Rechercher
Rechercher

À La Une - catastrophe

Un incendie reprend dans l'Iqlim el-Kharroub, nouveau brasier au Liban-Sud

Le président de la municipalité de Mazraat el-Daher estime que l'incendie dans cette localité est probablement d'origine criminelle. 

Un arbre en feu dans la forêt calcinée de Mechref, dans le Chouf, au Liban, le 15 octobre 2019. Photo AFP / JOSEPH EID

L'incendie à Mazraat el-Daher, dans l'Iqlim el-Kharroub (Chouf), contre lequel luttent depuis deux jours la Défense civile, l'armée et des volontaires, a repris jeudi à la mi-journée, tandis qu'un nouveau brasier s'est déclaré dans la localité de Saksakiyé, entre Saïda et Tyr (Liban-Sud), rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle).  Dans ces deux régions, la Défense civile s'est déployée afin de lutter contre les flammes. 

Pour le président de la municipalité de Mazraat el-Daher, Hassib Eid, le feu de forêt dans cette localité est probablement d'origine criminelle. Il a appelé à "une enquête rapide" sur son origine, précisant que ce nouvel incendie ne s'est pas déclaré au même endroit que ceux ayant ravagé les forêts du village les jours précédents. 

Depuis lundi, d'immenses feux de forêt ravageaient plusieurs régions du Liban, notamment le Chouf, le Metn et le Liban-Nord, faisant une victime et détruisant de nombreuses habitations et terrains boisés. La Croix-Rouge libanaise, citée dans le communiqué de l’Unité, a recensé 89 cas d’asphyxie dus aux flammes, traités sur place, et 18 cas ayant requis une hospitalisation ainsi qu’un jeune homme mort des suites de l’inhalation de fumée dans le Chouf.

Grâce à l'action de la Défense civile, de citoyens et de l'armée, aidés par des Canadair et des hélicoptères bombardiers d'eau envoyés par Chypre, la Grèce et la Jordanie, la grande majorité des feux avaient été éteints mercredi. 


(Lire aussi : L’imprévoyance et la guerre des prérogatives ont contribué à l’ampleur du désastre)



Une médaille pour Mahmoud Ghodbane
Jeudi, au Grand Sérail, le Premier ministre, Saad Hariri, a reçu un jeune garçon qui apparaissait dans une vidéo ayant été massivement relayée sur les réseaux sociaux et dans laquelle on le voit contribuer aux efforts d'extinction d'un incendie dans un bois de la localité de Doumit, dans le Chouf. Mahmoud Adham Ghodbane, sept ans, a été félicité par M. Hariri pour son courage, selon un communiqué de la présidence du Conseil et a reçu une médaille d'appréciation. 





Sur une vidéo qui a fait le tour du Liban, Mahmoud Ghodbane, muni d'une casserole remplie d'eau, tente de venir à bout des flammes, dans une région boisée, lors des opérations d'extinction des incendies de grande envergure menées ces derniers jours, alors que des centaines de feux de forêt ont ravagé le Liban.





Une défense civile sans moyens, un approvisionnement en eau rendu difficile et une absence complète de planification sont pointés du doigt par les experts : le désastre écologique qui a frappé le pays a révélé au grand jour une série de dysfonctionnements et de bavures. En sus du spectacle terrifiant des flammes dévorant des kilomètres carrés de forêts, les citoyens ont eu droit à un autre spectacle tout aussi affligeant : celui des esclandres entre responsables politiques et des échanges d’accusations autour des compétences et responsabilités respectives de tel ou tel ministère, qui ont mis en lumière un manque d’organisation et de planification outrancier.

Par-delà le scandale des trois hélicoptères spéciaux pour la lutte contre le feu, les Sikorsky, déclarés inopérants par manque d’entretien et de ressources, ou encore le refus inacceptable d’affecter les gardes forestiers ayant réussi le concours de la fonction publique par souci d’un rééquilibrage forcé de la parité communautaire, c’est toute une chaîne de dysfonctionnements, couplée à un manque de prévention que l’on peut pointer du doigt.  En tête de ces dysfonctionnements, le manque de coordination notoire dont les différents ministères et services ont fait preuve, générant par moments des situations de désordre et de confusion comme l’ont relevé des témoins sur place.


Notre diaporama 

Le Liban en flammes : un triste spectacle, en photos


Lire aussi
L’enfer des cancresl'éditorial de Issa GORAIEB

Inspecteurs des travaux finisl'impression de Fifi ABOU DIB

Cri unanime des experts : pas de reboisement immédiat en terres incendiées !

« Celui qui n’a pas vu le feu dévaler les pentes à Damour n’a rien vu »

À Mechref et Damour, « deux jours apocalyptiques » marqués par la solidarité

À Kornet el-Hamra, « un monstre rouge dévorant tout sur son passage »

Des Sikorsky à terre... et une polémique qui enfle

Denniyé et Akkar : un incendie éteint, un autre contrôlé

« Nous sommes à la merci de la météo »


L'incendie à Mazraat el-Daher, dans l'Iqlim el-Kharroub (Chouf), contre lequel luttent depuis deux jours la Défense civile, l'armée et des volontaires, a repris jeudi à la mi-journée, tandis qu'un nouveau brasier s'est déclaré dans la localité de Saksakiyé, entre Saïda et Tyr (Liban-Sud), rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle).  Dans ces deux régions, la...
commentaires (3)

Les incendies sont TOUS d'origine criminelle,si nos ir-responsables ne veulent pas le savoir, nous le savons, nous.

Christine KHALIL

19 h 52, le 17 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Les incendies sont TOUS d'origine criminelle,si nos ir-responsables ne veulent pas le savoir, nous le savons, nous.

    Christine KHALIL

    19 h 52, le 17 octobre 2019

  • DES INCENDIES CRIMINELS POUR LE COMPTE DU VOISIN DU NORD OU DE CELUI DU SUD PLUS PROBABLEMENT POUR ELIMINER DE PROBABLES CACHES D,ARMES.

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 14, le 17 octobre 2019

  • Tous ces incendies sont à 90% d'origine criminel. Dans les manifs tous les vendredis à Gaza dont on ne parle PAS , les jeunes palestiniens envoient des cerf-volant en feu pour incendier le pays usurpateur.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 49, le 17 octobre 2019

Retour en haut