Rechercher
Rechercher

À La Une - diaporama

En images : à travers le Liban, un ras-le-bol généralisé pour le deuxième jour consécutif

Pour le deuxième jour consécutif, les manifestants ne décolèrent pas.

Des milliers de manifestants contre le pouvoir, vendredi 18 octobre 2019, à Beyrouth. REUTERS/Mohamed Azakir/File Photo

"Le peuple réclame la chute du régime". Les Libanais étaient toujours dans la rue vendredi pour protester contre le pouvoir. Jeudi soir, ils étaient des milliers à crier leur ras-le bol à travers tout le pays, les plus importantes manifestations depuis des années rappelant la révolution du Cèdre, en mars 2005.

Ce mouvement a été provoqué par l'annonce de nouvelles taxes dans un contexte de crise économique persistante. Jeudi matin, le gouvernement a annoncé vouloir imposer une taxe sur les appels effectués via les applications de messagerie Internet de type WhatsApp, la plus impopulaires des taxes, qui a mis le feu aux poudres. Même si, face à la pression populaire, le gouvernement a renoncé à sa décision, les Libanais ne décolèrent pas.

Pneus et bennes d'ordures brûlés, routes coupées, forces de sécurité en alerte. Des colonnes épaisses de fumée noire s'élevaient vendredi au-dessus de la capitale et de nombreuses villes du pays.  Les manifestants ont bloqué d'importants axes routiers reliant Beyrouth aux autres régions avec des pneus en feu. Pour le deuxième jour consécutif, ils ont coupé la route principale menant à l'aéroport international de la capitale. Les banques, les écoles, les universités et les institutions publiques sont restées fermées en raison des craintes de dérapage.

Le ras-le-bol vise la classe politique, accusée de corruption et d'affairisme dans un pays aux infrastructures en déliquescence et où les citoyens se plaignent de la cherté de la vie.


Retour en photos sur une mobilisation inédite :



et en vidéos





Lire aussi

"Ces manifestations sont tout ce qui nous reste pour espérer un changement !"

Joumblatt : La meilleure solution serait que nous démissionnons

Grèves, manifs, fermetures : ce à quoi il faut s'attendre vendredi au Liban

Faire payer les appels via « WhatsApp » : un chantier inextricable


"Le peuple réclame la chute du régime". Les Libanais étaient toujours dans la rue vendredi pour protester contre le pouvoir. Jeudi soir, ils étaient des milliers à crier leur ras-le bol à travers tout le pays, les plus importantes manifestations depuis des années rappelant la révolution du Cèdre, en mars 2005. Ce mouvement a été provoqué par l'annonce de nouvelles taxes dans un ...

commentaires (9)

un jour de 1958 (?) le gouvernement a chute et un gouvernement de 4 personnes uniquement a retabli le pays 2 chretiens ( mais surtout pas le gendre pyromane ) 2 musulmans et le LIBAN PEUT ETRE ENCORE SAUVE

LA VERITE

01 h 40, le 19 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • un jour de 1958 (?) le gouvernement a chute et un gouvernement de 4 personnes uniquement a retabli le pays 2 chretiens ( mais surtout pas le gendre pyromane ) 2 musulmans et le LIBAN PEUT ETRE ENCORE SAUVE

    LA VERITE

    01 h 40, le 19 octobre 2019

  • Les manifestations ne doivent pas cesser tant que le gouvernement n’aura pas démissionner et que des élections anticipées aient lieues

    Chady

    22 h 02, le 18 octobre 2019

  • Il faut tout faire pour arrêter ce chaos illico, il ne faut pas que ça dérape, il ne faut pas que ça dégénère , pas de Gilets Jaunes chez nous ! Nous n'en avons pas besoin ... Je ne partage pas cette impatience folle , cette soif et cette euphorie incontrolable de destruction qui ne fait qu'exposer davantage notre économie fragile et dissuader les investisseurs locaux et étrangers. Adieu CEDRE !

    Chucri Abboud

    16 h 58, le 18 octobre 2019

  • Je suis entièrement d'accord avec le fait de ne pas paralyser le pays par ces manifestations même si elles sont justes. La transition est obligatoire et devrait se faire progressivement. Par ailleurs, comme dans tous les pays, les corrompus accrochés au pouvoir depuis des décennies, devraient être traduits en justices s'il est prouvé que leur fortune et leur enrichissement personnel sont la conséquence du pillage de l'état et des aides allouées au peuple mais qui a transité sur leurs comptes cachés dans les paradis fiscaux. Mais c'est un vaste chantier qui nécessite beaucoup de courage dont le pays manque aujourd'hui tellement ces hommes politiques sont protégés et puissants.

    Citoyen

    16 h 24, le 18 octobre 2019

  • Halte à la confusion ! Si le gouvernement saute , ce sera pire , nous ne serons plus capables d'en former un autre . Ces provocations pourraient déclencher une nouvelle guerre civile qui serait atroce , et les américano-sionistes veulent la déclencher ! Un peu de patience , sinon tous les libanais vont regretter ce qu'ils font . Ce n'est vraiment pas le moment de tout casser : Le mieux est l'ennemi du bien .

    Chucri Abboud

    10 h 17, le 18 octobre 2019

  • À l'instant à Paris une grève intempestive de la SNCF .

    FRIK-A-FRAK

    10 h 15, le 18 octobre 2019

  • Halte à la confusion ! Si le gouvernement saute , ce sera pire , nous ne serons plus capables d'en former un autre . Ces provocations pourraient déclencher une nouvelle guerre civile qui serait atroce , et les américano-sionistes veulent la déclencher ! Un peu de patience , sinon tous les libanais vont regretter ce qu'ils font . Ce n'est vraiment pas le moment de tout casser : Le mieux est l'ennemi du bien .

    Chucri Abboud

    10 h 02, le 18 octobre 2019

  • Avec les jeunes qui manifestent contre cette classe politique corrompue jusqu’aux os à 100%.

    Aref El Yafi

    09 h 19, le 18 octobre 2019

  • MALHEUREUSEMENT CES MANIFESTATIONS SI ELLES CONTINUENT DANS LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE ACTUELLE DU PAYS VONT RESULTER A LA DEVALUATION DE FACTO DE LA L.L. ET EN LA FAILLITE DE FACTO DU PAYS. LE PEUPLE VA SOUFFRIR ! CES MANIFESTATIONS AURAIENT DU SE FAIRE IL Y A AU MOINS CINQ ANS. AUJOURD,HUI IL N,Y A POUR VOIE DE SALUT QUE LES MESURES D,AUSTERITE ET LES REFORMES. LES MONTANTS DEVALISES PAR NOS ABRUTIS VOLEURS ET INCOMPETENTS NE PEUVENT PRATIQUEMENT PAS ETRE RECUPERES. C,EST UN SOUHAIT ET RIEN D,AUTRE. MAIS LA CONDAMNATION PAR LA JUSTICE DES CORROMPUS GRANDS REQUINS AU SOMMET DEVRAIT SE FAIRE. LA RAISON DOIT PREVALOIR DANS LE PAYS !

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    08 h 52, le 18 octobre 2019

Retour en haut