X

Liban

Un témoignage politique du christianisme ?

Les Échos de l’Agora
19/08/2019

Le 9 août dernier, dans une interview retentissante à La Stampa, le pape François a développé trois idées fortes : l’Europe comme projet d’avenir, le dialogue œcuménique à partir des identités particulières ouvertes de chacun, et le couple populisme/ souverainisme contemporain comme écho aux totalitarismes des années 1930. Les propos de l’évêque de Rome furent longuement commentés à partir de la grille de lecture italienne et des enjeux que la montée du populisme et l’opposition à l’Europe étalent au grand jour.

Ces mêmes propos peuvent et doivent être compris comme un message Urbi et Orbi en quelque sorte. Ils concernent non seulement l’Italie et l’Europe, mais également le monde entier. Le Proche-Orient et le Liban sont particulièrement concernés par le populisme qui étale sa nuisance redoutable et sa puissante nocivité en milieu chrétien. Tout se passe comme si, en Orient, l’appartenance au christianisme consisterait à exclure, avec haine et suprématisme, plus particulièrement l’Arabe musulman sunnite. Nous voyons une telle logique à l’œuvre dans des publications et des déclarations qui n’ont rien à envier à leurs équivalents des années 1930 sous le nazisme, comme le dénonce le pape.Les déplacements récents du ministre Gebran Bassil et sa capacité de meneur populiste à réveiller toutes les haines et tous les démons, réels ou fantasmés de l’histoire du Liban, illustrent de manière caricaturale cette logique perverse. Mais en quoi les discours populistes et souverainistes interfèrent-ils avec la vision chrétienne du monde pour que le chef de l’Église catholique décide de les évoquer si négativement ? Certes, il y a l’aspect moral que posent les discours condamnables de l’extrême droite actuelle en Europe, et qui rappellent ceux du régime hitlérien à partir de 1934. Le pape n’est pas le seul à craindre le pire, face à cette montée aux extrêmes.

Mais il y a un autre aspect, spirituel et théologique, celui des présupposés de ces discours. Ils véhiculent insidieusement une certaine image du monde et de l’homme ainsi qu’une conception spécifique de la personne humaine, en totale contradiction avec l’essence même du message chrétien. De ce point de vue, le chef de l’Église catholique les rejette en disant sa grande peur. Sous le couvert de « populisme » et de « souverainisme », le pape dénonce le mal de l’Identitaire : « La souveraineté est une attitude d’isolement. Je suis inquiet parce que nous entendons des discours qui ressemblent à ceux de Hitler en 1934 […]. La souveraineté doit être défendue […]. Le souverainisme… conduit à des guerres. » Parlant du populisme, il ajoute : « En théologie, j’ai approfondi la popularité comme culture populaire. Une chose est de laisser les gens s’exprimer, une autre est de leur imposer […] les populismes (qui) mènent aux souverainismes : ce suffixe isme n’est jamais bon. » Précisant sa pensée dans le rejet du souverainisme, il ajoute : « D’abord ce Nous. Nous… nous. »

Il est clair que ce pape, qui sort de l’ordinaire, a compris que nous sommes bel et bien prisonniers de l’âge des masses ou des foules. Au début du XXe siècle, « nous étions certains de la victoire des masses ; à sa fin on se retrouve entièrement captifs des meneurs », dit Serge Moscovici. Cela entraîne une redéfinition de la personne humaine. Cette dernière est entièrement englobée dans une masse homogène sous l’égide d’un meneur qui vocifère au nom du « Nous » à la plus grande joie des individus. Nous ne sommes plus dans une dialectique de lutte des classes. Les lois, supposées objectives, de l’économie et de la technique ne suffisent plus pour comprendre la marche du monde. On pensait révolu l’axiome du despotisme d’un seul : monarque, prince, guide suprême, raïs, führer, petit père, etc. Il est temps de se réveiller des vieux schémas du XIXe siècle.

Nous ne sommes plus sur le registre des « classes » sociales. Nous sommes entrés dans la logique de la « masse » et de son « meneur ». La psychologie des foules d’un Gustave Le Bon, ou les intuitions visionnaires d’Alexis de Tocqueville, avaient déjà entrevu cela. La « masse » est homogène. Elle est composée d’individus égaux parce qu’identiques. Au sein de la masse, point d’asymétrie dialectique de classe. Le populisme de masse conçoit l’égalité comme uniformité identitaire en lui sacrifiant la liberté individuelle. C’est le règne de la pensée unique sous l’égide d’inquisiteurs et non de magistrats. Aucune diversité ne peut se concevoir : la masse est un « tout ». Elle est souveraine, non parce que chaque individu est, par nature, lui-même souverain, mais parce que la masse possède une identité qu’elle confère à chacun de ce « Nous, nous » dénoncé par le pape. « La masse est l’animal social qui a rompu sa laisse » (Moscovici) et que plus rien ne retient. Elle n’est pas une communauté politique. Les individus qui la composent n’ont pas pour référence commune la Loi ou une Constitution, mais la parole prophétique et sacrée du meneur.

Le monde du marché global est un monde de masses informes qui se battent uniquement en vertu du « Nous » contre « Eux » et non en vertu de la libération des peuples. Ces acteurs nouveaux s’expriment par la voix de meneurs, constitués en réseaux de leaders de type mafieux, et qui sont en compétition permanente pour le partage du pouvoir global.

Le Liban n’est qu’un microcosme de cette réalité. Les masses s’appellent confessions religieuses. Qu’on ne s’y trompe pas : l’assemblée chrétienne est une communauté de personnes libres et souveraines et non une masse homogène qui sécrète en permanence le meneur avec lequel elle entretient d’étranges relations sado-masochistes. C’est pourquoi le populisme chrétien libanais, et son corollaire le suprématisme, sont foncièrement anti-chrétiens. C’est précisément ce qu’implique leur condamnation par le pape François, qui ne fait que confesser la foi chrétienne en l’éminente dignité de la personne humaine et non dans les « Nous » des masses informes et éphémères.



Dans la même rubrique

Censure ou le ré-enchantement du monde

Étranger et citoyen

Honneur bafoué du chrétien

Béchara Asmar : lynchage ordinaire

Un patriarche de fer à la main de velours

L’angoissante heure de vérité

Le Liban de la nouvelle Question d’Orient

Peut-on juguler la haine ?


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Salim Dahdah

Face à la globalisation, les Etats ne peuvent que subir la dilution de leurs identités économiques et l'occultation de celles de leurs composantes socio culturelles.Dans ce nouveau monde, toutes les identités disparaissent, et à plus forte raison, le distingo entre les principes souvrainistes et populistes des individus et la Souveraineté Nationale des Etats. Plus loin que les nuances et inquiétudes exprimées par le Pape vis à vis de la façon dont certains agissent pour "vendre" leurs objectifs, le véritable danger concernant le témoignage chrétien réside plus dans les conséquences de la globalisation que dans le langage utilisé pour l'imposer au monde. Il y a là en effet, une substitution pure et simple des intérêts économiques des grands décideurs, aux identités individuelles, citoyennes, sociales et nationales des peuples et plus spécialement à celles des plus vulnérables d'entre eux...!

Eddy

Oui, le Pape a raison.

Pierre Hadjigeorgiou

... Suite ... Il le fait a outrance tout comme son beau-père. Ils insultent, attaquent et se servent des plaies des gens, encore bien ouvertes en raison du fait que l’après guerre n'a pas été géré comme il se doit, pour essayer de faire le plus de mal possible a "EUX" qui qu'ils soient pour se faire passer comme victime et garder une certaine emprise sur leur base.
Le Hezbollah use énormément de cette méthode en se faisant passer pour une victime et pour l'agneau au pied de l’autel alors qu'il est le principal agresseur de par sa seule présence dans le paysage politique du pays. Maintenant c'est a tout un chacun de décider ou il penche.
Le seul parti politique qui a vraiment tiré des leçons de la guerre sont les FL et elle travaillent en conséquences. Tous les autres devraient en prendre de la graine et apprendre comment il faut se comporter lorsqu'on est victorieux. C'est crucial pour le future du pays.

Pierre Hadjigeorgiou

Vous dites: "Le monde du marché global est un monde de masses informes qui se battent uniquement en vertu du « Nous » contre « Eux » et non en vertu de la libération des peuples."
Mais c'est justement cette globalisation a outrage imposé par la force par ceux la même dont vous essayez de défendre l’idéologie qui ont poussé et poussent les peuples a se rétracter et a chercher a se défendre et défendre leur principes et valeurs bafoués.
De plus, vous ne pouvez en aucun cas comparer ce qui se passe aux Etats-Unis et en Europe avec ce qui se passe au Liban. Le faire c'est pêcher en eau trouble et cacher les vrais enjeux. En bref de la pure désinformation de mauvaise foi, si faite intentionnellement.
Dans les pays occidentaux, les partis dit souverainistes que vous qualifiez de "populistes" ne font que défendre les intérêts de leurs citoyens contre la mains mise d'une oligarchie qui tire les ficelles assujettissants les plus faibles et enrichissant encore plus les plus riches (Banquiers, etc...) qui font feu de tout bois sans tenir compte des malheurs des peuples.
Au Liban, que cela nous plaise ou pas, c'est une question existentielle. L'histoire doit nous avoir appris certaines choses. Si vous êtes passé a coté c'est grave car un homme averti en vaut deux.
Bassil n'use pas de populisme mais de machiavélisme.

Chucri Abboud

Les premiers qui devraient être atteints par cet anathème sont les sionistes , origine de tous nos maux depuis la création de l'entité ! C'est cette création qui a réveillé tous les démons qui dormaient au sein des populations arabes , et le monde entier en souffre

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants