plus en plus difficiles. Les protestations se sont poursuivies malgré l'annonce du retrait d'une décision de faire payer des applications de messagerie instantanée comme Whatsapp, Skype ou Viber. Cette décision avait suscité un tollé à travers le pays depuis jeudi matin.


Lire aussi

"Ces manifestations sont tout ce qui nous reste pour espérer un changement !"

Joumblatt : La meilleure solution serait que nous démissionnons

Grèves, manifs, fermetures : ce à quoi il faut s'attendre vendredi au Liban

Faire payer les appels via « WhatsApp » : un chantier inextricable

En images : sur tout le territoire libanais, un ras-le-bol généralisé


Le Conseil des ministres, qui était prévu ce vendredi à 14 heures au palais présidentiel de Baabda, a été officiellement annulé en tout début d'après-midi, alors que des appels à la démission du gouvernement ont été lancés ces dernières heures par certaines formations politiques, au deuxième jour du mouvement de colère contre la crise économique et la classe politique sur...

commentaires (5)

Le Conseil des ministres annulé au deuxième jour de colère au Liban AU LIEU DE SE REUNIR JOUR ET NUIT POUR CONFIRMER TOUS LES CHANGEMENTS NECESSAIRES A FAIRE AVANT LE BUDGET la décision d'annuler la tenue du Conseil des ministres a été prise par le Premier ministre Saad Hariri, en concertation avec le chef de l’État, Michel Aoun. TIENS TOUT LE MONDE SAIT QUE C'EST THEREZE QUI DONNE LES ORDRES D'HABITUDE. DE QUOI LE PRESIDENT SE MELE MAINTENANT? les principales entrées sud, nord et est de la capitale ont également été coupées, Wi'am Wahhab a annoncé que ses partisans allaient couper l'autoroute reliant Beyrouth au Liban-Sud à hauteur de Damour, toutes les routes principales de Beyrouth et dans l'ensemble des régions du pays sont coupées Zafer Nasser, a annoncé que des rassemblements sont prévus à Aley, Bhamdoun, Baakline, puis à Chhim, dans le Chouf, ainsi qu'à Rachaya.bloqué l'autoroute côtière bloque à hauteur de Jounieh (Kesrouan), Les principales entrées sud, nord et est de la capitale ont également été coupées, des protestataires ont fermé les routes en brûlant des pneus dans le secteur Galerie Semaan, la route de Nahr el-Mott menant vers le boulevard de Sin el-Fil a été barrée. La route à hauteur de Mirna Chalouhi a aussi été coupée. Dans le Metn, etc// JE PEUX CONTINUER LONGTEMPS CPL JE VOUS MET AU DEFI DE FAIRE UNE MANIFESTATION PRO GOUVERNEMENT AUJOURDH'UI VOUS AUREZ 100 PERSONNES AUTOUR DE VOTRE SIEGE POUR LE PROTEGER UNIQUEMENT

LA VERITE

22 h 53, le 18 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Le Conseil des ministres annulé au deuxième jour de colère au Liban AU LIEU DE SE REUNIR JOUR ET NUIT POUR CONFIRMER TOUS LES CHANGEMENTS NECESSAIRES A FAIRE AVANT LE BUDGET la décision d'annuler la tenue du Conseil des ministres a été prise par le Premier ministre Saad Hariri, en concertation avec le chef de l’État, Michel Aoun. TIENS TOUT LE MONDE SAIT QUE C'EST THEREZE QUI DONNE LES ORDRES D'HABITUDE. DE QUOI LE PRESIDENT SE MELE MAINTENANT? les principales entrées sud, nord et est de la capitale ont également été coupées, Wi'am Wahhab a annoncé que ses partisans allaient couper l'autoroute reliant Beyrouth au Liban-Sud à hauteur de Damour, toutes les routes principales de Beyrouth et dans l'ensemble des régions du pays sont coupées Zafer Nasser, a annoncé que des rassemblements sont prévus à Aley, Bhamdoun, Baakline, puis à Chhim, dans le Chouf, ainsi qu'à Rachaya.bloqué l'autoroute côtière bloque à hauteur de Jounieh (Kesrouan), Les principales entrées sud, nord et est de la capitale ont également été coupées, des protestataires ont fermé les routes en brûlant des pneus dans le secteur Galerie Semaan, la route de Nahr el-Mott menant vers le boulevard de Sin el-Fil a été barrée. La route à hauteur de Mirna Chalouhi a aussi été coupée. Dans le Metn, etc// JE PEUX CONTINUER LONGTEMPS CPL JE VOUS MET AU DEFI DE FAIRE UNE MANIFESTATION PRO GOUVERNEMENT AUJOURDH'UI VOUS AUREZ 100 PERSONNES AUTOUR DE VOTRE SIEGE POUR LE PROTEGER UNIQUEMENT

    LA VERITE

    22 h 53, le 18 octobre 2019

  • BIENTÔT ILS VONT PAYER AUX LIBANAIS, UNE TAXE POUR L AIR POLLUÉ QU'IL RESPIRE

    Katia Mouriaux

    17 h 09, le 18 octobre 2019

  • IL FAUT PRIER EN CES JOURS POUR LE LIBAN. DES MAINS DE L,OMBRE MANIPULENT LES MANIFESTATIONS. LE RESULTAT DE CES MANIFESTATIONS INCONTROLEES SERAIT LA DEVALUATION DE FACTO DE LA LIVRE LIBANAISE... CENT FOIS PIRE QUE LES TAXES ET PROVOQUE PAR LE PEUPLE... ET LA FAILLITE DE FACTO DU PAYS. CE N,EST PAS QUE JE SUIS CONTRE CES MANIFESTATIONS SI ELLES AVAIENT PRIS PLACE IL Y A AU MOINS CINQ ANS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 45, le 18 octobre 2019

  • Hahahaaaa Ils gardent la route de l'aéroport ouverte... au cas ou nos dirigeants veulent fuirent, yalla les portes de l'Iran et de l'Arabie vous sont grande ouvertes !!! Mais JAMAIS on ne vous laissera partir avant d'avoir remboursé tout ce que vous avez pris !

    Aboumatta

    11 h 25, le 18 octobre 2019

  • Allez ouste !! Le grand balai.

    Tabet Karim

    11 h 04, le 18 octobre 2019

Retour en haut