X

À La Une

Les manifestations contre les taxes se propagent et dégénèrent à travers le Liban

Contestation

Des gardes du corps du ministre de l'Education, Akram Chehayeb, ont ouvert le feu avant de forcer leur passage parmi les manifestants dans le centre-ville de Beyrouth.

OLJ
17/10/2019
Jeudi dans la nuit, des milliers de Libanais étaient toujours dans les rues de la capitale Beyrouth et dans d'autres grandes villes à travers le pays afin de manifester contre une hausse de taxes et les conditions de vie de plus en plus difficiles, malgré l'annonce du retrait de la décision de taxer des applications de messagerie instantanée comme Whatsapp, Skype ou Viber. Une décision qui avait suscité un tollé à travers le pays depuis jeudi matin.

A Beyrouth, les manifestants, qui ont investi les secteurs de Saïfi, la rue Weygand, l'autoroute du Ring, ou encore Ghobeiri, sont  venus crier leur ras-le bol en lançant des slogans contre la classe politique. "Le peuple veut la chute du régime", "Révolution", ont scandé certains d'entre eux. Le tunnel Salim Salam a été bloqué à la circulation à l'aide de pneus brûlés et des protestataires ont également coupé l'autoroute menant à l'aéroport de Beyrouth. Des échauffourées ont également éclaté entre forces de l'ordre et manifestants dans la place Riad el-Solh.




Les rassemblements se sont rapidement propagés à d'autres grandes villes du pays, notamment à Tripoli au Liban-Nord, à Saïda, Nabatiyé et Tyr au Liban-Sud, à Taalbaya dans la Békaa, à Bhmadoun et Kahalé, dans le caza de Aley, ainsi qu'à Jounieh et Zouk, Jbeil et Ghazir dans le Kesrouan.

Vers 21h, dans le centre-ville de Beyrouth, des gardes du corps du ministre de l'Education, Akram Chehayeb, ont ouvert le feu avant de forcer leur passage parmi les manifestants qui ont lancé des objets contre les véhicules du convoi. L'un des manifestants a montré des douilles vides aux caméras. Plusieurs rafales d'armes automatiques ont été entendus.

Réagissant à ces événements, le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a affirmé avoir demandé à Akram Chehayeb, qui est membre de sa formation politique, de livrer ses gardes du corps qui ont ouvert le feu. "J'ai demandé au camarade Akram Chehayeb de livrer ceux qui ont ouvert le feu en l'air et nous sommes sous le parapluie de la loi, mais nous demandons une enquête transparente et refusons toute agression contre qui que ce soit", a écrit le leader druze sur Twitter.


Commentant les manifestations à la chaîne LBCI, le ministre des Télécoms, Mohammad Choucair, a d’abord pointé du doigt "des mains occultes" qui seraient selon lui derrière ces mouvements. "Cette descente (dans la rue) n'est pas innocente", a-t-il affirmé, refusant de donner plus de précisions. Un peu plus tard, il a annoncé aux chaînes de télévisions locales qu'il avait décidé de revenir sur sa décision de taxer les messageries instantanées, à la demande du Premier ministre, Saad Hariri.

Le ministre libanais de l'Information, Jamal Jarrah, avait confirmé dans un premier temps jeudi que le gouvernement avait approuvé l'imposition d'une nouvelle taxe sur l'utilisation des applications de messagerie instantanée comme Whatsapp, Skype ou Viber. "Une taxe de 20 centimes de dollar par jour sur les appels via les services de messagerie tels que Whatsapp et Viber a été approuvée et nous commencerons à appliquer cette mesure à partir du 1er janvier 2020", avait lancé M. Jarrah, à son arrivée au Conseil des ministres. Il avait précisé plus tard que cette augmentation générerait environ 200 millions de dollars de recettes par an.

Selon le ministre des Finances Ali Hassan Khalil, cette taxe n'était pas une mesure inclue dans le projet de budget pour l'exercice 2020, mais une décision du ministre des Télécommunications, Mohammad Choucair.

Mi-septembre, Mohammad Choucair avait démenti des informations circulant sur les réseaux sociaux concernant "la présence au Liban d'experts étrangers chargés d'étudier les modalités d'une suppression de la fonction d'appels sur la messagerie instantanée WhatsApp". "Le ministère veut continuer à offrir ce service important à tous les utilisateurs des réseaux de téléphonie mobile du Liban", avait-il assuré.

Le budget 2020, qu'examine depuis des semaines le gouvernement du Premier ministre Saad Hariri, est attendu aussi bien par les donateurs de la conférence de Paris (CEDRE) que par les agences de notation financière. L’objectif prioritaire des dirigeants libanais est d’accélérer le processus de réformes afin de réduire le déficit public. .


Pour mémoire

Les réformes-clés du budget 2020 toujours en suspens

Budget 2020 : la possible suppression du Conseil des droits de l'Homme fait polémique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

Le peuple n’est pas une victime, il est complice!

Dans la vie, il y a deux types de voleurs:

Le premier, appelé « voleur ordinaire », c’est celui qui vous vole votre argent, votre portefeuille, votre vélo, votre parapluie… ;

Le second, appelé « voleur politique », c’est celui qui vous vole votre avenir, vos rêves, votre savoir, votre salaire, votre éducation, votre santé, votre force, votre sourire…

La grande différence entre ces deux types de voleurs, c’est que le voleur ordinaire vous choisit pour vous voler votre bien ; alors que c’est vous qui choisissez le voleur politique pour qu’il vous vole.

L’autre différence, qui n’est pas des moindres, entre ces deux types de voleurs, c’est que le voleur ordinaire est traqué par la police ; tandis que le voleur politique, lui, est le plus souvent protégé par une escorte de police...

[Voltaire]

LA VERITE

UN MINISTRE QUI EMET UNE LOI ET SE RETRACTE DANS LES DEUX HEURES A CAUSE DE LA FOULE QUI GRONDE ( et qui evidement ne demissionne pas)

UN AUTRE MINISTRE QUI S'OUVRE UN CHEMIN AVEC SES GARDES QUI TIRENT DES RAFALES AVEC LEURS ARMES AU DESSUS D'UNE FOULE QUI PROTESTE LES AGISSEMEENTS DE CES MINISTRES ( et evidement qui ne demissionne pas )

DES MINISTRES QUI VEULENT FAIRE UN BUDGET ( BIDON EVIDEMENT PUISQUE DEJA LE GENDRE A DEMANDE 300 MILLIONS DE DOLLARS DE PLUS POUR L'ELECTRICITE (toujours elle )
MAIS NE SONT PAS D'ACCORD POUR REFORMER QUOIQUE CE SOIT QUI NE MARCHE PAS DANS LE PAYS AVANT CE VOTE ( donc douanes , contrats de gre a gre , detritus , aeroport etc..tout doit continuer ) et qui ont une majorite vendue a l'Iran pour le faire voter puisque le Premier Ministre est devenu un voyageur charge de mendier l'aumone aupres des Etas Arabes et qui n'ose pas faire demissionner son ministre des Affaires Etrangeres pour sa rebelion )

UN CHEF DE PARTI QUI VEUT RENVERSER LA TABLE SI DES INTERVENTIONS ETRANGERES NE CESSENT PAS ALORS QUEC'EST LUI MEME ET SES ALLIES PRO IRANIENS QUI SONT RESPONSABLES DE L'ETAT DU PAYS, Y INCLUS LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ( QUI NE VEUT PAS TAPER DU POING ENCORE A CAUSE DE SON ACCORD AVEC HN )

LA REVOLUTION VIENT ET RIEN NE POURRA L'ARRETTER SI VOUS CONTINUEZ DE LA SORTE, SACHEZ LE , ET NE SOYEZ PAS SURPRIS DEMAIN

Toni Pantaloni

Peut etre la naissance d'une vraie resitance libanaise.
Pour changer !

ON DIT QUOI ?

Ben oui la grosse bourde, ce gouvernement a commis l'ultime péché de toucher à tout ce qui concerne un portable.

Il aurait mieux dû taxer le taboulet de 20ct, ça serait passé comme une salade à la ferme. Lol.

Thawra-LB

Le peuple*

Thawra-LB

Et d’autres qui nous parlent que de géopolitique a longueur de journée en nous disant que l’economie c’est pour les naz,. Le etouffe, en a marre, et reclame le changement

Tabet Karim

Pauvres cons.....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CA C,EST LE NOUVEAU LIBAN... LE LIBAN FORT DONT ON NOUS CHANTE LES BIENFAITS TOUS LES JOURS. LE LIBAN DES GRANDS PERES, PERES, FILS, PETITS FILS, GENDRES ET DES VENDUS A L,ETRANGER. DE3ANAK YIA LEBNEN !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants