X

À La Une

"Ces manifestations sont tout ce qui nous reste pour espérer un changement !"

Reportage

Les manifestants restaient très mobilisés, dans la nuit de jeudi à vendredi, à travers le Liban.

18/10/2019

La rétractation du ministre des Télécoms n’aura pas suffi à éteindre l’incendie. Quelques heures après l’annonce, par Mohammad Choucair, en fin de soirée, de l’annulation de la taxe déguisée annoncée jeudi matin sur l’utilisation des applications de messagerie sur base du principe du VoIP (Voice over Internet Protocol), un service notamment disponible sur WhatsApp, des manifestants en colère étaient toujours dans les rues de plusieurs villes à travers le Liban.

Au milieu de la nuit, le centre-ville de Beyrouth avait des allures de ligne de front. Toutes les routes menant au cœur de la capitale étaient coupées par des bennes incendiées.

"Ce que les gens font ici, est correct et juste. Pas une seule voiture n’a été brûlée, contrairement à ce que l’on pouvait voir lors des manifestations des Gilets jaunes, en France, notamment sur les Champs-Elysées", déclarait Jad. "Aujourd'hui le Liban brûle mais j'espère que cela servira à redresser le pays", ajoutait un homme ne souhaitant pas dire son nom. A côté de l’imposante mosquée Mohammad al-Amine, des casseurs étaient attroupés. Dans une rue adjacente, ils s'en prenaient, à coup de bâtons, à un panneau publicitaire pour les montres de luxe Bulgari. Sur un chantier, les planches de bois, incendiées, formait un grand feu.

"Je ne suis pas d’accord avec toute cette casse, mais les manifestants ont raison. Cet État mérite de tels casseurs", estimait Jacques, descendu en voisin.


(Lire aussi : Faire payer les appels via « WhatsApp » : un chantier inextricable)


Quelques minutes plus tard, des dizaines d’hommes en mobylettes bloquaient l’avenue Bechara el-Khoury menant au centre-ville. Des échauffourées ont également éclaté entre des manifestants et des policiers près du Grand Sérail dans la nuit, alors que des manifestants réclamant la "chute du régime" tentaient de se rapprocher du siège du gouvernement.  Sur la route de l’aéroport, l’armée était en état d'alerte après des jets de bouteilles en verre de la part de protestataires voulant couper la route.



Des propos des manifestants, se dégageait avant tout un ras-le-bol et un désespoir profonds. L’absence de toute perspective d’avenir revenait également, comme une antienne.  Ces dernières semaines la tension est en effet montée au Liban sur fond d'aggravation de la situation économique, avec des craintes d'une dévaluation et d'une pénurie de dollars sur les marchés de change.


"Quel gouvernement de substitution?"
"Le peuple réclame la chute du régime", hurlaient, en soirée, les manifestants, avant que la situation ne dérape. "Le problème, c’est que je ne vois pas quel pourrait être un gouvernement de substitution", lançait néanmoins un homme, non loin de la mosquée al-Amine.

Le ras-le-bol vise la classe politique, accusée de corruption et d'affairisme dans un pays aux infrastructures en déliquescence et où les citoyens se plaignent de la cherté de la vie.



Si les manifestations ont débuté à Beyrouth, elles se sont rapidement propagées à l’ensemble du pays. Des manifestations ont eu lieu à Saïda et Tyr au Sud, à Taalabaya et Masnaa dans la Békaa. Jounieh et Zouk au Kesrouan, où l’autoroute a été coupée, et Bhamdoun (Aley) se sont joints au mouvement vers 22h, ainsi que Haret Naamé. Le tunnel de Salim Salam a été fermé par des pneus brûlés peu après 22h. Tripoli a offert le même spectacle peu après, ainsi que Chtaura dans la Békaa. Bref, un soulèvement sur l’ensemble du pays. Le mouvement a même atteint des localités éloignées, comme Rachaya ou Brital dans la Békaa, par exemple, ou encore Zghorta, dans le Nord.

Hier soir, la situation était toujours tendue du côté de Jeita, où des manifestants ont barré la route en incinérant des pneus. Des témoins ont également rapporté des incidents similaires à Zouk Mosbeh et Achout. En soirée, deux pick-up chargés de pneus apportaient du ravitaillement aux manifestants, signe que le mouvement de protestation ne semble pas prêt de s’essouffler.

"J'ai mis 5 heures pour faire le trajet de Saïda à Jeita", se désolait une jeune femme. En raison des coupures de routes, les automobilistes devaient, hier, faire preuve de créativité pour se déplacer à travers le pays. "Malgré ces désagréments, je soutiens ces manifestations. Elles sont tout ce qui nous reste pour espérer un changement !" ajoutait la jeune femme.

"Le fait qu'ils soient revenus sur cette décision ne change rien : rien ne marche dans ce pays et nous devons rester mobilisés !" tempêtait un homme, non loin d'elle, en référence à la rétractation du ministre Choucair.



Au niveau de Jounieh, l’autoroute était totalement coupée hier par des pneus en enflammés. "Cette taxe sur les communications Whatsapp, c’est vraiment la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Ils ont touché à ce qui nous permet de communiquer, c’est quelque chose d’important pour nous", déclarait un homme, rapidement acclamé par d’autres manifestants. "On ne trouve plus de travail, alors que les Syriens sont intouchables", lançait un autre manifestant, employé dans une entreprise de nettoyage. "Honnêtement, c’est la première fois que je descends dans la rue pour manifester. Mais là, vraiment, c’était trop. Nous devons nous mobilier", renchérissait, à ses côté, une jeune femme.


(Lire aussi : Grèves, manifs, fermetures : ce à quoi il faut s'attendre vendredi au Liban)


Tensions au Liban-Sud
La situation était également tendue au Liban-sud. Des manifestants s'en sont pris aux domiciles et bureaux de plusieurs responsables Amal et Hezbollah, à Nabatiyé. Plusieurs personnes qui manifestaient devant le bureau du député d'Amal Hani Qobeissi (Amal) ont défoncé la porte du bureau, rapportait la LBCI. Les dégâts sont matériels. Dans la nuit, des personnes ont également manifesté devant le domicile du député Yassine Jaber (Amal).

Face à la gravité de la situation, le président de la République, Michel Aoun, a appelé le Premier ministre, Saad Hariri, pour discuter des derniers développements et annoncé qu’une réunion du gouvernement aurait lieu aujourd’hui vendredi au palais de Baabda.

Le ministre de l’Éducation Akram Chehayeb a, pour sa part, décrété, jeudi soir, la fermeture des écoles publiques et privées ainsi que des universités vendredi, "en raison de la situation actuelle du pays". L'Association des banques du Liban a également annoncé la fermeture des banques. La Ligue des employés du secteur public a, quant à elle, annoncé une "grève générale" aujourd'hui dans "toutes les administrations publiques". "En raison du bouillonnement populaire dans le pays, et pour protester contre toutes les réformes proposées et qui portent atteinte aux droits des employés et des retraités en particulier, et aux citoyens en général, et afin de permettre aux employés de participer aux manifestations populaires et d'exprimer leur opinion, la ligue annonce la grève générale du vendredi 18 octobre 2019 dans toutes les administrations publiques", peut-on lire dans le communiqué qui souligne que d'autres détails seront donnés plus tard.



Voir aussi notre diaporama

En images : sur tout le territoire libanais, un ras-le-bol généralisé

Lire aussi

Joumblatt : La meilleure solution serait que nous démissionnons


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

DAMMOUS Hanna

Un déferlement dans les rue et sur les réseaux sociaux va-t-il renverser la tendance ? À force de dénoncer la curie d’une gouvernance ou celle de l’opinion de la partie adverse, tant que ce n'est pas une manip pour déstabilisé le pays des cèdres, une proie facile à convoiter.
Ou sera-t-il un feu de paille comme dit le proverbe :
« Manifester est souvent comme, la proute de l’aigle, au haut du ciel. Autrement dit : ça soulage mais ne s’entend pas. »
Ou avec dédain l’antagoniste dira : « les chiens aboient et la caravane passe »???

Chucri Abboud

ATTENTION , LE PRINTEMPS ARABE N'A RIEN FAIT D'AUTRE QUE DE RUINER LES PAYS OÙ IL A EU LIEU !
C'EST UN COMPLOT POUR ANÉANTIR TOUTES LES FORCES VIVES DES PAYS ARABES ! ISRAEL TRIOMPHE ET NOUS MET À GENOUX .

Mais les manifestants n'y pensent jamais ...ça sera encore un désastre

Sissi zayyat

Tout le monde s'attendait à cette révolution sauf le gouvernement.
Voilà ce qui arrive lorsqu'on pousse le bouchon trop loin en misant sur l'indulgence et la lassitude des Libanais. La cupidité de ce gouvernement qui n'en avait jamais assez pour assouvir son appétence en piquant dans l'assiette des pauvres.
Ça n'est qu'un retour logique de leur monnaie.


Irene Said

Félicitations et MERCI,

Messieurs les dirigeants de ce pays, du premier dans son palais de Baabda, à tous les autres qui gravitent autour de lui, pour ce pays

F O R T ET N O U V E A U

qui brûle partout, socialement et aussi ses paysages, de par votre incroyable inconscience et corruption !

Comment pouvez-vous encore continuer de prétendre "diriger" ce malheureux pays que vous avez poussé au fond du gouffre ?

Irène Saïd


Remy Martin

Tous les voleurs de la "crasse" politique devraient être incarcérés manu militari, et à leurs frais bien entendu, dans un hôtel 5 Etoiles, jusqu'à remboursement intégral des milliards volés au peuple en toute impunité. Première étape du processus salvateur.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EH BIEN OUI MAIS ELLES SONT CES MANIFESTATIONS MAL PLACEES DANS LE TEMPS. ELLES AURAIENT DUES SE PASSER IL Y A AU MOINS CINQ ANS.

Gros Gnon

La seule façon d’en finir est de ne plus voter pour les mêmes incapables.
D’ici là, nous ne sommes techniquement pas des victimes, mais des complices...

Saliba Nouhad

Finalement, une réaction populaire saine, spontanée, extra-communautaire et qui couvait sous les cendres de longue date...Tiens, je me vois faire des jeux de mots après toutes ces incendies monstres qu’on vient à peine d’éteindre...
Peu de mots pour décrire ce ras-le-bol contre cette situation sociale catastrophique qui a montré l’incurie totale, l’inconscience, l’incompétence et l’immoralité sans limites de nos politiciens...
Certains au pouvoir qui crient au complot contre le Président et son gendre orchestré par les américains, d’autres qui blâment la corruption rampante sans que personne n’ose ouvrir de dossier et demander des comptes, des ministres qui font semblant de pondre des projets sans budget etc...
Mais où mènera cette révolte populaire?
Soit qu’elle sera encore étouffée dans l’oeuf avec de la violence et des casseurs, soit elle aboutira à un sursaut de conscience du président et du premier ministre qui démissionnera pour permettre à un cabinet de technocrates apolitiques d’être nommé d’urgence...
On a bien le droit de rêver, quoi, car même les rêves peuvent devenir réalité!

Bustros Mitri

Courage, désobéissance civile, seul moyen d’en finir avec ce Sytème de M...!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants