X

Liban

« Nous sommes à la merci de la météo »

Défense civile
C.A. | OLJ
16/10/2019

Il y a maintenant plus de 48 heures que de gigantesques incendies ravagent de nombreuses régions du pays, mobilisant entre autres les éléments de la Défense civile qui luttent avec acharnement pour maîtriser le désastre, mais se trouvent confrontés à un temps sec et venteux rendant leur tâche très compliquée.

Contacté par L’Orient-Le Jour, le directeur des opérations au sein de la Défense civile, Georges Bou Moussa, assure que « les moyens humains ou matériels ne manquent pas et sont déployés aux quatre coins du pays ». Il évoque en outre « les aides provenant de l’armée, ainsi que deux avions chypriotes auxquels le gouvernement a fait appel », ajoutant qu’aujourd’hui (hier), « deux avions grecs, deux avions italiens et quatre hélicoptères envoyés par la Communauté européenne sont sur le point d’atterrir au Liban pour participer aux opérations ».

« Mais ce qui manque est la clémence d’un climat qui favoriserait l’extinction des flammes », déplore M. Bou Moussa, soulignant que « tant que le temps est sec, chaud et venteux, la mission des sauveteurs reste ardue ». « Nous sommes à la merci de la météo », lâche-t-il sans détour. « En temps normal, les stratégies que nous appliquons, telles l’identification des reliefs, l’évaluation des vents, la répartition des tâches sur les différents centres de secours, sont à même de gérer les sinistres, mais dans des circonstances où la vitesse du vent est supérieure à 40 km/h, tous nos plans sont déjoués », déclare-t-il, citant un exemple : « Hier (lundi), après que nous avons contenu les feux à Mechref (Chouf), grâce à une stratégie adoptée sur base de rafales d’un vent sud-ouest, le vent a soudain changé de direction à 21h55, ce qui a provoqué à nouveau l’embrasement de la zone. » « La Défense civile remplit son devoir, mais il ne s’agit pas d’un papier qui brûle », note enfin M. Bou Moussa. « Les superficies concernées sont très vastes, les sols secs, certaines régions sont inaccessibles et d’autres sont parsemées de mines qui explosent », résume-t-il ainsi le contexte sur le terrain.


Notre diaporama

Le Liban en flammes : un triste spectacle, en photos

Lire aussi

L’enfer des cancres, l'éditorial de Issa GORAIEB

Au Liban, des milliers d’hectares transformés en cendres et des pertes colossales

À Mechref et Damour, « deux jours apocalyptiques » marqués par la solidarité

À Kornet el-Hamra, « un monstre rouge dévorant tout sur son passage »

Des Sikorsky à terre... et une polémique qui enfle

Denniyé et Akkar : un incendie éteint, un autre contrôlé

« Nous sommes à la merci de la météo »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants